Le Gouvernement valide l’installation de 700 nouveaux notaires – le CSN proteste Vie des sociétés | 06.12.18

Partager sur :
La loi Macron de 2015 visant à un processus de libéralisation de la profession espérait l’installation de 1650 nouveaux notaires d’ici septembre 2018, mais l’Autorité de la concurrence estimait cet été que l’objectif ne serait pas atteint et avait préconisé l’installation de 700 nouveaux notaires d’ici 2 ans. Une recommandation acceptée par le Gouvernement ce jeudi 6 décembre, mais toujours contestée par le Conseil supérieur du Notoriat.
Le Gouvernement a accepté aujourd’hui la recommandation de l’Autorité de la concurrence qui préconisait l’installation de plus de 700 nouveaux notaires d’ici 2020. L’exécutif prévoit ainsi l’ouverture de 733 postes, répartis entre les 229 zones d’installation libres créées par la loi Macron de 2015.

Cette décision a pour objectif d’implanter des offices de notaires afin de renforcer la proximité et l’offre de services. Un processus impossible avant 2015, puisqu’un notaire devait auparavant être présenté par le prédécesseur dont il rachetait l’office, puis nommé par le ministre de la Justice, ou être sélectionné par concours pour un office vacant ou créé – cette dernière situation restant très rare.

Une deuxième vague trop précoce selon le CSN

Le Conseil supérieur du Notariat (CSN) a réagit dans la foulée en publiant un communiqué, acceptant d’assurer « avec loyauté et pragmatisme l’intégration des nouveaux confrères ». L’organisme déplore cependant « une nouvelle vague de création venue au moins un an trop tôt », et « d’autant moins opportune que la première vague a été déclenchée avec une année de retard, et que la majorité des nouveaux offices n’ont pas encore trouvé leur équilibre ». Il dénonce également « une vision mécanique de partage d’un potentiel d’activité théorique, sans aucune étude prévisionnelle ».

Le CSN estime que cette décision « ne respecte pas le principe de progressivité posé par la loi Croissance et Activité en 2015 » et évoque la possibilité d’intenter un recours contre l’arrêté.

« Il est vital de laisser à nos nouveaux confrères le temps de s’installer, de se doter en moyens et de se développer pour remplir parfaitement leurs missions de service public ; il aurait fallu prendre un temps de pause et de recul, dans l’intérêt de ces nouveaux confrères et dans celui des clients qui leur font confiance. Cette nouvelle vague, trop précoce, est une occasion manquée », conclut Jean-François Humbert, le nouveau président du CSN.

C.L.

Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Rénovation de fenêtres sur un châssis PVC existant : une solution à proscrire !

Rénovation de fenêtres sur un châssis PVC existant : une solution à proscrire !

L’Union des Fabricants de Menuiseries (UFME) a publié une fiche de recommandation invitant les professionnels à proscrire la pose de fenêtres en réhabilitation sur un châssis PVC existant. Le syndicat rappelle notamment que le DTU 36.5, qui énonce les règles de l’art pour la pose de fenêtres et portes en rénovation, ne traite que des cas des dormants existants conservés en bois ou en acier. En conséquence, cette solution n’est couverte par aucune garantie.
Un train de mesures attendues cette semaine

Un train de mesures attendues cette semaine

Alors que le secteur de la construction s'enfonce dans la difficulté, le président de la République François Hollande a promis dès cette semaine un nouveau train de mesures. Parmi les dossiers prioritaires : le logement, la concurrence et les professions réglementées, la simplification et l'investissement. Il vient également de demander à son Premier ministre de composer un nouveau gouvernement. La nouvelle équipe sera dévoilée ce mardi. Détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter