Le secteur du bricolage interrompu en plein élan par la crise Vie des sociétés | 14.05.20

Partager sur :
En 2019, le secteur du bricolage a été particulièrement florissant, en grande partie porté par le nombre important de ventes dans l’immobilier ancien. L’année 2020 s’annonçait tout aussi fructueuse, avant que le secteur ne soit coupé dans son élan par la crise liée au Covid-19. Les présidents de la FMB et d’Inoha restent toutefois optimistes, étant donné le regain d’intérêt des Français pour le bricolage durant la période de confinement.

La Fédération des magasins de bricolage (FMB) et Inoha publiaient ce jeudi 7 mai un bilan de leur webinar synthétisant le marché du bricolage en 2019.

 

Un record de croissance depuis 10 ans

 

L’année 2019 a été particulièrement fructueuse, avec un rebond de 3,4 % du marché, contre 0,4 % en 2018. Il s’agit de la croissance la plus élevée depuis l’année 2007. La FMB et Inoha soulignent que les années suivant la crise 2008 étaient en effet restées atones, oscillant entre -0,3 % et +2 %.

 

L'évolution du marché du bricolage sur 20 ans. Source : Inoha / FMB

 

Grâce à ce rebond, le marché du bricolage se situait à 28 milliards d’euros en 2019. Un chiffre supérieur au secteur de l’ameublement et de l’électroménager, et équivalent à celui du multimédia.

 

Selon les spécialistes, ce nouveau record depuis 2007 peut notamment s’expliquer par le nombre important de ventes dans l’immobilier ancien, impliquant souvent des travaux. La barre du million de transactions a ainsi été franchie en 2019.

 

Le secteur reste optimiste malgré la crise

 

Les deux premiers mois de l’année 2020 s’annonçaient dans la même lignée, mais ce début d’année florissant a été brutalement interrompu par la crise liée au Covid-19. Les enseignes de bricolage ont ainsi dû fermer à partir du 16 mars, avec les premières mesures de confinement.

 

Mathieu Pivain, président de la FMB, souligne toutefois l’adaptabilité de ces enseignes, qui sont parvenues à trouver des alternatives (drive etc.) et à assurer la sécurité de leurs salariés comme de leurs clients : « Dans cette crise, les enseignes de bricolage ont fait preuve de réactivité et développé leur agilité pour répondre aux défis inédits qui s’imposent à tous les acteurs de l’économie, et continuer de répondre aux attentes des clients. Cela a nécessité une réorganisation profonde, afin de garantir la sécurité des salariés et des clients et d’empêcher la propagation du virus », les félicite-t-il. 

 

Malgré cet arrêt brutal, Jean-Éric Riche, président d’Inoha, reste optimiste notamment grâce aux récentes ventes d’appartements anciens, qui constituent « un réservoir de projets », et au regain d’intérêt des Français - encore en partie confinés – pour le bricolage : « Le consommateur a envie de bricoler : cela reste une de ses activités préférées et cela semble se confirmer en temps de confinement. Nous avons un beau réservoir de projets qui, je l’espère, nous permettront d’être résilients face à la crise sanitaire et économique que nous traversons », positive ainsi le président d’Inoha.

 

Les rayons en croissance en 2019

 

Dans le détail, tous les rayons ont bénéficié de la croissance du secteur en 2019, et notamment le confort thermique (climatisation, ventilateur…), sans doute porté par les hautes températures atteintes l’été dernier. Ce rayon atteint une croissance de 5,5 % (contre 2,3 % en 2018). Même dynamique de croissance pour le rayon plomberie/salle de bains/cuisine (+4,6 %, contre -0,3 % en 2018), quincaillerie (+4,4 %, contre -0,7 %), décoration (+3,2 %, contre -3,3 %), revêtements (+3,1 %), bois & menuiserie (+3 %), électricité (+3 %), et jardin (+3 %). Seul le rayon peinture/droguerie/colle présente un bilan négatif, avec -0,3 %.

 

La croissance par rayons. Source : Inoha / FMB

 

Les grandes surfaces de bricolage (GSB) captent toujours la plus importante part de marché en valeur, distribuant 74 %. Entre 2018 et 2019, les résultats des GSB ont progressé de +2,5 %, soit un score proche du négoce (+3,5 %). Inversement, le fort succès du e-commerce a légèrement ralenti, avec +11,8 % en 2019, contre +18 % en 2018. 

 

Les parts de marché par canaux de vente. Source : Inoha / FMB

 

Concernant les GSB, quatre grands groupes concentrent 94 % du marché. Il s’agit d’Adeo (Leroy Merlin, Weldom, Bricoman), Kingfisher (Castorama, Brico Dépôt), Mousquetaires (Bricomarché, Bricorama), et le groupe Mr Bricolage. 

 

C.L.

Photo de une : Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le bricolage est resté le 1e marché de l'habitat en 2018 - Batiweb

Le bricolage est resté le 1e marché de l'habitat en 2018

Le marché français du bricolage se porte plutôt bien. C’est le bilan qu’ont tiré, ce matin à Paris, la Fédération des magasins de bricolage et de l’aménagement de la maison (FMB) et l’organisation professionnelle des industriels du bricolage, du jardinage et de l’aménagement du logement (Inoha). Avec 26 milliards de chiffre d’affaires, le secteur semble se stabiliser : il a progressé de 0,4% en 2018.
1 Français sur 2 reprendrait son projet immobilier après le confinement - Batiweb

1 Français sur 2 reprendrait son projet immobilier après le confinement

Quel est l’impact de la crise liée au Covid-19 sur les projets immobiliers des Français ? SeLoger a mené son enquête le 7 avril auprès de 2 652 futurs acquéreurs ayant un projet dans les 12 mois à venir. Si les interrogés anticipent une baisse du pouvoir d’achat, des conditions d’octroi de prêt durcies et une potentielle remontée des taux, ils restent toutefois globalement confiants.
Les majors européens du BTP assez solides pour surmonter la crise ? - Batiweb

Les majors européens du BTP assez solides pour surmonter la crise ?

En cette période de reprise progressive post-coronavirus, le cabinet d'études Mazars s'est penché sur le bilan 2019 des 17 majors européens du BTP au chiffre d'affaires consolidé supérieur à 5 milliards d'euros, pour mieux estimer leur capacité à surmonter la crise. Or, l'année 2019 s'est révélé être un très bon cru pour les grands groupes du BTP, avec une hausse de la croissance, des carnets de commande et de la trésorerie, et une baisse de l'endettement net. Mais cette solidité financière suffira-t-elle à les aider à affronter la crise ?

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter