Bruno Cavagné reconduit à la tête de la FNTP Vie des sociétés | 01.06.17

Partager sur :
Regroupant quelque 7 500 entreprises du secteur, la Fédération nationale des travaux publics (FNTP) a annoncé ce mercredi 31 mai la réélection de Bruno Cavagné au poste de président. Ce dernier, qui signe par là même son second mandat, a ainsi fait part de sa volonté d'enrichir l’offre de services proposée par l’organisme, avec notamment la mise en place de nouvelles formations dédiées au BIM.
Les infrastructures, la transition énergétique, ou encore la commande publique… Autant de thématiques sur lesquelles la FNTP (Fédération nationale des travaux publics) est appelée à intervenir, par souci d’accompagner au mieux les 20 fédérations régionales qu’elle regroupe (soit 245 000 salariés).

Afin d’accomplir cette mission dans les meilleures conditions, le Conseil d’administration de l’organisme vient tout juste d’annoncer la réélection de Bruno Cavagné, qui poursuivra donc son action à la présidence de la FNTP. Pour rappel, il avait été élu une première fois en septembre 2013, succédant alors à Patrick Bernasconi.

Dirigeant du groupe toulousain GIESPER, Bruno Cavagné avait fait ses preuves à la tête de la commission des marchés de la CCI de 1997 à 2009, puis de la FRTP entre 2008 et 2013. Membre du bureau du MEDEF, conseiller du CESE, administrateur de BTP Banque, la SMAvie BTP et la CNETP, vice-président de la SGAM btp, Bruno Cavagné est également Chevalier dans l’Ordre national du mérite – distingué par le ministère de l’Écologie.

Aujourd’hui, ses nouveaux combats seront plus que jamais axés sur l’enrichissement de l’offre de services de la FNTP. Il souhaite notamment donner une nouvelle impulsion « au système de formation de la profession sur la période 2017-2021 », mettre en place une « offre de formation auprès des dirigeants sur les enjeux du ‘’BIM’’ » et instaurer « un guichet unique pour le traitement des accidents du travai : maladies professionnelles ».

Le président réélu a également annoncé qu’une attention particulière sera portée sur les actions menées par Emmanuel Macron, qui prévoyait, alors qu’il était candidat à la présidentielle, de créer un Conseil d’orientation et de programmation des infrastructures de long terme (COPIL) visant à évaluer et identifier les projets nationaux prioritaires et la mise en place d’une loi de programmation des infrastructures. Autant de projets que Bruno Cavagné devra mener à bien d’ici la fin de son mandat, dans trois.

F.C
Photo de Une : ©FNTP
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Nouveau président pour l’OGBTP

Nouveau président pour l’OGBTP

L’Office général du bâtiment et des travaux publics (OGBTP) vient tout juste d’annoncer l’élection d’un nouveau président à sa tête. Paul-François Luciani, entrepreneur, aura ainsi la lourde tâche d’organiser au mieux les actions menées par la fédération, qui propose notamment des solutions pour faciliter les tâches imposées aux architectes et professionnels du bâtiment.
Vers la création d’un OPCO de la Construction ?

Vers la création d’un OPCO de la Construction ?

Neuf organismes incontournables du BTP ont publié hier, lundi 29 octobre 2018, un communiqué de presse commun annonçant leur volonté de créer un Opérateur de compétences (OPCO) de la Construction ouvert à toutes les branches concernées. Cette initiative permettra notamment de développer les compétences des salariés et de répondre aux besoins des entreprises.
Transition énergétique : la FNTP réclame plus de moyens

Transition énergétique : la FNTP réclame plus de moyens

En marge des Assises Européennes de la Transition Énergétique, qui se déroulent en ce moment même à Bordeaux, la Fédération Nationale des Travaux Publics et d’autres organismes spécialisés ont tenu à adresser un message aux pouvoirs publics : si la France veut réussir sa transition énergétique, il faudra donner plus de moyens aux entreprises du BTP. Décryptage.
Réduction des dépenses publiques : la FNTP alerte les candidats à la présidentielle

Réduction des dépenses publiques : la FNTP alerte les candidats à la présidentielle

Réduire les dépenses publiques de 100 milliards d’euros : c’est l’une des propositions envisagées par de nombreux candidats aux élections présidentielles françaises. Une initiative qui pourrait avoir des conséquences catastrophiques selon la Fédération nationale des travaux publics (FNTP). En effet, 70% de l’activité du secteur dépend directement de la commande publique. Tous les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter