Isolation : bientôt des polyols biosourcés pour TPF Industrie ?

Vie des sociétés | 06.09.21
Partager sur :
Isolation : bientôt des polyols biosourcés pour TPF Industrie ? - Batiweb
Créée en 2019, TPF Industrie, filiale de Mirbat Groupe Holding (MGH), formule des polyols pour le marché du polyuréthane projeté. Depuis mai 2020, son usine de Noves, dans les Bouches-du-Rhône (13) produit environ 5 000 tonnes de polyols par an, dédiés à l'isolation des bâtiments. Prochaine étape : développer des polyols 100 % biosourcés à base d'huiles végétales, et créer une usine dédiée. Les explications de Rodolphe Bagot, responsable de l'usine TPF Industrie de Noves.

En 2019, le groupe Mirbat Groupe Holding (MGH) crée sa filiale Technique Polyuréthane France (TPF) Industrie, spécialisée dans la production de polyols destinés au marché du polyuréthane projeté pour l'isolation des bâtiments.

 

Le groupe investit alors 3,5 millions d'euros dans la création d'une usine à Noves, dans les Bouches-du-Rhône. Depuis mai 2020, l'usine produit environ 5 000 tonnes de polyols par an, avec une capacité de production jusqu'à 15 000 tonnes. Deux types de polyols y sont fabriqués pour différentes applications : à cellules ouvertes, notamment pour l'isolation des murs et sous-face de toiture, et à cellules fermées, en grande partie pour les sols.

 

« Actuellement, il y a deux sortes de polyuréthanes sur le marché de l'isolation du bâtiment. : il y a les panneaux sandwichs ou plaques, qui sont directement fabriqués en usine, et le polyuréthane projeté. Quand on assemble des plaques de polyuréthane, on a toujours un petit pont thermique a chaque assemblage de plaques. L'avantage du polyuréthane projeté, c'est qu'il n'y a pas de ponts thermiques, donc on a beaucoup moins de déperditions », explique Rodolphe Bagot, responsable de l'usine TPF Industrie.

 

Vers des polyols plus écologiques

 

Au niveau des étapes de fabrication des polyols, les matières sont reçues séparement, puis une dizaine de composants sont dosés avant d'être mélangés. Une étape de refroidissement est ensuite nécessaire pour atteindre une température d'environ 15 degrés avant d'ajouter un agent gonflant. Concernant ce dernier, Rodolphe Bagot souligne que TPF Industrie utilise une nouvelle génération d'hydro-fluoro-oléfines (HFO), qui n'émet pas de gaz à effet de serre, contrairement à l'hydro-fluoro-carbures (HFC), qui sera d'ailleurs interdit en Europe à partir de 2023.

 

A l'issue du processus de fabrication, en grande partie géré par un automate, le laboratoire réalise un contrôle en interne pour tester les polyols, vérifier leur dosage en eau, leur réactivité et leur densité, avant qu'ils ne soient conditionnés et envoyés aux clients. Enfin, pour fabriquer le polyuréthane, de l'isocyanate est mélangé au polyol.

 

Actuellement, l'équipe R&D réalise des tests pour produire de nouveaux polyols 100 % biosourcés, conçus à partir d'huiles végétales, de colza, de ricin, ou de noix de cajou. 

 

« D'ici deux ou trois ans, on est en train de regarder pour créer une usine de production de polyols biosourcés. Cela veut dire qu'on achètera l'huile et on fera nous-même la transformation vers le polyol », précise Rodolphe Bagot.

 

En termes de recyclage, le responsable de l'usine ajoute que des copeaux de polyols ou de polyuréthane peuvent être réintégrés dans les machines et réutilisés.

 

Concernant les autres axes de développement de TPF Industrie, Rodolphe Bagot évoque également la possibilité d'élargir les applications hors du bâtiment.

 

Propos recueillis par Claire Lemonnier

 

Claire.lemonnier
filter_list

Sur le même sujet

Le SNPU interpelle les candidats à la présidentielle sur l’isolation - Batiweb

Le SNPU interpelle les candidats à la présidentielle sur l’isolation

Le SNPU (syndicat national des polyurethanes) a publié mercredi une lettre ouverte aux candidats à l’élection présidentielle Française. Le syndicat y encourage les candidats à faire aborder l’isolation dans leurs programmes respectifs et à soutenir l’industrie du polyuréthane. La lettre rappelle également les propriétés ainsi que l’importance de ce matériau dans l’industrie française du bâtiment.
En 2017, le marché des isolants a progressé de près de 5% - Batiweb

En 2017, le marché des isolants a progressé de près de 5%

Avec près de 40 millions de m3 d’isolants posés, le marché de l’isolation thermique pour les bâtiments a progressé d’environ 5% en 2017. Les chiffres, révélés par TBC Innovations, viennent ainsi conforter la tendance observée en 2016. Mais si les perspectives pour 2018 sont encore bonnes, la prudence est de mise. En effet, la construction neuve a quelque peu fléchi ces derniers mois et la rénovation tourne au ralenti. Précisions.
Buitex étend sa gamme Cotonwool aux panneaux en laine de coton - Batiweb

Buitex étend sa gamme Cotonwool aux panneaux en laine de coton

Alors que les produits Cotonwool étaient jusqu’ici uniquement disponibles en vrac pour les combles perdus, Buitex, spécialiste de l’isolation, a annoncé l’extension de sa gamme et propose désormais des panneaux en laine de coton. La gamme s’étend donc à l’ensemble de la maison, que ce soit pour les combles aménagés, les cloisons, les murs intérieurs, ou les planchers intermédiaires. Une solution d’isolation performante, mais aussi biosourcée, qui fait la part belle au renouvelable.
Le polyuréthane se récupère doucement mais sûrement de la crise du MDI - Batiweb

Le polyuréthane se récupère doucement mais sûrement de la crise du MDI

Lors d’une conférence de presse organisée ce mardi 5 février, le SNPU a révélé les chiffres du polyuréthane. S’il détient encore 10% de part du marché de l’isolation, le matériau a « fortement » souffert de la crise du méthyl-di-isocyanate (MDI). Conséquence, le secteur, qui connaissait jusqu’à alors une progression continue, a vu son activité se replier de – 10% en 2018. Le syndicat déclare cependant ne pas « être inquiet ». L’année 2019 devrait en effet permettre au polyuréthane de renouer avec la croissance.