Chaudières à 1€ : la Capeb dénonce une offre « outrageusement commerciale » Vie des sociétés | 01.02.19

Partager sur :
Chaudières à 1€ : la Capeb dénonce une offre « outrageusement commerciale »
Dans un communiqué paru ce 1er février, la CAPEB annonce le lancement prochain d’une offre pour le remplacement des chaudières. Le syndicat professionnel regrette en effet ne pas avoir été consulté et associé au dispositif présenté par le Gouvernement. Face à l’inquiétude des artisans du bâtiment, la CAPEB a donc décidé d’agir. L’offre permettra aux entreprises de maintenir le lien avec leurs clients et de participer pleinement aux objectifs de rénovation énergétique.
L’inquiétude des entreprises artisanales du bâtiment est palpable : alors que le gouvernement présentait fièrement son offre de chaudières à 1 euro le 24 janvier dernier, le Conseil des professions de la CAPEB réuni ce jour a tenu « à faire savoir la stupéfaction des entreprises du bâtiment qui ont appris l’annonce des offres chaudières et PAC à 1€ devant le Sénat, laissant sous-entendre au grand public le caractère réglementaire de celles-ci ».

Les entreprises artisanales du bâtiment « ne comprennent pas comment elles ont pu être écartées d’une telle offre, alors qu’elles maillent le territoire et réalisent aujourd’hui l’immense majorité des travaux de rénovation énergétique des logements, avec le souci permanent d’offrir des solutions de qualité, adaptées aux besoins de leurs clients », souligne un communiqué.

Des artisans mis à l’écart

Le président de la CAPEB, Patrick Liébus regrette que le syndicat professionnel n’ait pas été consulté et associé au dispositif. Il souligne notamment que le Gouvernement n’a jamais évoqué, avec la filière, son intention de porter les aides publiques du programme « Agilité » de l’Anah par des opérateurs commerciaux privés, « même si on peut comprendre le choix de diversifier le portage des aides face à l’urgence sociale ».

Le Réseau territorial de la CAPEB se voit aujourd’hui assailli de questions « légitimes » émanant de professionnels et de particuliers : « Comment justifier aux entreprises l’intérêt des offres présentées, qui ont pour conséquence pour ces entreprises de ne plus avoir une relation directe avec leurs clients », indique la CAPEB. En étant reléguées au rang de « sous-traitant », les entreprises risquent en effet de « perdre des clients fidèles », estime la Confédération.

Des offres « outrageusement » commerciales

Dans son communiqué, la CAPEB tient également à prévenir les ménages sur les risques et les déconvenues de cette offre « outrageusement commerciale ». L’organisation souligne que les ménages modestes et en situation de « grande précarité énergétique » pourraient être sensibles aux effets d’annonces faites par quelques opérateurs.

Et ainsi, « ne pas entendre ou voir que l’offre volontairement floue peut s’avérer trompeuse » : son slogan parle de « …à un euro » mais il faut entendre « …à partir d’un euro… ».

Une offre alternative et équitable

Patrick Liébus déclare : « La Capeb n’est pas opposée, par principe, à l’existence de telles offres à 1€ dès lors que celles-ci garantissent la qualité des travaux réalisés et qu’elles permettent à des entreprises compétentes d’être associées à leur portage ». Et c’est pour que les entreprises artisanales du bâtiment soient pleinement associées au dispositif que la CAPEB a travaillé au déploiement d’une offre « alternative et équitable » packagée avec ses partenaires de confiance.

« Avec l’Anah et nos partenaires de confiance, nous bouclons une offre promotionnelle de qualité qui permettra aux entreprises de répondre directement à leurs clients en tenant compte de la diversité de leurs attentes et en s’adaptant à leurs revenus, le niveau des aides en dépendant fortement », ajoute Patrick Liébus.

La CAPEB travaillera avec des fournisseurs d’énergie avec lesquels elle dispose d’un partenariat sur les CEE pour proposer une (ou plusieurs) offre(s) visant à minimiser le reste à charge pour les ménages, selon notamment leur niveau de revenus.

R.C
Photo de une : ©Adobe Stock
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La chaudière à 1 € est une « promesse concrète » faite aux Français

La chaudière à 1 € est une « promesse concrète » faite aux Français

Lors d’une conférence de presse organisée ce jeudi au ministère de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy et Julien Denormandie, ont révélé les contours du dispositif de prime à la conversion des chaudières. L’initiative qui répond à un double enjeu, écologique et économique, doit permettre le remplacement de 600 000 équipements fonctionnant au fioul d’ici deux ans.
« Aucune taxe ne mérite de mettre en danger l’unité de la nation », Edouard Philippe

« Aucune taxe ne mérite de mettre en danger l’unité de la nation », Edouard Philippe

Le premier Ministre, Edouard Philippe, a annoncé ce jour la suspension, pour une durée de six mois, de trois mesures fiscales dont la hausse de la taxe carbone sur les carburants. Il a également indiqué que les prix du gaz et de l’électricité n’augmenteraient pas durant l’hiver. Des décisions qui doivent « ramener l’apaisement et la sérénité » dans le pays et permettre d’engager « un vrai dialogue ».
Réunion sur les choix stratégiques pour la transition énergétique à l’Elysée

Réunion sur les choix stratégiques pour la transition énergétique à l’Elysée

Le Président Emmanuel Macron a réuni hier après-midi, mercredi 24 octobre, une trentaine de dirigeants d’entreprises, parmi lesquels les dirigeants d’EDF, Engie, Total, Orano, Vinci, Saint-Gobain ou Veolia, mais aussi des organismes de recherche comme le CNRS ou l’INRA, pour une « séance de travail » en prévision de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), qui devrait être annoncée à la mi-novembre.
Chauffage au gaz : les tarifs réglementés augmentent encore !

Chauffage au gaz : les tarifs réglementés augmentent encore !

Alors que la Commission de régulation de l’énergie (CRE) publiait récemment son analyse détaillée des coûts d’approvisionnement en gaz naturel, le gouvernement a annoncé le 29 juin que les tarifs réglementés du gaz évolueraient dès le 1er juillet. Ceux-ci vont en effet connaître une forte hausse qui se fera directement ressentir sur la facture des ménages, à hauteur de +7,45% pour un client type. Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter