GROHE s’associe à un projet pour l’environnement Vie des sociétés | 16.01.20

Partager sur :
Les problématiques environnementales et écologiques sont au centre des préoccupations des chercheurs. Mais les entreprises se mettent elles aussi à chercher des solutions plus durables et certaines soutiennent, en parallèle, des projets, comme GROHE, une marque de produit sanitaire allemande. C'est avec une aide matérielle et financière que la société souhaite aider ce nouveau projet mené par Marcella Hansch.

Lors d’une plongée sous-marine, Marcella Hansch a pu observer « des déchets plastiques plutôt que des poissons. » C’est comme cela que la société GROHE, fournisseur de produits sanitaires, dans un communiqué, annonce son soutien financier et sa coopération avec Pacific Garbage Screening Project (PGS).  

 

Le PDG de GROHE AG, Thomas Fuhr, déclare en soutien : « Nous sommes impatients de travailler avec Marcella Hansch et PGS. L'énorme quantité de déchets plastiques dans les rivières et les océans est un problème collectif et représente l'un des plus grands défis de notre temps. C'est pourquoi nous avons directement décidé de promouvoir un tel projet si important pour la réduction des déchets plastiques. »

 

Pour bien comprendre l’ampleur du problème, Pacific Garbage Screening Project a fait une vidéo destinée au crowfunding : « le plastique se fabrique en 1 seconde, s’utilise seulement 20 minutes et met 450 ans à se décomposer. Ce sont 13 millions de tonnes de plastique qui se retrouvent chaque année dans les océans. »

 

Le projet de Marcella Hansch rassemble rapidement des donateurs et obtient plus que son objectif de 200 000 euros. Mais le nouveau soutien de Marcella Hansch n’est pas une surprise, car GROHE a déjà pris des initiatives écologiques. La marque a crée le système de filtration d’eau GROHE Blue. La société estime ainsi  « qu’une famille de 4 personnes évite en moyenne d’utiliser 760 bouteilles en plastique par an. »

 

Quel projet se cache derrière cette collaboration ?

 

Ce que soutient GROHE, c’est un système permettant d’évacuer les microparticules de plastiques dans l’eau à l’aide de plaques à ordure. Ce dispositif, vu de la surface, ressemble à une ancre, et, en dessous, se trouvent plusieurs plaques à différents niveaux de profondeur. Un système permet de ralentir le courant marin, les poissons peuvent donc librement passer entre les plaques, ces mêmes plaques qui retiennent les microparticules et les évacuent vers la surface. Une fois à la surface, les chercheurs souhaitent utiliser la pyrolyse pour transformer ces microparticules en énergie notamment.

 

Cette plateforme flottante sera déployée dans les rivières et les estuaires, évitant ainsi à ces microparticules de dériver dans l’océan.

Depuis le début d’année, la marque sanitaire soutient deux projets environnementaux. Pour cela, GROHE a une nouvelle fois été nominé dans le top 3 des « grandes entreprises les plus durables 2020 » au German Sustainability Award. Cette collaboration pourra t-elle mettre au pas de nouvelles entreprises ?

 

J.B

Photo de une : ©Adobe Stock

 

 

 

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Pour 2020, le CSTB’Lab fait le plein de start-up - Batiweb

Pour 2020, le CSTB’Lab fait le plein de start-up

Le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) a lancé, en 2017, le CSTB’Lab, qui accompagne, chaque année, de jeunes startups pour les aider dans leurs développements business et scientifique. Ce 15 janvier 2020, CSTB’Lab accueille 5 nouvelles startups qu’elle pense visionnaires et innovantes dans le domaine du bâtiment.
Énergies renouvelables : baisse des investissements en 2016 - Batiweb

Énergies renouvelables : baisse des investissements en 2016

Alors que 2015 avait été une année record en matière d’investissements dans les énergies renouvelables à l’échelle mondiale, la tendance semble s’être malheureusement inversée en 2016. En effet, selon un rapport publié par Bloomberg New Energy Finance (BNEF), 287,5 milliards de dollars ont été investis dans les énergies verts l’année dernière, soit une baisse de 18%. Les chiffres en détails.
Un site isérois de Serge Ferrari certifié ISO 50001 - Batiweb

Un site isérois de Serge Ferrari certifié ISO 50001

Il y a quelques semaines, Serge Ferrari s’associait à Philips et Somfy pour publier un livre blanc donnant quelques conseils aux professionnels impliqués dans la rénovation énergétique des bâtiments tertiaires. Aujourd’hui, c’est un site du spécialiste des composites souples lui-même qui vient de recevoir la certification ISO 50001. Une preuve supplémentaire de l’engagement de l’entreprise en faveur de l’environnement.
Les Français plus réceptifs aux énergies renouvelables - Batiweb

Les Français plus réceptifs aux énergies renouvelables

Comme chaque année, l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) a centralisé les résultats d’une étude portant sur la perception des risques et de la sécurité par les Français dans un baromètre publié mardi dernier. L’occasion de constater que le public est de plus en plus sensible aux énergies renouvelables, dont le solaire, plébiscité par les répondants. Des résultats encourageants dans un contexte où le respect de l’environnement est une priorité.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter