Jean-François Humbert, élu nouveau Président du Conseil Supérieur du Notariat (CSN) Vie des sociétés | 24.10.18

Partager sur :
L’organisation du notariat a élu hier, mardi 23 octobre 2018, Jean-François Humbert, notaire parisien de 61 ans, à la tête du Conseil Supérieur du Notariat (CSN). Jean-François Humbert devient ainsi le nouveau Président du CSN, et remplace Didier Coiffard, notaire à Oyonnax (01), dont le mandat n’était pas renouvelable.
Jean-François Humbert, notaire à Paris, a été élu nouveau Président du Conseil Supérieur du Notariat (CSN), pour un mandat de 2 ans. Didier Coiffard, son prédécesseur, lui a adressé ses félicitations sur Twitter et a appelé à écrire « une nouvelle page (…) sur la transformation du notariat et la conservation de ses valeurs pour toujours rester en phase avec notre société ».

« Je souhaite ardemment une profession indépendante qui s’agrandit, une profession unie et solidaire qui garantit à tous ses membres, sans exception, un espace de développement et d’épanouissement. » a quant à lui réagit Jean-François Humbert.

Le notaire parisien, qui a différentes responsabilités au sein du CSN depuis le début des années 2000 et représentait depuis quatre ans la chambre interdépartementale de Paris, sera accompagné de six membres du Bureau, également élus le même jour.

Le CSN, toujours opposé à la libéralisation de la profession

Cette élection intervient au deuxième tournant d’un mouvement d’ouverture de la profession, qui a débuté depuis plusieurs années. En 2015, un début de libéralisation de la profession avait été entamé par la « loi Macron », lorsque l’actuel Président était encore ministre de l’Economie. Cette ouverture de la profession a toujours été combattue par les instances de la profession

La « loi Macron » visait l’installation de 1 650 nouveaux notaires d’ici septembre 2018. L’Autorité de la concurrence, chargée de son application, a reconnu cet été que l’objectif ne serait pas atteint, à plusieurs dizaines, voire centaines de nominations près, mais a estimé que la procédure était entrée dans son rythme de croisière. L’Autorité de la concurrence a donc préconisé l’installation de 700 nouveaux notaires d’ici 2020, une recommandation que le gouvernement doit prochainement décider de suivre ou non. Le CSN s’y est une fois de plus opposé.

Avant l’élection de Didier Coiffard, il y a deux ans, un notaire devait être présenté au ministère de la Justice par le prédécesseur dont il rachetait l’office, ou être sélectionné pour un office vacant ou créé, cette dernière situation était très rare.

Les six membres du Bureau également élus sont :

- Maître David Ambrosiano, 48 ans, Premier Vice-Président, notaire à Fontaine (Isère) - Maître Sophie Sabot-Barcet, 47 ans, notaire à Monistrol-sur-Loire (Haute-Loire) - Maître Hélène Pero Augereau-Hue, 46 ans, notaire à Chevreuse (Yvelines) - Maître Jean-Yves Creusy, 61 ans, notaire à Baume-les-Dames (Doubs) - Maître Rozenn Le Bellier, 47 ans, notaire à Lanester (Morbihan) - Maître Nicolas Fantauzzi, 39 ans, notaire à Calvi (Haute-Corse)

C.L.

Photo : Compte Twitter © Notaires_CSN
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le Gouvernement valide l’installation de 700 nouveaux notaires – le CSN proteste

Le Gouvernement valide l’installation de 700 nouveaux notaires – le CSN proteste

La loi Macron de 2015 visant à un processus de libéralisation de la profession espérait l’installation de 1650 nouveaux notaires d’ici septembre 2018, mais l’Autorité de la concurrence estimait cet été que l’objectif ne serait pas atteint et avait préconisé l’installation de 700 nouveaux notaires d’ici 2 ans. Une recommandation acceptée par le Gouvernement ce jeudi 6 décembre, mais toujours contestée par le Conseil supérieur du Notoriat.
La riposte des professions réglementées se prépare

La riposte des professions réglementées se prépare

Alors que le gouvernement souhaite réformer le statut des professions règlementées, la Chambre des notaires de Paris, l'Union nationale des professions libérales et l'Union des architectes se mobilisent à partir de ce lundi 15 septembre. Ils attendent du gouvernement une vraie concertation sur ce dossier qui promet d'être explosif. Détails du conflit.
Débat présidentiel : et l’environnement, dans tout ça ?

Débat présidentiel : et l’environnement, dans tout ça ?

Hier se tenait le débat présidentiel du second tour qui opposait Marine le Pen à Emmanuel Macron. Malgré les attentes des électeurs, l’environnement et l’écologie ont une fois de plus été oubliés par les candidats. Une négligence qui n’a pas manqué de provoquer de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, notamment de Jérôme Guedj, soutien de Benoît Hamon, et d’Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon. Précisions.
Make our planet great again : déjà 250 chercheurs du climat mobilisés

Make our planet great again : déjà 250 chercheurs du climat mobilisés

En juin dernier, Emmanuel Macron, président de la République, invitait les chercheurs, enseignants, entrepreneurs, associations, ONG et étudiants à se mobiliser dans la lutte contre le réchauffement climatique. Une initiative qui a rencontré un franc succès, le CNRS recensant plus de 150 candidatures en juillet dernier. Aujourd’hui, 255 climatologues se sont déjà investis dans ce vaste projet.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter