Fermer

Le marché des pompes à chaleur résiste en 2020

Malgré la crise sanitaire, le marché français des pompes à chaleur persiste et séduit de plus en plus les français. Dans ce contexte, l’association française pour les pompes à chaleur (AFPAC) dresse le bilan et fait une mise au point sur les tendances, les nouvelles normes réglementaires et les meilleures ventes… Explications.
Publié le 25 mars 2021

Partager : 

Le marché des pompes à chaleur résiste en 2020 - Batiweb

Ce mardi 24 mars, le Conseil d’Administration de l’Afpac a élu François Deroche, au poste de président de l'association, succédant ainsi à Eric Bataille, qui occupait cette fonction depuis 2019. C’est en visioconférence que le nouveau président dressait le bilan de cette année 2020. 

Un marché qui résiste 

Depuis quelques années, le marché mondial des pompes à chaleur est en plein essor, tout comme le marché français, premier marché européen. En effet, en 2019, l’Afpac notait une progression considérable avec + 84% de PAC installés, par rapport à 2018. Cette année encore, et malgré un contexte sanitaire difficile, le marché des pompes à chaleur résiste et enregistre près de 180 000 PAC commercialisées. 

« On constate que les dispositifs gouvernementaux pour remplacer les vieux générateurs à énergies fossiles par des solutions renouvelables et faiblement émettrices en carbone, profite au marché de la pompe à chaleur », indique François Deroche, nouveau président de l’Afpac. En effet, largement influencé par les préoccupations écologiques, le marché des PAC représente également une part croissante des consommations d'énergies renouvelables en France. 

Relativement faciles à installer, les pompes à chaleur sont les nouveaux systèmes privilégiés pour les constructions neuves et pour les rénovations. D’après l’association, les pompes air/eau hydrothermique représentent le segment le plus dynamique du secteur tandis que le segment des pompes à chaleur géothermique (-4,5%) et hybrides (-13%) sont en recul.

Quelle place pour les pompes à chaleur dans la RE 2020 ?

D’après les derniers arbitrages relatifs à la RE 2020, prévue pour le 1er janvier 2022, cette dernière souhaite principalement privilégier les pompes à chaleur en rendant impossible l’installation d’une chaudière fonctionnant exclusivement au gaz. 

Pour le positionnement des PAC en maison individuelle en zone h2b, Valérie Laplagne, trésorière de l’association, explique « les solutions avec chauffage PAC passent le seuil Carbone Énergie, y compris le chauffage composite mais pas le PAC hybride. » 

Les solutions composites PAC R/R+EJ+CET ou poêle+EJ+CET ne passent pas en Énergie. Toutefois Valérie Laplagne indique « avec un travail sur le bâti avec renforcement ou optimisation/confort d’été, elles peuvent passer », tout comme les solutions PAC air/air réversible. « La consommation forfaitaire de froid, si elle est optimisée par des éléments passifs, peut servir de variable d’ajustement pour atteindre le seuil en Énergie », souligne la trésorière.

Quant au positionnement des PAC dans le logement collectif, la pompe à chaleur air/eau collective double service est la meilleure solution en Énergie et en Carbone Énergie. 

 

Marie Gérald 

Photo de Une : AdobeStock.

 

Par Redacteur

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.