« Il est urgent de réinvestir nos réseaux d'eau ! », Bruno Cavagné, président de la FNTP Vie des sociétés | 24.07.18

Partager sur :
En avril dernier, le gouvernement lançait les « Assises de l’Eau ». Le but, mobiliser de nouvelles capacités financières et d’ingénierie technique pour répondre au besoin de renouvellement des réseaux d’eau et d’assainissement. Alors que les premiers travaux seront bientôt clôturés, Bruno Cavagné, président de la Fédération Nationale des Travaux Publics (FNTP) propose une analyse quant au « délabrement progressif » des canalisations en France. L’heure est à l’action !
Dans une analyse publiée le 23 juillet, Bruno Cavagné revient sur l’importance d’entretenir « notre patrimoine sous-terrain ». Il rappelle tout d’abord que « l’eau a un coût » mais « qui peut dire ce qu’il paie pour l’eau ? Personne ne le sait vraiment ».

« Le prix moyen de l’eau potable et de l’assainissement collectif est de 3,98 € / m3 d’eau consommée mais les tarifs peuvent dépasser les 6 €. Ces inégalités de tarifs selon les régions et selon les conditions de traitement posent d’ailleurs la question : ne devrait-on pas instaurer un système de péréquation, pour plus de clarté et d’équité ? Sans compter que la facture d’eau est souvent noyée dans le montant des charges de la copropriété. Ce flou sur ce que l’on paye a un impact psychologique : chacun a le sentiment que l’eau est un bien primaire, gratuit, au même titre que l’air », souligne le président de la FNTP.

L’eau paye l’eau ? « Derrière cette formule lapidaire, il y a bien sûr le fait que le consommateur paie sa consommation, mais aussi qu’il paie la collecte, le traitement et la distribution de son eau pour qu’elle lui parvienne utilisable et potable et son assainissement pour qu’elle retourne à la nature nettoyée. En théorie, il paie aussi à travers sa facture d’eau le coût de l’entretien et de nouvellement des réseaux adéquats… mais en théorie seulement ».

Des canalisations trop peu renouvelées

Bruno Cavagné pointe ensuite la vétusté des infrastructures « qui a pour conséquence qu’un quart de l’eau potable parte dans la nature ». En effet, alors que la durée de vie des canalisations s’élève à 50 voire 75 ans, elles ne sont renouvelées que tous les 167 ans.

Les fuites d’eau « offusquent » mais « on ne se donne pas les moyens d’entretenir nos canalisations. Il y a bien une instruction administrative concernant les règles de la comptabilité publique locale qui oblige à prévoir d'amortir les infrastructures... sauf que la durée d'amortissement y est facultative ».

Le président de la FNTP préconise que pour « cinquante ans de durée de vie des tuyaux », 2% de la somme investie initialement soit allouée chaque année à l’amortissement pour ainsi anticiper leur entretien. C’est actuellement « loin d'être le cas au regard du taux de renouvellement des infrastructures pratiqué : Il est de 0,60%, en moyenne, ce qui équivaut à un renouvellement des réseaux tous les... 167 ans ! »

Entretenir le patrimoine sous-terrain

Bruno Cavagné estime important de se poser la question du financement des infrastructures : « Pour cela, nous devons éveiller l’usager sur le vrai coût de l’eau, mais aussi les pouvoirs publics. Elus et agences de l’eau doivent pouvoir engager ce travail de responsabilité face aux nécessaires dépenses de renouvellement des réseaux ».

Les « Assises de l’Eau » devrait répondre à cette problémétique. L'initiative vise entre autres une meilleure connaissance des réseaux et le déploiement de dispositifs qui permettent aux collectivités d’investir. Trois groupes de travail ont été constitués pour cette première séquence dédiée au « petit cycle » : Diagnostic technique et financier ; Ingénierie technique et juridique ; Ingénierie de financement. La deuxième séquence, qui devrait être lancée en août, traitera des aspects qualitatifs et quantitatifs des ressources en eau. Il s’agira d’aider les territoires à être « plus résilients au changement climatique ».

Bruno Cavagné le souligne : « Ce n'est pas parce que nos canalisations sont enfouies et donc invisibles, qu'il faut oublier d'entretenir notre patrimoine sous-terrain. C'est une question d'écologie comme d'économie. Nous ne pouvons décemment pas accepter de gaspiller des milliards de litres d'eau à cause de mini fuites piquetant nos réseaux d'eau. C'est irresponsable face aux défis environnementaux qui se posent à nous. Les conséquences du réchauffement climatique, inondations ou sécheresse, nous imposent une maîtrise des flux. »

« Nous avons aujourd'hui à disposition des nouvelles technologies innovantes qui nous permettent de repérer les fuites ou de réguler les flux grâce à des capteurs intelligents. Investissons donc pour en finir avec le gaspillage. Si dès maintenant les moyens ne sont pas alloués à l'entretien de nos installations d'eau, nous allons laisser une dette grise à nos enfants qui devront mettre la main à la poche pour pallier nos insuffisances actuelles », conclut-il.

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

« Aqua Prêt », une offre pour soutenir le renouvellement des réseaux d’eau

« Aqua Prêt », une offre pour soutenir le renouvellement des réseaux d’eau

Dans le cadre des Assises de l’Eau, la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) et la Banque des Territoires ont lancé l’offre « Aqua Prêt » pour répondre aux besoins de modernisation et d’entretien des réseaux d’eau et d’assainissement gérés par les collectivités locales. Une enveloppe de 2 milliards d’euros a été prévue à cet effet. Les projets doivent permettre l’amélioration des ouvrages liée au recueil des eaux pluviales notamment. Tous les détails.
Le gouvernement s’engage auprès des collectivités pour la rénovation des réseaux d’eau

Le gouvernement s’engage auprès des collectivités pour la rénovation des réseaux d’eau

La Fédération Nationale des Travaux Publics (FNTP) le réclamait, le gouvernement l’a fait ! Le Premier ministre Edouard Philippe a présenté le mercredi 29 plusieurs mesures visant à soutenir les collectivités impliquées dans des travaux de rénovation des réseaux d’eau. Du renforcement du rôle des Agences de l’eau à l’amélioration des conditions d’emprunts, en passant par de nouvelles aides économiques, retour sur les mesures phares qui ont été mises en lumière.
Le syndicat des Canalisateurs lance un concours pour promouvoir ses métiers

Le syndicat des Canalisateurs lance un concours pour promouvoir ses métiers

Le syndicat des Canalisateurs annonce le lancement d’un jeu concours vidéo visant à valoriser les travaux de réseaux d’eau potable, d’assainissement et de gaz et promouvoir ces métiers d’avenir. Ouvert aux entreprises et aux centres de formation, les vidéos, d’une durée comprise entre 1 et 3 minutes, doivent être transmises avant le 31 mars 2019. Elles doivent mettre en lumière un geste, un engin, une spécialité ou encore un chantier.
Saint-Gobain prêt à céder sa filiale DMTP à Frans Bonhomme

Saint-Gobain prêt à céder sa filiale DMTP à Frans Bonhomme

Frans Bonhomme, premier distributeur français de réseaux et canalisations, a annoncé ce jeudi 18 juillet être entré, avec le soutien de son actionnaire principal, Centerbridge Partners, en négociations exclusives avec Saint-Gobain pour lui racheter sa filiale Distribution de Matériaux de Travaux Publics (DMTP). Ce rapprochement permettrait la création d’un nouveau leader du BTP, avec 438 points de vente, 2 500 collaborateurs, et un chiffre d’affaires de 850 millions d’euros.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter