Le Plan de rénovation énergétique des bâtiments inspire 50 propositions au Plan Bâtiment Durable Vie des sociétés | 22.02.18

Partager sur :
Après Effinergie et le Conseil Supérieur de la Construction, c’était aujourd’hui au tour du Plan Bâtiment Durable de faire part de ses propositions visant à mener à bien le Plan de rénovation énergétique des bâtiments. Au nombre de 50, ces dernières résultent d’une consultation menée auprès de l’ensemble des acteurs du secteur. Retour sur les principales réflexions par l’organisme.
Fin janvier, le Plan Bâtiment Durable faisait le bilan de l’année 2017 et en profitait pour dévoiler ses plans d’actions pour les douze mois à venir, avec un leitmotiv clairement défini : accélérer la rénovation énergétique des bâtiments.

Cette même thématique s’est d’ailleurs trouvée au cœur d’une concertation de grande envergure lancée fin novembre par les ministres Nicolas Hulot et Jacques Mézard. L’occasion pour ces derniers d’intégrer l’ensemble des professionnels du secteur à la réflexion autour du plan de rénovation énergétique des bâtiments.

Dans ce cadre, Effinergie et le Conseil Supérieur de la Construction et de l’Efficacité Énergétique (CSCEE) avaient tous deux fait part de leurs propositions visant à lutter contre les passoires énergétiques. Ce 22 février, le Plan Bâtiment Durable a lui aussi apporté sa pierre à l’édifice en formulant 50 propositions.

Une démarche qui doit être accessible à tous

Dès sa première suggestion, l’organisme rappelle que la rénovation énergétique doit être mise au service de l’amélioration de l’habitat. La politique de rénovation des bâtiments doit, dès lors, être repensée afin d’intégrer cette thématique. Sans compter que l’ensemble des ménages doit être associé à cette démarche, y compris, et surtout, les locataires du parc privé en situation de précarité énergétique.

Afin de soutenir les Français, le Plan Bâtiment Durable estime également que les financements dédiés au plan de rénovation doivent être clarifiés et stabilisés. Entre autres, l’éco-prêt à taux zéro pourrait être transformé en « un prêt ouvert à la rénovation du logement en général », et le dispositif d’éco-prêt « Habiter Mieux » rendu opérationnel dès que possible.

Un soutien plus que nécessaire qui devrait grandement contribuer au succès des objectifs fixés par le gouvernement, qui, du reste, méritent d’être limités et plus cohérents. Le Plan Bâtiment Durable estime notamment nécessaire de préciser si ceux-ci sont exprimés en énergie primaire ou finale, et si les différentes notions de « rénovation performante », « BBC compatible, par étapes ou en une fois » sont bien partagées par tous.

Impliquer tous les acteurs, y compris le Plan Bâtiment Durable

Sur le volet ‘’professionnels’’, l’organisme demande à ce que la présentation du plan gouvernemental soit ajustée afin « que l’ensemble des segments du parc soit pris en compte et que l’ensemble des acteurs publics et privés se sentent mobilisés ». Les services et analystes de données (Ademe, Anah, CSTB, etc.) devraient d’ailleurs croiser leurs compétences afin qu’un outil partagé, au service du plan de rénovation, soit mis en place.

Le Plan Bâtiment Durable requiert également « la création d’une ‘’signature commune’’ de la rénovation, partagée par les acteurs publics et privés », qui reposerait sur la constitution d’un groupe de travail entre l’Ademe et l’organisme lui-même, en charge de définir les modalités d’adhésion.

L’implication du réseau ne s’arrêterait pas là, le Plan Bâtiment Durable proposant de se voir confier « la conduite des différentes concertations ouvertes pour préciser les éléments du plan de rénovation ». L’organisme suggère par ailleurs de soutenir le développement des différents Plans Bâtiment Durable régionaux.

« Pour réussir, nous devons faire du plan de rénovation des bâtiments, un plan d’adhésion de la société », rappelle, en conclusion, Philippe Pelletier, président du Plan Bâtiment Durable.

Fabien Carré
Photo de Une : @PlanBatiment (Twitter)
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Programmation pluriannuelle de l’énergie : le nucléaire maintenu malgré une hausse des renouvelables

Programmation pluriannuelle de l’énergie : le nucléaire maintenu malgré une hausse des renouvelables

Le tant attendu projet de Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) a enfin été publié ce vendredi 25 janvier, avec quelques surprises. En effet, si la France a prévu de porter à 40% la part d’énergies renouvelables dans la production d’électricité à horizon 2030, le nucléaire tiendra malgré tout une place importante dans le mix électrique du pays d’ici là. Les détails.
Qualification ECO Artisan RGE : ce qu'en pensent vraiment les professionnels

Qualification ECO Artisan RGE : ce qu'en pensent vraiment les professionnels

C'est au Mandarin Oriental, hôtel parisien ayant récemment fait l'objet d'une rénovation, que la Capeb, Garance et Deloitte Développement Durable présentaient ce matin les résultats de kiWih, l'observatoire de la performance énergétique. L'occasion pour les trois partenaires de revenir sur la qualification RGE ECO Artisan, récemment mise à mal par plusieurs rapports. Retour sur les principaux enseignements de cette initiative plus pertinente que jamais.
Quatre nouvelles pistes pour en finir avec la précarité énergétique

Quatre nouvelles pistes pour en finir avec la précarité énergétique

Xavier Lemoine, maire de Montfermeil et vice-président de la Métropole du Grand Paris, a présenté ce 18 juin les résultats d’une étude menée par l’Institut négaWatt et la SEM Énergies Posit’if portant sur la précarité énergétique. Réclamant des solutions innovantes en faveur de la rénovation des maisons individuelles, le document formule quatre propositions qui permettraient d’atteindre les objectifs fixés par la loi de transition énergétique sur cette thématique.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter