La baisse des permis de construire menace les constructeurs Vie des sociétés | 17.10.19

Partager sur :
Le secteur du BTP enregistre une baisse de 1,6 % des défaillances de ses entreprises à fin 2019 sur 12 mois glissants, selon une étude Ellisphere. Mais la conjoncture reste plus favorable pour les travaux publics et les matériaux de construction, que pour les constructeurs de maisons individuelles, qui voient leur activité menacée par la réduction du prêt à taux zéro et la baisse des permis de construire. Les entreprises de la construction enregistrent ainsi une hausse de 7 % des procédures judiciaires sur un an.

Bonne nouvelle ! Les défaillances d’entreprises du BTP – ouvertures de redressements judiciaires et liquidations judiciaires directes – ont baissé de 1,6 % à fin août 2019 sur 12 mois glissants. On compte ainsi 14 000 ouvertures de procédures.

 

Le secteur reste toutefois le premier en termes de sinistralité à l’échelle nationale, avec 27 % des procédures ouvertes sur un an en France métropolitaine. A fin août 2019, près de 38 500 postes salariés étaient menacés.

 

Le secteur de la construction, davantage menacé par les défaillances

 

Dans un contexte de baisse des permis de construire, les constructeurs de maisons individuelles sont particulièrement touchés. Ils représentent 6 % des défaillances du secteur et enregistrent une progression de 7 % des procédures sur un an.

 

Plus inquiétant : la tendance ne devrait pas s’améliorer puisque la production de logement neufs pourrait chuter de 30 000 unités sur l’année, et la réduction de l’accès au prêt à taux zéro à partir du 1er janvier 2020 devrait encore accentuer le phénomène.

 

La baisse des aides aux travaux de rénovation énergétique liée à la réforme du CITE et l’exclusion des ménages les plus aisés du dispositif inquiètent également les sous-traitants du second œuvre.

 

Le secteur de la construction, particulièrement touché par les défaillances. Source : Etude Ellisphere

 

Une conjoncture plus favorable pour les TP et matériaux de construction

 

Du côté des entreprises de travaux publics, la période est en revanche plus favorable, avec une activité soutenue par des investissements communaux à l’approche des élections municipales de 2020, et grâce au dynamisme apporté par les chantiers du Grand Paris et du plan Très haut débit.

 

Enfin, les conditions sont également favorables pour les entreprises de matériaux de construction, peu impactées par les défaillances sur 12 derniers mois, et dont la sinistralité recule de près de 5 %.

 

C.L.

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La rentabilité des entreprises du BTP en plein redressement

La rentabilité des entreprises du BTP en plein redressement

Si la crise s’éloigne peu à peu du secteur du BTP, la santé financière des entreprises de la construction reste encore incertaine. En effet, d’après le dernier rapport publié par BTP Banque, les professionnels du bâtiment sont nombreux à recourir aux crédits de trésorerie afin de financer leur activité. Leur rentabilité, en revanche, semble aller de mieux en mieux.
Construction : les défaillances d’entreprises se rétractent de 5%

Construction : les défaillances d’entreprises se rétractent de 5%

Une nouvelle étude de la société Altares consacrée aux défaillances d’entreprises révèle que la sinistralité des PME et les emplois menacés ont retrouvé des valeurs d’avant crise au deuxième trimestre 2016. Le nombre de défaillances a ainsi reculé de - 2,7% par rapport à la même période l’année dernière, une tendance qui se perçoit notamment dans le secteur de la construction (- 5%).
Matériaux de construction : malgré une accalmie, l’Unicem reste optimiste

Matériaux de construction : malgré une accalmie, l’Unicem reste optimiste

Dans sa conjoncture publiée ce lundi 1er juillet, l’Unicem (Union nationale des industries de carrières et des matériaux de construction) note une certaine accalmie de l’activité comparé au premier trimestre 2019, peu représentatif des « tendances conjoncturelles ». Malgré ce ralentissement, le syndicat reste relativement optimiste pour les mois à venir face au haut niveau des carnets de commandes dans le BTP. Il revoit ainsi à la hausse ses prévisions sur l’année, estimant à 2,5% l’activité du BPE (béton prêt à l’emploi) et à 2% celle des granulats.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter