Immobilier ancien : l’augmentation des prix n’empêche pas les ventes de grimper Vie des sociétés | 02.10.17

Partager sur :
Il y a quelques jours, Guy Hoquet l’Immobilier et Laforêt faisaient part d’une hausse des transactions et des prix depuis le début de l’année sur le marché de l’immobilier ancien. Un constat confirmé aujourd’hui par l’Insee. En effet, d’après l’Institut, les prix des logements anciens ont augmenté de 1% au deuxième trimestre par rapport aux trois mois précédents. Sur un an, 921 000 transactions ont également été recensées – un record jamais atteint jusqu’alors.
Le dynamisme observé sur le marché de l’immobilier ancien l’année dernière semble toujours d’actualité ! En effet, comme le constataient Guy Hoquet l’Immobilier et Laforêt il y a quelques jours, « les prix des logements anciens et le volume de transactions continuent d’augmenter au deuxième trimestre 2017 », d’après les derniers chiffres de l’Insee.

Au deuxième trimestre, les coûts des biens anciens ont ainsi progressé de 1,0% par rapport à la période janvier-février-mars 2017, à raison de +1,6% pour les appartements et +0,6% pour les maisons. Sur un an, la hausse est d’autant plus impressionnante, puisqu’elle attend 3,4%, soit +4,2% pour les appartements et +2,9% pour les maisons.

L’Insee note néanmoins que la tendance est davantage visible en Île-de-France qu’en province. Au deuxième trimestre 2017, les prix franciliens ont en effet augmenté de 1,3%, contre 0,9% dans les autres régions. Sur l’année, la hausse atteint les 3,9% sur Paris et son territoire, contre 3,2% dans le reste de la France. Dans tous les cas, les appartements sont, là encore, plus porteurs que les maisons.

Cependant, la revalorisation des biens anciens ne semble avoir que peu d’impact sur les ventes effectuées par les agences immobilières. D’après l’Insee, le nombre de transactions réalisées au cours des douze derniers mois à fin juin 2017 atteint le record de 921 000 unités. « Il excède ainsi nettement le volume cumulé un an plus tôt (819 000 juin 2016) », indique l’Institut.

« Ce niveau est atteint dans un contexte de croissance tendancielle du parc de logements existants (+1% environ en moyenne par an depuis trente ans) », rappelle l’organisme. Autant dire que l’immobilier ancien devrait encore atteindre des sommets en 2017 !

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Stabilisation des ventes de logements anciens en 2018

Stabilisation des ventes de logements anciens en 2018

En cette période de fin d’année, le Conseil supérieur du notariat a lui aussi dressé le bilan de 2018 pour le marché de l’immobilier ancien. Les hausses des taux d’intérêt des prêts et des prix des biens n’auront visiblement pas été sans conséquences. En effet, avec 956 000 ventes estimées sur les douze derniers mois à fin septembre 2018, le volume annuel ne progresse que de +0,8%. Bien que ces indicateurs ne soient pas définitifs, il semble peu probable que le million de transactions soit dépassé.
L’immobilier se porte toujours aussi bien d’après les Notaires de France

L’immobilier se porte toujours aussi bien d’après les Notaires de France

Si la conjoncture est plutôt favorable dans le secteur du bâtiment, les Notaires de France notent eux aussi que celui de l’immobilier est en pleine croissance. 921 000 ventes ont ainsi été réalisées en un an à fin juin 2017, tandis que le taux de rotation demeure à un niveau particulièrement élevé. De quoi laisser présager le meilleur pour le reste de l’année.
L’immobilier ancien toujours au top !

L’immobilier ancien toujours au top !

La hausse des prix se poursuit pour les logements anciens ! Selon l’Insee, ces derniers ont en effet progressé de +1,6% sur la période juillet-août-septembre, par rapport au trimestre précédent. Sur un an, cette hausse culmine à 3,9%, tirée par les appartements, dont les coûts ont augmenté de 5,1%. Les maisons, de leur côté, voient leurs prix croître de 3,1% en moyenne. Tous les chiffres.
Nouveau rebond des prix des logements anciens

Nouveau rebond des prix des logements anciens

La baisse des ventes de logements n'aura finalement eu que peu d'impact sur les tensions du marché ! A tel point que les prix dans l'ancien ont encore augmenté au premier trimestre 2018, à raison de +1,5% sur les trois derniers mois, et +3,5% sur un an selon l'indice Notaires-Insee paru ce 7 juin. A fin mars 2018, le volume annuel de transactions s'élève à 956 000 unités, se stabilisant par rapport à décembre dernier.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter