Attestation de capacité : QUALICLIMAFROID au service des TPE/PME Vie des sociétés | 11.10.18

Partager sur :
Depuis juillet 2009, les acteurs du froid doivent être en possession d’une attestation de capacité pour pouvoir acheter et manipuler des fluides frigorigènes à effet de serre. Pour l’obtenir, ils doivent formuler une demande auprès des organismes agrées par le ministère de la Transition écologique et solidaire parmi lesquels QUALICLIMAFROID. Claude Malley, son président, revient pour nous sur les critères d’obtention de l’attestation.
Créé il y a un peu plus de 40 ans par Uniclima et le Syndicat national des entreprises frigorifiques, QUALICLIMAFROID accompagne les TPE/PME dans leurs démarches de qualification. Il est également l’allié des donneurs d’ordre ou prescripteurs à la recherche d’une entreprise qui ait « les bonnes qualifications, la bonne structure financière, la bonne garantie bancaire… ».

Présidée par Claude Malley, l'association fait également partie des 6 organismes agrées par le ministère de la Transition éclologique et solidaire et accrédités COFRAC pour la délivrance d'attestations de capacité. Une activité qui, au fil du temps, lui a valu de se distinguer et de devenir une référence sur le secteur.  

Comment obtenir une attestation de capacité ?  

Toute entreprise est invitée à se rendre sur le site internet DATAFLUIDES pour y faire sa demande. Elle doit non seulement y indiquer son activité et le nombre d’intervenants mais également démontrer être en possession d’outillage conforme et respecter la traçabilité des fluides.

Claude Malley rappelle que tout salarié doit diposer d’une attestation d’aptitude. « Parfois il y a confusion. Une entreprise doit avoir une attestation de capacité au nom de la société, de la personne morale, alors que le personnel qui manipule le fluide doit avoir une attestation d’aptitude ».

Une fois la demande réalisée, « nous vérifions que l’entreprise réponde bien à ces différents critères. Nous lui donnons un accord de principe. Et dans les 5 ans qui suivent cette obtention d’attestation, nous sommes tenus d’aller réaliser un audit sur site ». QUALICLIMAFROID vérifie alors que l’outillage déclaré est bien présent, que les fiches d’intervention sont bien remplies, que l’intervenant a bien son attestation d’aptitude et que la traçabilité des fluides est bien gérée.

Claude Malley explique par ailleurs que l’opérateur doit effectuer une déclaration de mouvement de fluides. L'association vérifie alors si le suivi de fluides « est bien fait et conforme ». Un frigoriste qui achète 1 000 kilos de fluides à effet de serre en début d’année doit avoir chargé 1 000 kilos de fluides ou détenir ces 1 000 kilos sous forme de stock. « Il doit également déclarer les fluides qu’il a récupérés et qui ont été envoyés au recyclage ». 

Manomètres, détecteurs de fluides et stations de récupération doivent en outre être contrôlés annuellement via des fiches de suivi d’outillage. 

Sensibiliser les opérateurs…

Concernant les risques liés à la manipulation de ces fluides, Claude Malley insiste : « Les fluides à effet de serre sont en général non toxiques. Il peut y avoir des phénomènes d’anoxie éventuellement mais le principal danger, c’est l’environnement. Un kilo de fluides R404A, c’est 3922 en équivalent CO2, c’est-à-dire très polluant ».

Sensibiliser les opérateurs à la bonne manipulation de ces fluides est ainsi une priorité pour QUALICLIMAFROID. La fiche d’intervention a toute son importance dans le suivi des fluides : « Nous vérifions que l’opérateur n’ait pas dégazé le fluide dans la nature mais l’ait bien retourné à son distributeur. Lorsqu’un kilo de fluides rentre sur le marché européen, nous devons le suivre à la trace ».

Accompagner les entreprises

QualiClimaFroid occupe également un rôle d’accompagnement : « Nous sommes une association à taille humaine, proche des TPE/PME. Tous nos auditeurs sont des experts ou des anciens de la profession qui connaissent très bien l’activité quotidienne des entreprises. Six assistantes sont là en permanence pour soutenir les opérateurs. Nous sommes toujours à leur disposition et pas uniquement au moment de la déclaration fluide ».

L’association se distingue aussi de par sa tarification : « Nous avons toujours servi de référence. Avant d’annoncer un prix, les autres organismes regardent ce qui est fait chez QUALICLIMAFROIDQuand nous vendons une attestation de capacité, nous la vendons au prix le plus juste, sans vouloir faire de bénéfice ».

Autre élément différenciant, le fait d'être spécialisé. « Nous sommes orientés sur les métiers du froid et de la climatisation. Nous ne nous occupons pas des attestations de capacité de catégorie 5 (véhicules). Nous nous limitons à ce que nous connaissons », souligne Claude Malley.

3 000 entreprises font aujourd’hui confiance à QUALICLIMAFROID. « Nous jouons la carte de la transparence et de la simplicité avec nos clients. Notre objectif est de simplifier les aspects administratifs de la démarche notamment pour les entreprises qui ne disposent pas des ressources ou des compétences nécessaires ».

R.C
Photo de une : ©QualiClimaFroid
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

SQI s'adapte à la nouvelle réglementation sur la climatisation

SQI s'adapte à la nouvelle réglementation sur la climatisation

Une nouvelle réglementation sur l’inspection des systèmes de climatisation est parue. SQI, filiale du groupe Socotec pour la certification, a déposé son dossier au Cofrac. Certificateur pour les diagnostiqueurs immobiliers et les opérateurs utilisant des Fluides Frigorigènes, entre autres, SQI veut renforcer son expertise du Froid.
Professionnels, pensez à déclarer vos fluides frigorigènes

Professionnels, pensez à déclarer vos fluides frigorigènes

La nouvelle campagne de déclaration des flux de fluides frigorigènes a commencé le 1er fevrier auprès de l’Ademe. En effet, les professionnels de cette filière doivent depuis 2009 établir une déclaration annuelle des flux de produits neufs et usagés.
Conjoncture : un marché du génie climatique en demi-teinte

Conjoncture : un marché du génie climatique en demi-teinte

Le marché des chaudières est soutenu par les murales gaz, celui des pompes à chaleur se stabilise, tandis que la climatisation tertiaire est impactée par la crise et que la ventlation souffre de la chute des nouvelles constructions, selon les résultats du génie climatique à fin août 2013 publié par Uniclima.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter