Le coronavirus met à mal les grandes surfaces de bricolage Vie des sociétés | 29.04.20

Partager sur :
La FMB (Fédération des magasins de bricolage et de l’aménagement de la maison) publie l’indice mensuel des grandes surfaces de bricolage. Elle compare ainsi la valeur et le volume des ventes par rapport à l’année précédente. Avec le confinement et la fermeture des magasins de bricolage, l’indice mensuel de la Banque de France, qui permet cette publication, laisse présager le pire.

Le Président de la FMB (Fédération des magasins de bricolage et de l’aménagement de la maison), Mathieu Pivain, se réjouissait de la vigueur du marché des grands magasins de bricolage en 2019. 2020 continuera t-elle sur cette lancée ? 

 

Dès le mois de janvier, les chiffres étaient encourageants, avec + 3,22 % en valeur et en volume, une augmentation qui a perduré au mois de février (+ 8,50 % en valeur et + 6,73 % en volume). D’avril 2019 à octobre 2019, ce rapport valeur/volume était constamment en mouvement yoyo, tantôt en baisse puis en augmentation. Novembre 2019 a marqué une accalmie de la situation et depuis, chaque mois, la valeur et le volume de ventes engendrés dans les grands magasins de bricolage restent positifs. 

 

Après le calme, la tempête

 

17 mars 2020, allocution du Président Emmanuel Macron, la France entre en confinement. En découle la fermeture de nombreux commerces, dont les magasins de bricolage. Progressivement, avec l’arrêt total de leur activité, ces magasins réfléchissent à de nouvelles stratégies et lancent des solutions de drive, uniquement pour le matériel de première nécessité (outillage pour les pannes notamment). Pourtant, les Français confinés à domicile sont nombre à vouloir mettre ce temps à profit pour réaliser quelques travaux

 

Très vite, de cette situation complexe résulte le déclin de la valeur et du volume des ventes. Même si le Covid-19 n'est pas décrit par la FMB comme le signe de cette baisse, il est un facteur aggravant. En quinze jours à peine de fermeture des enseignes de bricolage, le bilan du mois de mars en pâtit sérieusement, avec une diminution de 49,48 % en valeur et de 49,64 % en volume de vente. Le mois d’avril, qui ne fait pas parti de ce bilan, ne saurait s’annoncer guère mieux. 

 

Le glissement annuel endure lui aussi cette crisse avec -12,06 % en valeur et -12,22 % en volume. Il y a quelques mois encore, Mathieu Pivain annonçait que « l’année 2019 reste donc dans le vert avec un cumul de 1,60 % en valeur et de 1,73 % en volume »

 

J.B

Photo de une ©Adobe Stock 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le secteur du bricolage interrompu en plein élan par la crise - Batiweb

Le secteur du bricolage interrompu en plein élan par la crise

En 2019, le secteur du bricolage a été particulièrement florissant, en grande partie porté par le nombre important de ventes dans l’immobilier ancien. L’année 2020 s’annonçait tout aussi fructueuse, avant que le secteur ne soit coupé dans son élan par la crise liée au Covid-19. Les présidents de la FMB et d’Inoha restent toutefois optimistes, étant donné le regain d’intérêt des Français pour le bricolage durant la période de confinement.
Fin février, la construction se portait pourtant bien… - Batiweb

Fin février, la construction se portait pourtant bien…

Les premiers comparatifs des chiffres de la construction entre 2019 et 2020 sont enfin parus. Jusqu'à fin février 2020, la construction de logements était au beau fixe et celle des locaux commerciaux, bien que moins florissante, restait tout de même en forme. Cependant, ces premiers résultats excluent la période de construction pendant le confinement, difficile donc de s’imaginer l’impact du coronavirus sur le secteur avant la fin de l’année en cours.
Immobilier : chute brutale des ventes mais la hausse des prix se poursuit - Batiweb

Immobilier : chute brutale des ventes mais la hausse des prix se poursuit

L’Insee et les Notaires de France ont publié les chiffres de l’immobilier ancien à fin mars 2020. Pour la quatrième année consécutive, la hausse des prix s’est poursuivie, et même accélérée, et les ventes ont de nouveau dépassé la barre des 1 million. Toutefois, le bilan ne prend pas encore en compte les conséquences de la crise et du confinement. Pour SeLoger, ils auraient occasionné une chute de 47,9 % des ventes, sans toutefois impacter les prix.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter