L'Anah ambitionne 38 000 logements précaires rénovés en 2014

Vie des sociétés | 29.01.14
Partager sur :
L'Anah ambitionne 38 000 logements précaires rénovés en 2014 - Batiweb
Après 31 235 logements rénovés l'an dernier, grâce au programme de lutte contre la précarité énergétique "Habiter mieux" mené par l'Agence nationale de l'habitat (Anah), 38 000 logements devraient en bénéficier en 2014 a annoncé Isabelle Rougier, directrice générale de l'Anah. Une dynamique positive importante qui a permis pour la première fois en trois ans, de dépasser l'objectif de 30 000 logements rénovés par an.

Coupler les travaux d'adaptation à ceux de rénovation

En 2013, 540,5 millions d'euros d'aides ont été accordés à l'Anah pour financer des travaux, contre 341 millions d'euros en 2012. Un montant en hausse de 60%, grâce au relèvement des seuils d'accès aux aides qui a permis de doubler le nombre de ménages bénéficiaires, et à la hausse du taux de subvention maximum, passé de 35% à 50%.

« Nous avons élargi le champ du programme et revalorisé les aides, il y a eu aussi la campagne "J'éco-rénove, j'économise" qui a informé les ménages sur les aides dont ils pouvaient bénéficier », rappelle Isabelle Rougier, directrice générale de l'Anah. En parallèle, les aides aux travaux visant à adapter les logements au maintien à domicile des personnes âgées ou en perte d'autonomie ont bénéficié à 13 000 logements l'an dernier, soit 2000 de plus qu'en 2012, et l'objectif sera de 15 000 logements cette année, a précisé Isabelle Rougier.

La priorité de l'Anah cette année sera de « coupler davantage ces travaux d'adaptation avec des travaux de rénovation énergétique : avoir un logement correctement chauffé, des dépenses d'énergie faibles, c'est aussi l'une des conditions du maintien à domicile pour les personnes âgées », précise la directrice. Après 31 235 logements rénovés l'an dernier, l'Anah veut monter à 38 000 en 2014.

75% du budget est consacré à la rénovation énergétique

Toutefois l'adaptation des logements au handicap ou à la perte d'autonomie ne représente que 45 millions d'euros (+26%), contre 132 millions pour la lutte contre l'habitat indigne et très dégradé, et 383 millions pour la rénovation énergétique, à laquelle l'Anah consacre les trois quarts de son budget. Enfin, la lutte contre l'habitat indigne et les copropriétés dégradées, sera davantage intégrée dans la politique de développement des territoires. L'Anah pourrait ainsi contractualiser ses interventions, liées à un projet économique global, avec les territoires.

« Dans la géographie prioritaire de notre action, vont rentrer davantage de quartiers anciens, de centres-bourg des zones rurales, où il y a des logements vacants, dégradés. L'enjeu est de les réinvestir, de refaire venir des habitants, d'y remettre de l'activité et aussi d'éviter l'étalement urbain », détaille Isabelle Rougier.

Aujourd'hui, près de 3,8 millions de ménages français sont considérés en situation de précarité car ils consacrent plus de 10% de leurs revenus à leur facture d'énergie (chauffage essentiellement). Près de 87% de ces ménages résident dans le parc privé et 62% d'entre eux sont des propriétaires aux revenus modestes, selon l'Anah.

Logements rénovés par l'Anah en France en 2013


B.P (avec AFP)

© pandore - Fotolia.com
Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

L'Anah réclame 80 millions d'euros de plus pour remplir ses objectifs en 2015 - Batiweb

L'Anah réclame 80 millions d'euros de plus pour remplir ses objectifs en 2015

L'Agence nationale de l'habitat (Anah), établissement public dédié à la réhabilitation des logements privés, estime jeudi avoir besoin d'« au moins 80 millions d'euros » supplémentaires pour atteindre les objectifs qui lui ont été fixés pour 2015. En 2013, 540,5 millions d'euros d'aides ont été accordés par l'Anah pour financer des travaux, un montant en hausse de 60 % sur un an.
La rénovation énergétique des copropriétés, nouvelle priorité du BTP - Batiweb

La rénovation énergétique des copropriétés, nouvelle priorité du BTP

Arriver à une diminution d’au moins 38 % de la consommation d’énergie d’ici 2020 est l’objectif des travaux de rénovation énergétique des immeubles existants. Cette donnée a été rappelée par Philippe Pelletier, Président du Plan Bâtiment Grenelle, au cours de la conférence intitulée « Rénovation positive ». Le gouvernement Ayrault a également annoncé son intention de mettre en œuvre 600.000 nouveaux logements par an, en lieu et place des 300.000 jusque-là programmés. Cette volonté implique d’encourager les copropriétés privées à réaliser ces travaux. Celles-ci représentent 8,5 millions de logements, soit 1/4 des résidences principales.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter