Les filières « bois » et « chanvre » partenaires pour promouvoir le biosourcé Vie des sociétés | 21.11.18

Partager sur :
Les filières « bois » et « chanvre » partenaires pour promouvoir le biosourcé  Batiweb
L’Union des industriels et Constructeurs Bois (UICB) et InterChanvre annoncent la signature d’un partenariat visant à promouvoir et à développer le recours aux solutions de construction biosourcées renouvelables. Cet engagement prendra la forme d’actions d’information pédagogique, de communication presse et d’organisations d’événements afin de sensibiliser l’ensemble des parties prenantes aux avantages de ces solutions.
Afin de vanter les « nombreux » bénéfices du bois et du chanvre en termes de performances pour le bâtiment et de respect de l’environnement, l’UICB et InterChanvre annoncent la signature d’un partenariat.

Cet engagement vise la promotion des solutions de constructions biosourcées, dans le mis bois/chanvre, en structure porteuse, comme en solution d’isolation. Des actions d’information pédagogique, de communication presse et d’organisations d’événements seront menées afin de sensibiliser l’ensemble des parties prenants aux avantages du biosourcé.

Les partenaires pourront également proposer des évolutions dans des domaines de la certification, de la normalisation ou de la réglementation. Le tout étant de partager leur expertise et leur savoir-faire en la matière.

Chanvre et bois pour la construction durable

Dans un communiqué, l’UICB et InterChanvre reviennent sur les avantages du chanvre et du bois. D’un point de vue environnemental, un hectare de chanvre stocke autant de CO2 qu’un hectare de forêt, soit 15 tonnes/an. Cette ressource, renouvelable et locale, favorise l’économie verte. A noter que la France est le 1er producteur de chanvre au niveau européen.

Construire en bois contribue à réduire l’empreinte carbone du secteur du bâtiment, estiment les partenaires. Les qualités structurelles du matériau et les possibilités de préfabrication sur site de production permettent de « construire plus vite, à coût maîtrisé et avec des nuisances réduites pour les salariés comme pour les riverains ». Il offre également un intérêt pour « le confort et le bien être » des occupants puisqu’il est hygroscopique et a une cation positive sur certaines fonctions de l’organisme.

« Grâce à la préfabrication bois/béton de chanvre, il est désormais possible de construire écologique au coût marché. Les performances isolantes hors pair permettent de réaliser d’importantes économies d’énergie. L’éco responsabilité repose sur la filière 100% française depuis la création variétale jusqu’aux produits finis », conclut un communiqué.

R.C

Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Buitex étend sa gamme Cotonwool aux panneaux en laine de coton Batiweb

Buitex étend sa gamme Cotonwool aux panneaux en laine de coton

Alors que les produits Cotonwool étaient jusqu’ici uniquement disponibles en vrac pour les combles perdus, Buitex, spécialiste de l’isolation, a annoncé l’extension de sa gamme et propose désormais des panneaux en laine de coton. La gamme s’étend donc à l’ensemble de la maison, que ce soit pour les combles aménagés, les cloisons, les murs intérieurs, ou les planchers intermédiaires. Une solution d’isolation performante, mais aussi biosourcée, qui fait la part belle au renouvelable.
Le Jardin du Luxembourg accueille une crèche démontable Batiweb

Le Jardin du Luxembourg accueille une crèche démontable

Dans le 6ème arrondissement, le Sénat a prêté une parcelle du Jardin du Luxembourg à la Ville de Paris pour héberger une crèche temporaire. Après un appel à projet, l’agence Djuric Tardio Architectes a imaginé et conçu un bâtiment démontable et remontable. Pour limiter son impact sur l’environnement, elle a été conçue en bois, et montée sur des micropieux afin de restituer le site à l’initial d’ici deux ans.
Nouveau gouvernement : les organisations inquiètes Batiweb

Nouveau gouvernement : les organisations inquiètes

Si le nouveau gouvernement d’Emmanuel Macron fait bien évidemment parler de lui, peu de ministres font autant polémique que celui de la Cohésion des Territoires. Non pas à cause de son profil, mais de l’énoncé de son poste qui, pour la première fois depuis des décennies, ne compte pas le logement. Une nouvelle qui a fait grincer les dents des principales organisations du secteur de la construction.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter