Le plongeon se confirme pour l'activité des matériaux de construction Vie des sociétés | 23.10.14

Partager sur :
Le mois de septembre est venu confirmer la mauvaise orientation des tendances qui se sont dessinées cet été. L'activité des matériaux de construction accuse un repli de 9,8 % au troisième trimestre par rapport à l'année 2013. Sur neuf mois cumulés la chute est de -3,1 %. La profession alerte sur la nécessité de relancer les investissements publics comme le préconise le FMI. Explications.

En ce début d'automne, le plongeon se confirme pour l'activité des matériaux de construction. L'activité (hors tuiles et briques) recule de - 9,8 % au troisième trimestre 2014, par rapport à celui de l'année 2013.

En l'espace de six mois, « notre indicateur matériaux (…) a perdu 15 points, passant d'une progression annuelle de +7,1 % au premier trimestre à -9,8 % au troisième trimestre », estime l'Unicem. En données provisoires, il affiche une baisse de l'ordre de -3 % sur un an pour les neuf premiers mois de 2014.

Dans le détail, la production de granulats tutoie désormais ses plus bas niveaux des quinze dernières année, totalisée sur douze mois. Au mois de septembre, les livraisons accusent un repli de 7 % par rapport au mois d'août et de 12,6 % par rapport à l'année dernière. En cumul sur les neufs premiers mois de l'année 2014, l'activité chute ainsi de 2,9 %.

Même constat du côté du BPE : les livraisons accusent un repli de -10,2 % par rapport à septembre 2013 et de -3,2 % par rapport au mois d'août dernier. Sur les neuf premiers mois de 2014, les livraisons de BPE s’inscrivent en recul de - 3,1 % sur un an.

Le secteur du Bâtiment en crise

Cette tendance dégradée de l'activité des matériaux de construction s'explique en regard de l'activité également mal en point du secteur de la construction et des travaux publics. L'enquête de l'Insee du mois de septembre indiquait que les professionnels avaient par ailleurs peu d'espoir d'éclaircie pour les mois à venir, que ce soit dans le segment du gros oeuvre, du second oeuvre ou de la construction du résidentielle.

Les mises en chantier étaient en repli de -11,3 % sur les trois mois juin-juillet-août par rapport à 2013, tandis que les surfaces de locaux reculaient de -5 %. Malgré les signaux positifs des demandes de permis de construire, le nombre d'autorisation à fin août, en cumul, sur douze mois, restent très inférieur à la moyenne de longue période, avec 394 154 unités contre 500 000 en moyenne par an (entre 2003 et 2013).

Du côté des mises en chantier, seulement 303 218 logements sont sortis de terre sur les douze derniers mois ce qui, là aussi, demeure très en-deçà de la moyenne annuelle de long terme (396 000). « Mais c’est surtout très faible si l’on rapporte ce niveau à la population actuelle ; en effet, alors que, sur les quarante dernières années, on construisait en moyenne 6,5 logements pour 1 000 habitants en France métropolitaine, ce ratio tomberait à moins de 5 en 2014 (4,8 selon nos estimations) », explique l'Unicem.

Fin d'année difficile pour les TP

Du côté des travaux publics, l'activité continue de se dégrader au mois d'août et la fin de l'année s'annonce difficile, selon l'Unicem, au regard des prises de commande. Les travaux réalisés ont reculé de 4,6 % entre juillet et août.

La tendance est aussi à la baisse du côté des marchés conclus, « dans un contexte difficile de baisse des dotations budgétaires de l’État (- 3,7 milliards d’euros par an de 2015 à 2017), de frilosité des acteurs locaux à investir et d’incertitudes sur le financement des projets d’infrastructure».

Relance par l'investissement public ?

L'Unicem conclut sa note de conjoncture par les recommandations du FMI pour la relance des investissements publics, financée par la dette.

« Ainsi, une hausse d’un point de PIB de dépenses publiques d’investissements en infrastructures augmenterait de + 0,4 % le niveau de la production la même année et de 1,5 % quatre ans plus tard, sans pour autant alourdir le ratio dette/PIB », souligne l'Unicem qui voit dans la récente adoption d’un amendement, apportant une aide de 423 millions d'euros aux investissements des collectivités liés à la transition énergétique, ainsi qu'à ceux effectués par les communes urbaines ou rurales les plus pauvres, « un premier pas » à la sortie de crise.

C.T

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

L'Unicem attend les effets des mesures de soutien au 2e semestre

L'Unicem attend les effets des mesures de soutien au 2e semestre

Le niveau de l'activité des matériaux de construction s'est légèrement redressé au mois d'avril, même s'il reste dans l'absolu à un niveau bas. Mais les livraisons de granulats et de BPE s'inscrivent encore en retrait par rapport à l'année dernière. L'Unicem entrevoit cependant une leur d'espoir pour le second semestre, qui devrait voir les premiers effets des mesures du soutien au bâtiment. Note de conjoncture.
L'activité en France, point noir pour le CA de Vinci en 2015

L'activité en France, point noir pour le CA de Vinci en 2015

Le géant français de BTP et de concessions Vinci a révélé un chiffre d'affaires en baisse de 5,3 % à 8,2 milliards d'euros au premier trimestre 2015. Sur la branche construction plus précisément, le chiffre d'affaires est en baisse de 12 %, cette contraction marquant la fin des grands travaux de la LGV et la décroissance du marché français du BPT. Au vu des résultats de ce début d'année, le groupe prévoit une « légère baisse » de son chiffre d'affaires pour l'année 2015.
Matériaux de construction : l’Unicem se veut optimiste pour 2017

Matériaux de construction : l’Unicem se veut optimiste pour 2017

Après l’année noire qu’a été 2015, l’Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (Unicem) espère désormais « renouer avec la croissance » en 2017. Un regain d’optimisme qui ne doit rien au hasard ! En effet, le bilan a été plus positif en 2016, comme le confirment les derniers chiffres communiqués par l’Unicem.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter