Engie, sanctionnée par la DGCCRF pour démarchage abusif Vie des sociétés | 21.10.19

Partager sur :
La Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) sanctionne Engie d’un montant de 900 000 euros, en raison d’un manquement des règles relatives au démarchage. Le détail de cette sanction devra être publié sur les sites internet d’Engie, de la DGCCRF ainsi que de la Préfecture des Hauts-de-Seine.

La sanction est survenue suite à l’enquête menée par les services de la DGCCRF de la direction départementale de protection des populations des Hauts-de-Seine de juin 2017 à février 2019, en raison de plusieurs plaintes de consommateurs.

Des manquements vis-à-vis des obligations réglementaires relatives à la protection des consommateurs lors d’un démarchage téléphonique ont été reprochés à Engie.

En effet, il a été prouvé que :

  • Des contrats de fournitures d’énergie ont été conclus sans que la confirmation de l’offre faite par démarchage téléphonique ait été transmise au consommateur (par email, courrier etc,)
  • Engie n’a, à plusieurs reprises, pas donné les suites adaptées à la demande de consommateurs d’exercer le droit de rétraction.
  • Engie n’a pas respecté l’obligation d’informer les consommateurs de l’existence d’un médiateur de l’énergie dont la mission est de faciliter les litiges.

Ce n’est pas la première fois que le fournisseur d’électricité et de gaz est condamné pour une affaire de démarchage abusif. En effet,  le 14 mars dernier, Engie avait déjà été sanctionné d’un montant d’un million d’euros aux profit et intérêt de son concurrent EDF, par la Cour d’appel de Versailles.

 

Encadrement législatif du démarchage

Dans son communiqué, la DGCCRF rappelle que des règles spécifiques ont été instaurées lorsqu’il était question de démarchage ; aussi bien à domicile que par téléphone et ce, en raison de la vulnérabilité du consommateur. Ces règles garantissent ainsi la bonne information et donnent à ce dernier la capacité de changer d’avis.

Ces règles stipulent que :

  • Les informations doivent être données de manière claire, avant conclusion du contrat.
  • Le contrat doit être remis au consommateur dans un format qui lui permet de le conserver et de pouvoir le consulter. Par ailleurs, le consommateur dispose d’un délai de 14 jours pour se rétracter.
  • Le droit de rétraction est fondamental absolu : le consommateur peut l’exercer sans motif dans le délai autorisé sans opposition du professionnel.
  • Le professionnel ne peut percevoir de contrepartie financière dans les 7 jours, suivant la signature du contrat.

 

Soucieuse et vigilante face à ce genre de pratique, la DGCCRF préconise à tout consommateur d’être vigilant lors de démarchage et de s’octroyer un temps de réflexion avant tout engagement ou signature de contrat.

 

D.T
Photo de Une : ©AdobeStock 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Dépannage d'urgence : gare aux offres trop alléchantes !

Dépannage d'urgence : gare aux offres trop alléchantes !

L’activité de dépannage à domicile souffre d’une image plutôt négative. Il faut dire que les fraudes et autres pratiques commerciales déloyales ne cessent d’augmenter. Résultat, la confiance des Français diminue conduisant les professionnels du secteur à se réinventer. Comment éviter les arnaques ? Quels sont les points de vigilance ? Le point avec Sébastien Roux, des Serruriers de France.
Délais de paiement : jusqu'à 375 000 euros d'amende en cas de retard

Délais de paiement : jusqu'à 375 000 euros d'amende en cas de retard

La publication du décret d'application de la loi Consommation vient renforcer les pouvoirs de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Le respect des délais de paiement fait partie de ses priorités, notamment pour le soutien de la trésorerie des entreprises. Des amendes sont prévues en cas de non-respect de ces délais. Détails.
Marchés publics : l’Autorité de la concurrence épingle l’Ordre des Architectes

Marchés publics : l’Autorité de la concurrence épingle l’Ordre des Architectes

L’Autorité de la concurrence vient de sanctionner l’Ordre des architectes à une amende de 1,5 million d’euros pour avoir diffusé et imposé un barème de prix sur les marchés publics. Les sociétés d’architecture ou architectes ayant participé à ces « pratiques anticoncurrentielles » ont également été sanctionnés, à hauteur d’un euro. Dans sa décision, l’autorité rappelle que les architectes peuvent fixer librement leurs honoraires, ce qui permet de faire jouer la concurrence.
Réunion sur les choix stratégiques pour la transition énergétique à l’Elysée

Réunion sur les choix stratégiques pour la transition énergétique à l’Elysée

Le Président Emmanuel Macron a réuni hier après-midi, mercredi 24 octobre, une trentaine de dirigeants d’entreprises, parmi lesquels les dirigeants d’EDF, Engie, Total, Orano, Vinci, Saint-Gobain ou Veolia, mais aussi des organismes de recherche comme le CNRS ou l’INRA, pour une « séance de travail » en prévision de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), qui devrait être annoncée à la mi-novembre.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter