EDF encouragé à modifier son plan stratégique Vie des sociétés | 05.05.17

Partager sur :
La ministre de l’Énergie Ségolène Royal a demandé à EDF de réviser son plan stratégique, notamment son aspect nucléaire, dans une lettre adressée à son PDG jeudi 4 mai. Ce plan, destiné à adapter le groupe aux objectifs de la loi sur la transition énergétique d’ici 2018, va devoir subir quelques modifications afin d’être plus en accord avec ses objectifs.
La loi sur la transition énergétique pour la croissance verte, grande mesure du dernier quinquennat, a forcé de nombreux groupes à adapter leurs plans en conséquence. Elle prévoit de réduire de 75 à 50% la part de l’atome dans la production d’électricité en France à l’horizon 2025.

Un décret détaille la feuille de route (baptisée programmation pluriannuelle de l’énergie, ou PPE) pour atteindre ces objectifs, en deux périodes. La première, jusqu’en 2018, la seconde, entre 2018 et 2023.

La loi impose également à EDF de transmettre au gouvernement un plan stratégique qui couvre la période allant jusqu’à 2018. Une exigence à laquelle le groupe s’était plié à la mi-avril. Malheureusement pour l'entreprise, ce plan ne semble pas convenir au gouvernement qui, à quelques semaines de la fin du mandat présidentiel de François Hollande, a demandé plusieurs modifications.

Encore trop loin du but

« Les actions prévues par EDF ne permettent pas de respecter les objectifs de diversification de la production d'électricité fixés dans la première période de la PPE », écrit Mme Royal dans une lettre datant du 21 avril à l'attention de Jean-Bernard Lévy, PDG du groupe EDF.

« Les conditions ne sont ainsi pas réunies pour que l'Etat puisse constater la compatibilité » du plan avec la PPE, ajoute-t-elle, demandant au groupe de réviser son plan dans les meilleurs délais.

Un des points les plus fâcheux : Fessenheim. Si le texte mentionne sa fermeture sur la période, rien n’est prévu pour la préparer, regrette la ministre. Un manque de précision qui fait tâche et se retrouve dans d’autres parties du plan stratégique, notamment vis-à-vis des centrales à charbon françaises, qui doivent être fermées à l’horizon 2023.

La partie concernant les énergies renouvelables est aussi jugée comme trop imprécise. Elle évoque un doublement des investissements entre 2016 et 2020 à 1 milliard d’euros (dont un tiers en France), mais sans objectif sur les capacités de production.

EDF a, de son côté, assuré appliquer « avec rigueur les textes législatifs et réglementaires » qui lui imposent de couvrir la période allant jusqu’à 2018.

F.T
Photo de une: ©Fotolia

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Réunion sur les choix stratégiques pour la transition énergétique à l’Elysée

Réunion sur les choix stratégiques pour la transition énergétique à l’Elysée

Le Président Emmanuel Macron a réuni hier après-midi, mercredi 24 octobre, une trentaine de dirigeants d’entreprises, parmi lesquels les dirigeants d’EDF, Engie, Total, Orano, Vinci, Saint-Gobain ou Veolia, mais aussi des organismes de recherche comme le CNRS ou l’INRA, pour une « séance de travail » en prévision de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), qui devrait être annoncée à la mi-novembre.
Programmation pluriannuelle de l’énergie : le nucléaire maintenu malgré une hausse des renouvelables

Programmation pluriannuelle de l’énergie : le nucléaire maintenu malgré une hausse des renouvelables

Le tant attendu projet de Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) a enfin été publié ce vendredi 25 janvier, avec quelques surprises. En effet, si la France a prévu de porter à 40% la part d’énergies renouvelables dans la production d’électricité à horizon 2030, le nucléaire tiendra malgré tout une place importante dans le mix électrique du pays d’ici là. Les détails.
Vers une révision de la Programmation pluriannuelle de l’énergie ?

Vers une révision de la Programmation pluriannuelle de l’énergie ?

Présentée dans son intégralité le 25 janvier dernier, la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) peine à convaincre les acteurs du secteur environnemental. Tout particulièrement, les objectifs fixés concernant le développement des renouvelables est loin de faire l’unanimité. Afin de rassurer les opposants à la feuille de route énergétique actuelle, le ministre François de Rugy a assuré qu’il était prêt à « l’adapter et la retravailler sur quelques points ».
Application de la loi de transition énergétique : Ségolène Royal fait le bilan

Application de la loi de transition énergétique : Ségolène Royal fait le bilan

Alors que le quinquennat de François Hollande touche à sa fin, Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, a publié ce 19 avril un dossier présentant le « bilan de l’application de la loi de transition énergétique pour la croissance verte ». Ainsi, si de nombreux efforts sont encore à fournir, le gouvernement se félicite que la France soit désormais « à l’avant-garde de l’action climatique ». Bilan et perspectives.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter