Le Brexit fait flamber les prix de l’immobilier parisien Vie des sociétés | 02.11.18

Partager sur :
Depuis l’annonce du Brexit, il y a 1 an et demi, de nombreux Français de Londres et expatriés européens viennent ou rentrent à Paris. Des accédants au pouvoir d’achat bien plus élevé que la classe moyenne parisienne, et dont la forte demande fait monter les prix dans la capitale, notamment dans le Marais, les 6e, 7e et 9e arrondissements.
Du temps s’est écoulé depuis le vote pro-Brexit et il est maintenant possible de dresser un premier bilan : les Français et européens expatriés à Londres commencent à se retourner vers Paris. La demande de haut-de-gamme augmente et les prix de l’immobilier parisien aussi…

Hors le Marais, les 6e, 7e et 9e arrondissements, les quartiers familiaux du 8e, 16e, 17e arrondissements, ainsi que Neuilly, sont également très prisés par ces ménages qui ont souvent entre 40 et 50 ans et déjà des enfants : « Leur recherche la plus courante concerne des appartements entre 140 et 180m2 avec un double séjour et 3 chambres » note Charles-Marie Jottras, président du groupe immobilier de luxe Daniel Féau. Au sein du réseau immobilier Barnes, entre 8% et 12% des ventes d’appartements se fait auprès de cette clientèle depuis environ 6 mois.

Une clientèle au fort pouvoir d’achat


« Cette clientèle internationale et de Français de l’étranger arrive avec des références de prix différentes des nôtres » explique Thibault de Saint Vincent, le président de Barnes. La barre des 20 000 euros par m2 a ainsi été franchie dans le 18e arrondissement, à Montmartre, et est montée à 25 000 euros/m2 dans le Marais.

Londres était 2,8 fois plus chère que Paris il y a trois ans et on estime aujourd’hui que la capitale londonienne est toujours 1,8 fois plus chère. Dans le dernier Barnes Global Handbook, qui établit un classement des villes les plus recherchées par les personnes fortunées, « high net worth individuals », Londres a cependant été détrônée de la première place qu’elle occupait depuis 20 ans au profit de New York, immédiatement suivie de Paris. D’après ce même classement, Londres sera sortie du Top 5 en janvier prochain, New York étant elle-même remplacée par Hong-Kong.

Selon le baromètre Barnes, qui se base sur le prix moyen de ses transactions depuis début 2018, le prix moyen du marché haut de gamme à Paris serait de 11 100 euros le m2. Certains « vieux » habitants du Marais sont évidemment ravis de vendre leur appartement entre 15 000 et 20 000 euros, voire 25 000 euros le m2. Mais ils partent souvent habiter aux extrêmes du 11e et du 12e, voire sortent de Paris.

Le président de Barnes craint un phénomène de gentrification : « Cela m’évoque Londres qui était devenue à 60% une ville habitée par les non-Britanniques, toute la classe moyenne ayant été refoulée en 1ere,, 2e et 3e périphéries. A Paris aussi, le grand perdant est la classe moyenne qui ne peut plus se loger dans sa propre ville ».

C.L.

Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Immobilier ancien : les prix continuent d’augmenter au 3e trimestre - Batiweb

Immobilier ancien : les prix continuent d’augmenter au 3e trimestre

Le marché de l’immobilier ancien est toujours en pleine forme. Les prix ont continué leur hausse au troisième trimestre 2019, poursuivant la tendance engagée depuis trois ans. Entre juillet et octobre 2019, les prix ont ainsi augmenté de +3,2 % par rapport à un an plus tôt. Même dynamisme du côté des transactions, qui atteignent un nouveau record avec 1 059 000 ventes à fin octobre. Les ventes ont ainsi progressé de +10,4 % en un an.
2017, année en hausse pour les bureaux franciliens - Batiweb

2017, année en hausse pour les bureaux franciliens

Nouveau signe du dynamisme du marché de l’immobilier, la demande placée de bureaux en Île-de-France a très largement augmenté en 2017 par rapport à l’année précédente. Selon le Groupement d’intérêt économique ImmoStat, cette hausse s’élève en effet à 8%, après un quatrième trimestre particulièrement actif (+21%). Une forte demande qui n’a d’ailleurs pas été sans conséquence sur les loyers, qui ont également progressé. Tous les chiffres.
Immobilier : les ventes et les prix au beau fixe - Batiweb

Immobilier : les ventes et les prix au beau fixe

La FNAIM (Fédération Nationale de l’Immobilier) publie sa conjoncture trimestrielle avec des chiffres arrêtés au 20 juin 2019, et le moins que l’on puisse dire, c’est que les résultats sont toujours aussi positifs, que ce soit du point de vue des ventes, qui atteignent un nouveau record, ou des prix, qui progressent encore. Bonne nouvelle : la tendance devrait se poursuivre. L’organisme prévoit même d’atteindre 990 000 ventes d’ici la fin 2019, soit une augmentation annuelle de +2,6%.
Hausse des prix dans l’immobilier ancien : la province rattrape l’IDF - Batiweb

Hausse des prix dans l’immobilier ancien : la province rattrape l’IDF

Les Notaires de France ont publié leur bilan annuel pour les logements anciens ce mardi 10 décembre. L’année 2019 a été marquée par un record en termes de transactions, avec 1 059 000 de ventes, soit une hausse de +10,4 % en un an. La hausse se poursuit aussi du côté des prix, avec une moyenne de +3,2 %. Autre fait notable : cette tendance à la hausse s’unifie sur l’ensemble du territoire, puisque la province rattrape la région parisienne.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter