Effondrement à Gênes : faut-il s’inquiéter des ponts de France ? Vie des sociétés | 29.08.18

Partager sur :
Effondrement à Gênes : faut-il s’inquiéter des ponts de France ?
Nos ponts sont-ils en danger ? C’est la question que peuvent légitimement se poser les Français, après la terrible catastrophe qui a frappé Gênes le 14 août dernier. Si en Italie la reconstruction du viaduc qui s’est effondré est déjà envisagée, le gouvernement français tient quant à lui à se montrer rassurant : seulement 30% des ouvrages nécessiteraient des réparations, dont la majorité serait de moindre envergure. Les détails.
Au moins 43 personnes ont disparu lors du terrible effondrement du pont de Gênes, le 14 août 2018. Et alors que les circonstances exactes de cette catastrophe sont encore à déterminer, le gouvernement italien, lui, a d’ores et déjà annoncé que le viaduc serait prochainement reconstruit par le groupe naval public Fincantieri, soutenu par la banque Cassa Depositi e Prestiti.

En France, ce drame aura au moins servi à faire le point sur l’état des infrastructures dont dispose l’hexagone. Aussi, Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, a assuré le 22 août dernier, suite au Conseil des ministres de ce jour, qu’il n’y avait « aucune situation d’urgence » quant à l’état des ponts français.

« Trente pour cent des ouvrages nécessitent des réparations mais en grande majorité ce sont des travaux mineurs », a-t-il fait savoir, s’appuyant sur les constats d’un récent audit publié par des ingénieurs suisses et présenté lors du Conseil par Elisabeth Borne, ministre des Transports.

Le document ferait ainsi état de 7% de ponts nécessitant « des légers travaux, ce qui ne veut pas dire pour autant qu’ils présentent le moindre caractère de dangerosité », comme l’indique Benjamin Griveaux. « Nous avons intérêt à avoir ces réparations maintenant si on ne veut pas que la situation se dégrade », prévient-il cependant.

De plus en plus de fonds pour l’entretien des routes

Dans ce cadre, c’est l’ensemble des routes nationales qui bénéficieront d’une programmation s’étalant sur 10 ans, et qui « sera présentée à l’automne dans le cadre de la loi d’orientation sur les mobilités, avec un scénario arbitré avec une hausse progressive des dépenses d’entretien », comme l’a promis Benjamin Griveaux.

Au total, un budget de 930 millions d’euros devrait être attribué à l’entretien des voiries à horizon 2023, contre 700 à 800 millions aujourd’hui, et 850 millions à horizon 2020-22. Une somme importante qui devrait « enrayer la dégradation de l’état des routes les plus empruntées du pays », selon le porte-parole du gouvernement.

Insuffisant, néanmoins, pour remettre les infrastructures en état, à en croire l’audit récemment présenté. Celui-ci estime en effet qu’un milliard d’euros par an jusqu’en 2037 serait nécessaire pour assurer l’entretien du réseau national. Elisabeth Borne, quant à elle, avait fait part de sa volonté de « porter progressivement à un milliard d’euros le budget annuel d’entretien et d’exploitation » des routes, lors d’une audition au Sénat en mai dernier.

Quoiqu’il en soit, « tous les ponts sont suivis par des visites annuelles et vous avez des inspections techniques plus détaillées et plus poussées qui se tiennent tous les trois », rappelle Benjamin Griveaux. De quoi éviter, théoriquement, une tragédie similaire à celle de Gênes.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Vingt-trois ponts nécessiteraient des travaux de réparation en France

Vingt-trois ponts nécessiteraient des travaux de réparation en France

Le 11 septembre dernier, la ministre des Transports Elisabeth Borne présentait son budget pour les quatre prochaines années, faisant la part belle à l’entretien des infrastructures. Pour plus de transparence, le gouvernement a annoncé ce mercredi 26 la mise en place d’un site détaillant l’état du réseau routier national. Vingt-trois ponts nécessitent ainsi des travaux de réparation, dont deux de manière urgente.
Un milliard d’euros supplémentaire pour aider les collectivités à rénover leurs ponts

Un milliard d’euros supplémentaire pour aider les collectivités à rénover leurs ponts

La France sombrerait-elle dans la paranoïa ? Après l’effondrement du viaduc de Gênes en août dernier, les moyens économiques en faveur de l’entretien des infrastructures dont dispose l’hexagone se multiplient. Le dernier en date : une enveloppe d’un milliard d’euros qui pourrait être mise en place par la Caisse des dépôts en faveur des collectivités.
 La déconstruction du pont de Gênes est en cours

La déconstruction du pont de Gênes est en cours

Le 14 août dernier, l’Italie était en émoi après l’effondrement du viaduc du Polcevera, à Gênes, qui a suscité de nombreuses interrogations sur l’état des infrastructures à travers le pays. Une question restait cependant en suspens : que faire du pont ? Avant d’entamer un éventuel chantier de reconstruction, ce sont des travaux de démantèlement qui sont actuellement en cours et ont déjà porté leurs fruits. En effet, un premier tronçon de la structure a touché le sol ce 9 février. Les détails.
Un nouveau visage pour le pont de Gênes ?

Un nouveau visage pour le pont de Gênes ?

Originaire de la ville de Gênes, l’architecte italien Renzo Piano a été directement touché par l’effondrement du viaduc autoroutier survenu en août dernier. C’est donc tout naturellement qu’il a présenté vendredi 7 septembre une nouvelle proposition pour la reconstruction du pont, qui pourrait être en acier afin d’assurer sa durabilité et sa robustesse.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter