Immobilier : hausse des prix en zone euro et bulle aggravée en Chine Vie des sociétés | 09.12.10

Partager sur :
Dans la zone euro, les prix de l'immobilier sont repartis à la hausse en 2010, indique un rapport de la BCE publié jeudi, qui souligne toutefois de fortes disparités. En Chine, la bulle immobilière s'aggrave avec des prix parfois fortement surévalués, selon l'Académie des Sciences sociales.
Les prix de l'immobilier sont repartis à la hausse en 2010 dans la zone euro, marquant toutefois des disparités selon les pays, indique le rapport mensuel de la Banque centrale européenne publié jeudi. Une hausse de 0,3% des prix de l'immobilier a ainsi été enregistrée au premier trimestre 2010 et de 1,8% au deuxième trimestre sur un an. En 2009, ils avaient reculé de près de 3%, selon l'institution européenne. Ainsi en Irlande, Grèce, Espagne, aux Pays-Bas, en Slovaquie et en Estonie, qui rejoint la zone euro le 1er janvier 2011, les prix de l'immobilier ont continué à reculer au deuxième trimestre sur un an. Ils ont en revanche augmenté en Belgique, France ou Finlande, en particulier dans les zones urbaines. L'offre de logement a continué à décroître tandis que la demande s'est améliorée. Le nombre de permis de construire déposés "suggère de meilleures perspectives" du côté de l'offre dans les mois à venir, précise la BCE.

Au Royaume-Uni les prix des logements sont repartis en légère baisse en novembre, perdant 0,1% en un mois après un rebond en octobre, selon le baromètre mensuel du marché immobilier britannique publié jeudi par la banque Halifax. Selon celle-ci, l'évolution de novembre reflète l'évolution erratique du marché immobilier, marqué par une succession de hausses et de baisses mensuelles des prix. Toutefois "certains signes montrant que les propriétaires sont plus réticents à mettre des biens en vente sur le marché, ce qui pourrait aider à faire remonter les prix", indique Halifax.

Bulle immobilière

En Chine c'est la bulle immobilière qui s'aggrave avec des prix d'appartements dans les grandes villes parfois fortement surévalués, selon un rapport de l'Académie des Sciences sociales. Selon une enquête portant sur 35 villes, l'immobilier dans 11 d'entre elles est proposé à des prix dépassant de 30% à 50% un indice de référence prenant en compte 11 facteurs dont les infrastructures et le pouvoir d'achat, l'écart atteignant même 70% dans la ville de Fuzhou (sud-est). Les prix de l'immobilier se maintiennent à un niveau très élevé ou continuent même à progresser malgré des mesures restrictives sur l'octroi de crédits prises depuis le mois d'avril. * Les injections massives de liquidités dans l'économie depuis deux ans pour contrebalancer les effets de la crise financière mondiale ont provoqué un gonflement de la masse monétaire, qui alimente la hausse des prix en Chine, notamment dans l'immobilier.

Record à Paris
Les prix de vente des logements anciens à Paris auront augmenté d'environ 20% en 2010, par rapport à 2009, avec un nouveau record historique d'environ 7.500 euros/m2 en fin d'année, selon une étude de la Chambre des notaires de Paris et de l'Ile-France publiée jeudi. "Le rythme de la hausse des prix des logements s'est intensifié dans la capitale", soulignent les notaires qui constatent une explosion des prix.

Laurent Perrin (source AFP)

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Vers un droit de propriété qui dissocie le foncier du bâti ?

Vers un droit de propriété qui dissocie le foncier du bâti ?

La proposition de loi concernant la dissociation du foncier et du bâti portée par le député MoDem Jean-Luc Lagleize a été adoptée ce jeudi 28 novembre en première lecture à l’Assemblée nationale. Elle propose de confier, par l’intermédiaire d’organismes de fonciers publics, la propriété des terrains aux collectivités pour éviter la spéculation immobilière, et de créer un troisième droit de propriété.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter