Artisan Engagé Déchets : une charte pour mieux gérer les déchets du BTP Vie des sociétés | 15.01.19

Partager sur :
Sujet épineux pour les professionnels du BTP, la gestion des déchets de chantiers s’est retrouvée au cœur d’une nouvelle réflexion commune entre la Capeb, qui représente les artisans du bâtiment, la FNADE (Fédération nationale des activités de la dépollution et de l’environnement) et Federec BTP. Les trois organismes ont en effet signé une convention visant à développer la charte ‘’Artisan Engagé Déchets’’, prévoyant notamment un dispositif d’accompagnement des TPE-PME du secteur.
En 2017, le volume de déchets du BTP collectés avait progressé de +2%, atteignant les 40,4 millions de tonnes. Si ce chiffre a tendance à croître d’année en année, la Capeb (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment), la FNADE (Fédération nationale des activités de la dépollution et de l’environnement) et Federec BTP ont souhaité aller plus loin à travers une initiative collective.

« C’est un travail qui a débuté il y a deux ans maintenant, autour d’un certain nombre de discussions entre nous qui visaient notamment à essayer de voir comment faire en sorte qu’un artisan puisse avoir les outils pour pouvoir défendre la ligne gestion des déchets sur ses devis. Nos réflexions sont vraiment parties de là », se remémore Erwan Le Meur, président de Federec BTP.

« On s’est rendus compte qu’il y avait un certain nombre d’artisans sérieux (…) qui avaient besoin d’outils dirigés vers leurs clients pour pouvoir faire en sorte qu’ils puissent vraiment facturer cette prestation de gestion des déchets, qui est souvent le parent pauvre dans une négociation entre l’artisan et son client », poursuit-il.

Renforcer la lutte contre les dépôts sauvages

C’est de ces observations qu’est née la charte ‘’Artisan Engagé Déchets’’, dont la priorité est de reconnaître l’engagement des artisans à mettre en œuvre des bonnes pratiques. Par ailleurs, en adéquation avec la feuille de route Économie circulaire dévoilée par le gouvernement en avril 2018, la charte vise à lutter contre les fameux ‘’dépôts sauvages’’.

En effet, si les sites existent au niveau national (environ 2 500 déchèteries publiques et 500 professionnelles peuvent recevoir des déchets du BTP, selon Federec), « le maillage actuel ne suffit pas », comme le souligne Erwan Le Meur. Selon lui, au-delà d’un manque d’espaces, la France souffre surtout d’une mauvaise répartition des décharges. C’est d'autant plus vrai dans les zones urbaines ou semi-urbaines, où, paradoxalement, davantage de déchets sont produits par les entreprises du bâtiment.

Pour y remédier, « il faut que l’on mette à la disposition des entreprises des systèmes pour pouvoir collecter », comme le recommande Patrick Liébus, président de la Capeb. « On a une vraie réflexion à mener pour trouver des solutions efficaces, ou encore plus efficaces, pour collecter et traiter les déchets des artisans », ajoute Erwan Le Meur.

Une nécessaire implication de toutes les parties

Aux réflexions des organismes du recyclage et de la valorisation s’ajoutent les décisions des collectivités et des professionnels, à même d’ouvrir davantage de déchèteries pouvant recueillir les déchets issus du BTP. Patrick Liébus intègre également un autre chaînon indispensable au travail de gestion initié par la charte ‘’Artisan Engagé Déchets’’.

« Dans nos discussions, nous avons pu constater que les clients pensaient que le traitement des déchets était fluide. Ils ne se posaient pas la question », indique-t-il. « Nous avons compris que (…) les clients ont une part de responsabilité par rapport au traitement des déchets. »

Enfin, et surtout, la charte engagera tous ses signataires artisans, qu’ils soient adhérents Capeb ou non, à respecter huit actions clairement définies. La Capeb, la FNADE et Federec BTP rappellent d’ailleurs que l’engagement ‘’Artisan Engagé Déchets’’ n’est en aucun cas un label, mais bien une démarche volontaire dont le succès reposera sur l’engagement personnel de chacun.
                       
Artisan Engagé Déchets : 8 actions pour une bonne gestion des déchets de chantier

. Limiter la quantité et la nocivité des déchets produits en amont et pendant les travaux ;
. Sensibiliser et/ou former l'ensemble du personnel de l'entreprise à une gestion responsable ;
. Trier ou séparer les déchets sur chantier ou a posteriori pour faciliter leur réemploi et permettre l'organisation de filières de recyclage ;
. Déposer les déchets prioritairement vers des déchèteries professionnelles ou les points d'apport volontaire ou à défaut, dans les installations payantes de service public ;
. Être en mesure de prouver la traçabilité des déchets générés sur les chantiers ;
. Informer les clients sur la charte et la démarche de bonne gestion des déchets au travers différents supports ;
. Bannir toute pratique illicite en matière de déchets ;
. Disposer d'une assurance professionnelle couvrant l'ensemble des activités et travaux réalisés.
 

Fabien Carré
Photo de Une : ©FC
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Déchets du BTP : les professionnels du secteur opposés à la création d’une REP dédiée

Déchets du BTP : les professionnels du secteur opposés à la création d’une REP dédiée

En octobre 2017, Jacques Vernier s’est vu confier la mission de repenser le modèle des filières REP (responsabilité élargie des producteurs) afin qu’il s’adapte aux nouveaux enjeux de recyclage et favorise la transition de la France vers une économie circulaire. Parmi les propositions formulées, la création de 5 nouvelles filières dont une dédiée aux déchets du bâtiment ; une préconisation aujourd’hui contestée par les professionnels de la construction.
Feuille de route économie circulaire : le BTP souhaite plus de concertation

Feuille de route économie circulaire : le BTP souhaite plus de concertation

Dans le cadre de la Feuille de route économie circulaire (FREC), quatorze organisations professionnelles des filières « Bâtiment » et « Déchets » s’étaient associées, en décembre 2018, pour plancher sur la question de la reprise des déchets du secteur et leur recyclage. Alors que les conclusions viennent d’être présentées, elles demandent à pouvoir « débattre sérieusement » avec le Gouvernement. Elles pointent en effet un manque de concertation.
Recyclage des revêtements de sols : Gerflor et Paprec partenaires en faveur de l’économie circulaire

Recyclage des revêtements de sols : Gerflor et Paprec partenaires en faveur de l’économie circulaire

Partenaires sur divers programmes de recyclage depuis plusieurs années, le fabricant de revêtements de sols Gerflor et Paprec, spécialiste du recyclage, annoncent aujourd’hui la création d’une nouvelle co-entreprise. Baptisée Floor to Floor, cette dernière vise à « augmenter chaque année les volumes de chutes de sols collectés et valorisés ». Les détails sur cette collaboration.
Valoriser les déchets industriels, une priorité pour l’Unicem

Valoriser les déchets industriels, une priorité pour l’Unicem

A l’occasion de la semaine européenne des déchets qui se déroule du 18 au 26 novembre 2017, l’Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (Unicem) revient sur les actions menées par la profession en matière d’économie circulaire. Rappelons que la filière souhaite augmenter de 50% la quantité de granulats et matériaux recyclés à l’horizon 2020 par rapport à 2014.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter