Dégradations au siège de la FFB : un militant de la CGT-Construction relaxé Vie des sociétés | 01.06.18

Partager sur :
Reconnu coupable, en 2016, d’avoir vandalisé le siège de la Fédération française du bâtiment (FFB) deux ans auparavant, Philippe Christmann, un cadre de la CGT-Construction, a finalement été relaxé lundi en appel. De quoi calmer les ardeurs de la Confédération, pour qui ce procès relevait d’une « criminalisation de l’action syndicale ».
En 2014, Philippe Christmann et une trentaine de militants de la CGT-Construction participaient à une action surprise au siège de la Fédération française du bâtiment (FFB). Réclamant un départ à la retraite à 55 ans pour les professions les plus pénibles, c’était à coups de peinture à l’eau et de projection de confettis que les ‘’activistes’’ avaient tenté de se faire entendre.

Deux ans plus tard, Philippe Christmann avait été reconnu coupable pour ces actes, et rendu « complice » de plusieurs autres dégradations « ayant entraîné un dommage léger ». Celles-ci comprenaient notamment des tags, du mobilier déplacé ou encore des autocollants.

Le parquet avait alors fait appel de cette décision judiciaire, qui condamnait le prévenu à une amende de 500 euros à laquelle s’ajoutaient 17 000 euros à verser à la FFB (1 000 euros au titre de préjudice moral, 14 500 pour le matériel et 1 500 euros de frais de justice).

Un retournement de situation inopiné

La CGT peut néanmoins s’estimer heureuse. Ce lundi 28 mai, Philippe Christmann, 54 ans, a finalement été relaxé, mettant fin à la polémique. L’organisme déplore néanmoins que ce procès ait pu s’apparenter à une « criminalisation de l’action syndicale ».

L’avocate du prévenu, Me Cathy Farran, avait quant à elle accusé la FFB de vouloir « gonfler les faits et charger la barque » lors du procès en appel, fin mars. Selon elle, l’attitude du patronat pouvait être considérée comme une « atteinte grave à la liberté syndicale ».

« Comment on aurait pu condamner une personne seule sur une action collective décidée par une organisation ? », a ajouté Serge Pléchot, secrétaire général de la CGT-Construction. « Ca remet dans le droit chemin ceux qui nous ont attaqués. »

Si Philippe Christmann, lui, s'est réjoui de cette « grande victoire », il n'en reste pas moins que « le préjudice a été indemnisé », comme l'a confirmé Me Claude Vaillant, l'avocat de la FFB. « Nos droits ont été totalement reconnus et validés par la juridiction », a-t-il souligné.

L’avocate générale, enfin, s’est dite « étonnée » de voir que les faits avaient été requalifiés en dégradations légères, alors même que le bâtiment avait été rendu « impropre à l’usage » d’après elle. Cette affaire judiciaire n’aura cependant été que le reflet des mauvaises relations qu’entretiennent les deux organisations professionnelles, déjà opposées l’une à l’autre il y a quelques mois dans le cadre de la convention collective.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Convention collective : le torchon brûle entre la CGT-Construction et la FFB - Batiweb

Convention collective : le torchon brûle entre la CGT-Construction et la FFB

La guerre des syndicats est déclarée ! La CGT-Construction a fait part ce mercredi 14 de sa désillusion alors que la Fédération française du bâtiment aurait refusé l’accès à son bâtiment à la délégation du syndicat, qui se déplaçait dans le cadre d’une négociation sur la convention collective du secteur. Des accusations dont se défend la FFB, qui ne souhaitait pas que l’un des membres du groupe soit présent dans ses locaux. Explications.
Le gouvernement et le monde HLM trouvent un accord - Batiweb

Le gouvernement et le monde HLM trouvent un accord

Les bailleurs sociaux et le gouvernement ont trouvé un accord hier, mercredi 25 avril, concernant les économies à réaliser pour le monde HLM. Le gouvernement a accepté de réduire les économies de 1,5 milliards d’euros à 950 millions pendant trois ans. Des économies en partie prises en charge par Action Logement – à hauteur de 300 millions d’euros par an – et par la Caisse des dépôts – à hauteur de 50 millions d’euros par an.
La reprise dans le bâtiment s’accélère malgré un climat institutionnel menaçant - Batiweb

La reprise dans le bâtiment s’accélère malgré un climat institutionnel menaçant

2017 aura décidément été une année dynamique pour le secteur du BTP ! La Fédération française du bâtiment (FFB) revenait ce 19 décembre sur la reprise observée tout au long de ces douze derniers mois, saluant l’accélération de l’activité. Néanmoins, l’organisme redoute désormais les effets néfastes que pourraient avoir les récentes mesures gouvernementales envisagées ou adoptées sur le marché en 2018.
Les poussières et le risque chimique au cœur de la Journée de la Prévention - Batiweb

Les poussières et le risque chimique au cœur de la Journée de la Prévention

Le 28 mars prochain sera une journée consacrée à la prévention dans le BTP. Cet événement, organisé par divers organismes du secteur, vise à sensibiliser tous les professionnels et à leur transmettre des conseils grâce auxquels ils pourront exercer leurs métiers sans risque. Cette année, une attention particulière sera portée sur les poussières et le risque chimique, dont les dangers, bien qu’invisibles, peuvent avoir de graves répercussions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter