Feu vert du Parlement pour les travaux de la ligne ferroviaire Lyon-Turin Vie des sociétés | 27.01.17

Partager sur :
Feu vert du Parlement pour les travaux de la ligne ferroviaire Lyon-Turin
Malgré les nombreuses critiques dont il a fait l’objet, le projet de construction d’une ligne ferroviaire reliant Saint-Jean-de-Maurienne, en France, à Suse, en Italie, a finalement su convaincre le Parlement, qui a donné son feu vert définitif pour le lancement des travaux. Il faudra néanmoins attendre 2030 pour voir la nouvelle ligne enfin mise en service.
En juillet 2016, Manuel Valls, alors Premier ministre, s’était rendu à Saint-Martin-la-Porte, en Savoie, afin d’inaugurer le tunnelier Federica qui accueillera la future liaison ferroviaire Lyon-Turin. Vivement critiqué, notamment par les écologistes, ce projet vient malgré tout d’être validé par le Parlement.

Avec cet accord, ce sont ainsi plusieurs appels d’offres pour les marchés de travaux qui pourront être lancés en 2017. Les chantiers, quant à eux, devraient débuter dès l’année suivante. Un calendrier prévisionnel bien loin de rassurer les opposants à cette nouvelle ligne ferroviaire !

Des débats toujours aussi houleux

Si le rapporteur du Sénat Yves Pozzo di Borgo (UDI-UC) estime que le projet améliorera la sécurité routière et profitera à l’environnement, les sénateurs écologistes, eux, ne décolèrent pas.

Leila Aïchi, notamment, relève que les prévisions initiales de « désengorgement des axes routiers » ont été « très largement surévaluées ». De même, le coût de l’opération était « évalué à 26,1 milliards d’euros en 2012 par la Direction du Trésor contre 2,1 milliards initialement prévus ».

Sur ce dernier point, Harlem Désir, secrétaire d’État aux Affaires européennes, a tenu à préciser que l’Europe contribuerait à financer 40% du budget nécessaire au chantier du tunnel, tandis que l’Italie couvrirait 35% des dépenses et la France 25%. « Au total, notre contribution s’élèvera à 2,21 milliards d’euros », indique-t-il.

Telt déjà sur le qui-vive

Quoiqu’il en soit, Telt, entreprise franco-italienne chargée de la construction et de l’exploitation de la ligne Lyon-Turin, a d’ores et déjà exprimé son enthousiasme quant au coup d’envoi de la phase de construction. Selon la société, « l’excavation de la galerie de reconnaissance se poursuit » en France, tandis que le tunnelier excavant la galerie côté italien devrait dépasser la frontière très prochainement.

« À ce stade, près de 310 mètres ont été réalisés sur les 9 kms prévus », indique Telt. « Actuellement, nous rencontrons des terrains déconsolidés, très friables, constitués de schistes noir et de charbon », mais « à ce stade aucun délai ni coût supplémentaires » ne sont à déplorer.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : @YvesPDB (Twitter)
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Projet ferroviaire Lyon-Turin : le gouvernement italien fait machine arrière

Projet ferroviaire Lyon-Turin : le gouvernement italien fait machine arrière

Vendredi dernier, le gouvernement italien se divisait autour de la ligne ferroviaire Lyon-Turin, le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) réclamant un arrêt du projet dans les prochains mois, alors que la Ligue (extrême droite) demande sa poursuite. Fin mai, ce sujet avait déjà divisé les deux camps lors de la préparation de leur programme commun. Le point.
Liaison ferroviaire Lyon-Turin : le tunnelier Federica débute les travaux

Liaison ferroviaire Lyon-Turin : le tunnelier Federica débute les travaux

Le tunnelier Federica vient d'être inauguré ce jeudi, en présence du Premier ministre Manuel Valls, à Saint-Martin-la-Porte en Savoie. Cette inauguration marque le début des travaux d'excavation d'une galerie de reconnaissance, 1er tronçon sud du tunnel de la future liaison ferroviaire Lyon-Turin. Un chantier très contesté qui doit permettre de faciliter les échanges France-Italie.
La ligne ferroviaire Lyon-Turin fait (encore) débat en Italie

La ligne ferroviaire Lyon-Turin fait (encore) débat en Italie

Les retards français dans la construction de la ligne ferroviaire censée relier Lyon et Turin auront visiblement eu raison de la patience des Italiens. Selon la presse nationale, une commission d’experts aurait notamment remis un avis défavorable au projet, recommandant même l’arrêt des travaux du fait de coûts trop importants par rapport aux bénéfices engrangés. Une manifestation de soutien a néanmoins été organisée le samedi 12 janvier. Les détails.
Conflits et contradictions autour de la ligne ferroviaire Lyon-Turin

Conflits et contradictions autour de la ligne ferroviaire Lyon-Turin

Le torchon brûle plus que jamais entre la France et l’Italie à propos du Lyon-Turin ! La ligne ferroviaire s’est de nouveau retrouvée au cœur de conflits qui n’en finissent plus. Si le vice-Premier ministre italien Luigi Di Maio a assuré dimanche dernier que la liaison « ne se fera[it] pas », la ministre française en charge des Transports Elisabeth Borne, elle, s’est dite « confiante » quant à la réalisation du projet. Les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter