Cougnaud reloge les sénateurs dans un bâtiment modulaire de 4 000 m2 Vie des sociétés | 13.03.17

Partager sur :
Dès le mois de septembre 2017, d’importants travaux de rénovation seront entrepris pour redonner un coup de jeune aux immeubles du Sénat. Le chantier s’étalera sur une période de trois ans pendant laquelle les sénateurs et leurs collaborateurs devront être relogés. Le groupe Cougnaud a été désigné pour l’installation d’un bâtiment modulaire de plus de 4 000 m2 dans la cour d’honneur du Sénat. Zoom sur ce chantier d’envergure.
De septembre 2017 à septembre 2020, les immeubles du Sénat vont subir une transformation profonde, obligeant les sénateurs et leurs collaborateurs à trouver un nouvel espace de travail.

S’est très rapidement imposée l’idée d’un bâtiment modulaire dans lequel ils puissent poursuivre leur activité. Et c’est le groupe Cougnaud qui a été retenu pour fournir, dans un délai de quatre semaines, un lieu de travail « confortable » aux performances thermiques, acoustiques et esthétiques optimisées.

Un bâtiment modulaire de plus de 4 000 m2

Conçu selon le procédé constructif industrialisé, développé par Cougnaud Construction, le bâtiment sera constitué de 184 modules assemblés. D’une surface totale de 4 086 m2, l’édifice offrira un espace de travail de 134 bureaux de 18 m2 destinés aux élus et à leurs collaborateurs.

 

Les modules seront installés à l’aide d’une grue de 350 tonnes avec volée variable fixée au sol sur 20 pieux vissés pour permettre une reprise des efforts. Le grutage des volumes et du matériel s’effectuera depuis un espace sécurisé devant le Sénat, par-dessus le dôme Tournon, pour un dépôt dans la cour d’honneur sans obstruer la rue Vaugirard, qui restera ouverte à la circulation pendant la durée d’installation.

Après une phase de préparation du chantier en mars, les modules, produits en dix semaines, seront livrés sur les quatre semaines d’avril, à raison de 1 000 m2 par semaine en tenant compte des contraintes de livraison dans Paris intra-muros.

Pour réduire les nuisances liées au chantier et ne pas altérer la cour pavée, les fondations du bâtiment reposeront sur 200 pieux métalliques vissés à même le sol et enfoncés à 6 mètres de profondeur. « L'absence de fondations béton évite également de recourir à des camion-toupies dont les rotations augmenteraient les nuisances sonores et polluantes », indique Cougnaud qui rappelle par ailleurs que le recours à la construction industrialisée « est un atout de taille qui allie rapidité d’installation et respect de l’environnement ».

Des performances optimisées

En termes de performances, le bâtiment n’a rien laissé au hasard. Trois modules prototypes ont d’ailleurs permis de confirmer ses qualités techniques. Le bâtiment est conforme à la réglementation RT2012 et l’isolation phonique a été travaillée pour proposer une acoustique renforcée (48 db). Concernant les normes de sécurité, le bâtiment présente une stabilité au feu de 60 minutes, souligne Cougnaud.

Le confort était un autre des enjeux du chantier : au cœur du bâtiment, une verrière de 9 m x 9 m sera installée en toiture, au-dessus du patio central « pour créer un espace agréable baigné de lumière », précise Cougnaud. Côté pratique, deux ascenseurs desserviront les étages de bureaux.

L’esthétique du bâtiment modulaire a également été soignée : les façades seront entièrement recouvertes d’un adhésif polymère, dont l’impression en trompe-l’œil reprendra les codes architecturaux haussmanniens des édifices du Sénat, dit Cougnaud. L'adhésif, réalisé sur-mesure en impression numérique, laissera filtrer la lumière grâce à une micro-perforation prévue à l'endroit des vitrages pour assurer le confort des usagers.

La réception du bâtiment est prévue pour le mois d'août 2017. Une fois les travaux finalisés, il sera entièrement démonté.



R.C
Photos : ©Cougnaud
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Coénove propose des pistes pour renforcer l’attractivité de la rénovation énergétique

Coénove propose des pistes pour renforcer l’attractivité de la rénovation énergétique

Alors que le Plan Bâtiment Durable et l’Ademe lançaient, le 12 janvier dernier, une concertation autour de la création d’une marque commune de la rénovation énergétique, Coénove propose ce jour des pistes pour convaincre le consommateur de se lancer dans des travaux. L’association estime en effet qu’il est indispensable de sortir « du tropisme » strictement énergétique. Comment communiquer efficacement sur les avantages de la rénovation ? Eléments de réponse.
La rénovation énergétique au cœur des « Défis Bâtiment Santé » 2019

La rénovation énergétique au cœur des « Défis Bâtiment Santé » 2019

Depuis 2011, les Défis Bâtiment Santé s’attachent à faire progresser le sujet de la santé dans le bâtiment. Cette année, l’événement soulignera les bénéfices d’une approche globale de la rénovation énergétique. Santé, bien-être, environnement, énergie sont autant de thèmes qui seront abordés. Deux temps forts marqueront l’édition 2019 : les Trophées Bâtiment Santé et le Colloque qui sera organisé le 4 juillet prochain au CAP SMA à Paris.
Les qualités et défauts des isolations intérieures et extérieures

Les qualités et défauts des isolations intérieures et extérieures

Dans le cas de travaux de construction, notamment lors d’une rénovation, la question de l’isolation est toujours primordiale. Le choix porte en effet sur une pose en intérieur ou extérieur. Les deux méthodes comportent des atouts et des inconvénients. Elles doivent, en revanche, conduire à la suppression des ponts thermiques.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter