Eurovia s’entoure de l’Isci et de l’OPPBTP pour réaliser un diagnostic culture de sécurité Vie des sociétés | 02.08.18

Partager sur :
Eurovia s’entoure de l’Isci et de l’OPPBTP pour réaliser un diagnostic culture de sécurité
La filiale du Groupe Vinci (Eurovia) a annoncé avoir fait appel à l’Institut pour une culture de sécurité industrielle (Icsi) et à l’OPPBTP pour effectuer « le plus important » diagnostic culture de sécurité « jamais réalisé » dans le BTP en France. Mené entre septembre 2018 et juin 2019, il concernera le siège de l’entreprise, les 164 agences, les carrières et les usines d’Eurovia et touchera environ 20 000 personnes.
Dans le cadre de son plan d’actions mondial, Eurovia a prévu de réaliser dans chaque pays une évaluation de la culture prévention. Plusieurs orientations ont en effet été définies dont le renforcement de la « culture commune de la prévention par le partage d’outils, de méthodes et d’initiatives ».

C’est en ce sens et afin d’améliorer la sécurité et les conditions de travail de ses collaborateurs, que la filiale du Groupe Vinci a sollicité l’Icsi et l’OPPBTP pour effectuer une évaluation sur le périmètre de la France.

Le diagnostic se veut « le plus important jamais réalisé dans le BTP en France ». Il comporte différentes phases : une immersion au sein de l’entreprise, une analyse documentaire, des rencontres avec le comité de direction et le CHSCT, la préparation et le suivi d’un questionnaire rempli par tous les collaborateurs, l’analyse des retours et l’organisation d’entretiens collectifs.

Portant sur le siège, les 164 agences, les carrières et les usines d’Eurovia en France, soit un effectif impacté d’environ 20 000 personnes, la démarche sera menée entre septembre 2018 et juin 2019. Les intérimaires seront également associés à cette opération d’envergure.

Une fois le diagnostic restitué, l’Isci et l’OPPBTP accompagneront Eurovia dans la définition d’axes stratégiques qui permettra l’élaboration d’un plan d’actions.

La prévention, une valeur commune aux partenaires

La signature de cette convention vient symboliser l’engagement de l’OPPBTP et de l’Icsi en matière de prévention. A travers Horizon 2020, l’OPPBTP vise en effet le développement de la culture prévention des entreprises du BTP.

Ce plan stratégique s’appuie sur trois piliers : la technique, les systèmes de management de la prévention et l’humain. Ce dernier se veut d’ailleurs essentiel : « Des études ont permis d’établir qu'une meilleure prise en compte des facteurs humains et organisationnels permettait d’améliorer significativement la culture sécurité au sein des entreprises », précise l’OPPBTP dans un communiqué.

Et c’est pour travailler sur ce troisième pilier que l’organisme a renforcé sa collaboration avec l’Icsi. Un partenariat a été signé en décembre 2017 pour permettre, dans un premier temps, l’appropriation et le déploiement de la méthode Icsi par des collaborateurs de l’OPPBTP. Deuxième étape ? Le développement des démarches et outils partagés de diagnostic et de conseils sécurité spécifiquement adaptés au secteur du BTP.

La convention semble d’ores et déjà porter ses fruits selon les partenaires. « L’Icsi apporte l’expérience industrielle et le levier des facteurs humains et organisationnels, l’OPPBTP apporte son expertise du secteur, sa maitrise de l’analyse des techniques du BTP et des systèmes de management sécurité développés dans le BTP » conclut Philippe Maygnan, Directeur Grandes Entreprises à l’OPPBTP.

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Parution du Mémo Santé « Ciments et bétons »

Parution du Mémo Santé « Ciments et bétons »

Le mémo santé « Ciments et bétons » paru le 5 décembre dernier vise à sensibiliser les artisans aux règles de sécurité nécessaires lors de la réception des bétons sur chantier. L’exposition à du ciment en poudre ou du béton et mortier frais peut avoir des conséquences sur la santé. Le guide rappelle ainsi les bonnes pratiques à adopter et met en avant les avantages de l’utilisation des bétons fibrés et autoplaçants pour réduire les contraintes physiques. Détails.
Les chefs d'entreprise de moins en moins préoccupés par la sécurité de leurs salariés

Les chefs d'entreprise de moins en moins préoccupés par la sécurité de leurs salariés

Selon une enquête réalisée par l'Institut national de Recherche et de Sécurité pour la prévention des accident du travail et des maladies professionnelles (INRS), les chefs des petites et très petites entreprises se préoccupent de moins en moins de la santé et de la sécurité de leurs salariés, depuis 2010. En matière de prévention, le minimum est en effet perçu comme « suffisant ». Analyse.
L’incubateur « Santé – Prévention dans le BTP » accueille 7 start-ups

L’incubateur « Santé – Prévention dans le BTP » accueille 7 start-ups

7 jeunes pousses ont été sélectionnées par le CCCA-BTP, l’OPPBTP, PRO BTP et la Fondation Excellence SMA afin de rejoindre l’accélérateur de start-ups « Santé – Prévention dans le BTP ». Grâce à leurs projets innovants, ces entreprises pourront bénéficier d’un accompagnement privilégié incluant notamment une visibilité accrue sur le web, dans les médias et lors des salons professionnels.
Les entreprises artisanales du BTP forment encore trop peu à la sécurité

Les entreprises artisanales du BTP forment encore trop peu à la sécurité

Les formations à la sécurité ne représentent que 23 % des actions de prévention, réalisées dans les entreprises artisanales du BTP, selon l'étude nationale dévoilée conjointement ce mercredi, par la Capeb, la CNATP, IRIS-ST et l'OPPBTP. Dans un contexte de course à la compétitivité, ces entreprises privilégient en effet les formations métier. Explications.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter