Les PAC, grandes gagnantes de la RE2020 ? (étude)

Vie des sociétés | 08.02.21
Partager sur :
Les PAC, grandes gagnantes de la RE2020 ? (étude) - Batiweb
La future Réglementation Environnementale 2020 (RE2020) devrait privilégier l'électricité au détriment du gaz et du fioul. Dans ce contexte, Delta-EE anticipe une montée en puissance des pompes à chaleur (PAC) qu'elles soient air/air, air/eau, ou hybrides, qui viendront progressivement remplacer les chaudières au gaz et au fioul, que ce soit dans le neuf ou la rénovation.

Alors que la Réglementation Environnementale 2020 (RE2020) devrait entrer en vigueur d'ici le 1er janvier 2022, le cabinet spécialisé dans la transition énergétique Delta-EE a mené une étude pour identifier l'évolution des modes de chauffage dans les trois prochaines années.

 

Delta-EE rappelle tout d'abord que cette future RE2020 avantagera largement l'électricité aux dépens du gaz et du fioul. Dès 2022, cette nouvelle réglementation limitera l'installation de chaudières au gaz dans les maisons individuelles et interdira l'installation de nouvelles chaudières au fioul, avant de s'étendre aux logements collectifs neufs d'ici 2024.

 

Installation de chaudières au gaz : une chute de -55 % d'ici 2024

 

De fait, selon les estimations de Delta-EE, l'installation de chaudières au gaz devrait s'effondrer de -55 % dans les logements neufs d'ici 2024. Ce marché devrait ainsi connaître une baisse de -6 % par an, soit l'équivalent de 400 millions d'euros de chiffre d'affaires en moins pour les professionnels entre 2019 et 2024.

 

Les pompes à chaleur (PAC) air/air, air/eau, et hybrides, déjà en pleine croissance, devraient de leur côté tirer leur épingle du jeu, que ce soit dans le neuf ou la rénovation, avec une hausse du marché estimée à +24 % d'ici 2024. Selon les résultats de l'étude, environ 110 000 PAC devraient être installées dans les logements neufs en 2024.

 

Vers un doublement du nombre de PAC installées

 

Delta-EE souligne que l'interdiction des chaudières au fioul devrait également favoriser leur remplacement par des PAC ou des chauffe-eau thermodynamiques, notamment grâce aux aides prévues par MaPrimeRénov', dont le budget est en augmentation en 2021 dans le cadre du plan de relance. Delta-EE estime que le nombre de PAC installées devraient ainsi doubler d'ici 4 ans dans la rénovation, passant de 200 000 en 2020 à 430 000 en 2024.

 

Evolution du marché des PAC en France. Source : étude Delta-EE 2021

 

Des besoins en formation, recrutement, et approvisionnement

 

Pour Arthur Jouannic, Directeur du bureau français et Responsable du développement commercial en Europe chez Delta-EE, la croissance du marché des pompes à chaleur doit être anticipée, notamment au niveau de la formation, du recrutement de professionnels qualifiés, et de l'approvisionnement en pièces et composants : « La qualité des installations doit être améliorée et la profession doit compter plus d’installateurs certifiés. A cause de la crise sanitaire de la Covid-19, de nombreux composants de PAC commencent à manquer car beaucoup sont fabriqués en Asie où les usines peinent à travailler à plein régime. Cela risque de freiner la mise en place de ces installations dans les années à venir », souligne-t-il.

 

Il explique également que l'installation de PAC dans des logements mal isolés ou des « passoires thermiques » n'aura aucun effet positif pour la décarbonation du parc immobilier. Selon lui, il faut avant tout accélérer l'isolation des bâtiments.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

RE2020 : le groupe de travail du Pôle Fibres Energivie formule ses priorités - Batiweb

RE2020 : le groupe de travail du Pôle Fibres Energivie formule ses priorités

Alors que le gouvernement mise sur la rénovation énergétique des bâtiments publics et privés pour une relance plus verte de l'économie, le groupe de travail sur la qualité de l'enveloppe porté par le Pôle Fibres Energivie a publié un communiqué ce lundi 21 septembre énonçant certains impératifs pour parvenir à une meilleure isolation des bâtiments dans l'optique de la RE2020.
Rénovation énergétique des copropriétés : quel est l’impact de la crise ? - Batiweb

Rénovation énergétique des copropriétés : quel est l’impact de la crise ?

Depuis le 16 mars, la crise du Covid-19 et les mesures de confinement ont créé un coup d’arrêt pour la rénovation énergétique des copropriétés. C’est le constat dressé par l’Agence parisienne du Climat, qui a interrogé plusieurs bureaux d’études et organismes, qui témoignent de l’arrêt des chantiers, de la baisse des consultations et demandes d’aide. Les Français reprendront-ils tout de même leurs projets ?
L'activité de l'artisanat du bâtiment augmente de 9,5 % au 1er trimestre 2021 - Batiweb

L'activité de l'artisanat du bâtiment augmente de 9,5 % au 1er trimestre 2021

La Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) communiquait ce mardi les chiffres de l'artisanat du bâtiment au premier trimestre 2021. Malgré une croissance de 9,5 % de l'activité comparé à un an plus tôt, la confédération s'est inquiétée de l'avenir de la construction neuve, dans un contexte de chute des permis de construire et de hausse des prix des matériaux.
Plus économique que le fioul et le gaz, c’est le moment d’investir dans le chauffage au bois ! - Batiweb

Plus économique que le fioul et le gaz, c’est le moment d’investir dans le chauffage au bois !

15 % des personnes interrogées dans le cadre du baromètre Energie-Info en septembre 2018 déclaraient avoir souffert du froid dans leur logement durant l’hiver dernier. Dans ce contexte, le médiateur national de l’énergie rappelle que la trêve hivernale est le moment idéal pour se préoccuper de cette question et résoudre les problèmes d’isolation. Le syndicat des énergies renouvelables conseille quant à lui d’investir dans le chauffage au bois, plus économique et écologique que le gaz ou le fioul.