Les compteurs communicants bénéficient à la transition énergétique et au consommateur (Ademe) Vie des sociétés | 21.06.18

Partager sur :
Les compteurs communicants bénéficient à la transition énergétique et au consommateur (Ademe)
Si le compteur Linky ne fait pas toujours l’unanimité, il semblerait qu’il présente de nombreux avantages tant pour la transition énergétique que pour le consommateur. C’est en tout cas ce qu’assure l’Ademe. Dans un billet publié le 15 juin dernier, l’Agence indique en effet que les compteurs communicants facilitent la gestion du réseau et l’intégration des énergies renouvelables, et apportent aussi plus de transparence pour les consommateurs.
Dans un billet publié le 15 juin 2018, l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (Ademe) revient sur le déploiement progressif des compteurs communicants et dit soutenir la démarche. Linky pour l’électricité, et Gazpar pour le gaz, « présentent de réels bénéfices pour le consommateur, la collectivité et la transition énergétique ».

Ils permettent aux ménages d’être « facturés de leur consommation réelle du mois et d’accéder à des données plus précises sur la consommation globale de leur logement ».

Et si la collecte des données inquiète plus d’un organisme de défense de consommateurs et a conduit la Cnil à mettre en demeure Direct Energie, l’Ademe souligne que les informations sont restituées « sur un espace personnel en ligne, protégé et gratuit » proposé par les gestionnaires de distribution d’électricité ou de gaz.

Les données collectées « sont la propriété des clients et le choix leur appartient de les mettre à disposition d’un tiers ou non. Par défaut, même les fournisseurs d’énergie n’ont accès qu’à une donnée de consommation mensuelle, pour la facturation ».

Les projets suivis par l’Ademe « montrent que l’accès à une information plus précise est une opportunité pour les consommateurs de mieux connaître, comprendre et potentiellement agir pour réduire leur consommation d’énergie ». Ces économies peuvent aller de quelques pourcents jusqu’à 10% pour les gros consommateurs.

Pour une meilleure connaissance du réseau

La collecte des données bénéficie ainsi au consommateur mais pas que ! Elle bénéficie à la transition énergétique. Ces nouveaux compteurs « sont une brique nécessaire pour les gestionnaires pour mieux connaître l’état du réseau et accompagner la progression des énergies renouvelables ».

Se référent à Linky, l’agence met en avant le fait qu’il facilite la production d’EnR pour les particuliers : « un même compteur électrique pouvant comptabiliser la consommation et la production sur un même site ».

Former et informer

Si les résultats semblent plutôt bons, l’Ademe souligne que la réussite de la démarche dépend pour beaucoup de l’accompagnement proposé aux ménages. Démocratiser les compteurs communicants, passera obligatoirement par de la pédagogie pour que les ménages s’approprient la technologie.

Il est nécessaire que « chacun des acteurs du système énergétique engage des actions de pédagogie permettant aux particuliers de mieux comprendre le rôle de chaque acteur, les transformations à l’œuvre dans l’énergie, les fonctionnalités du comptage communicants et ses bénéfices, pour pouvoir pleinement en profiter ».

Quant aux risques pour la santé des ménages ? L’Ademe précise qu’un compteur communicant électrique « n’utilise pas d’ondes radio mais directement le câble et le courant électrique » et qu’un compteur communicant gaz utilise un signal proche des bandes FM.

Les campagnes de mesure réalisées par l’Agence nationale des fréquences montrent que les niveaux mesurés d’exposition aux ondes des compteurs sont « faibles, comparables à ceux mesurés pour les différents équipements électriques ou électroniques domestiques » (30 à 300 fois inférieur à des plaques de cuisson électriques ou les micro-ondes) et très inférieurs aux valeurs limites réglementaires.

A vous de juger !

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Compteur Linky : mise en demeure de Direct Energie

Compteur Linky : mise en demeure de Direct Energie

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a mis en demeure Direct Energie en raison d’une « absence de consentement » concernant les données issues du compteur communicant Linky. Dans un communiqué, le fournisseur se défend de ces accusations et précise respecter « scrupuleusement la loi ». Explications.
Compteur Linky : l’UFC-Que Choisir saisit le Conseil d’État

Compteur Linky : l’UFC-Que Choisir saisit le Conseil d’État

En septembre dernier, l’UFC-Que Choisir dénonçait le report, à janvier 2019, de la mise en place gratuite d’afficheurs déportés pour les ménages précaires. Alors que la date butoir a expiré depuis près d’un mois, l’association a annoncé saisir le Conseil d’État pour sanctionner l’inaction du Gouvernement. Pour rappel, couplé à un compteur Linky, ce dispositif doit permettre aux occupants d’un logement d’avoir une information (en euro) sur leur niveau de consommation électrique en temps réel.
Linky : la situation des ménages précaires inquiète l’UFC-Que Choisir

Linky : la situation des ménages précaires inquiète l’UFC-Que Choisir

Alors que l’hiver approche à grand pas, l’UFC-Que Choisir interpelle le gouvernement sur la situation des ménages précaires disposant d’un compteur Linky. Dénonçant le report de la mise en place d’afficheurs déportés à janvier 2019 et l’inaction de l’administration à trois mois de l’échéance, l’association dit craindre une éventuelle augmentation des coupures d’électricité pour impayés.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter