Les majors européens du BTP assez solides pour surmonter la crise ? Vie des sociétés | 10.07.20

Partager sur :
En cette période de reprise progressive post-coronavirus, le cabinet d'études Mazars s'est penché sur le bilan 2019 des 17 majors européens du BTP au chiffre d'affaires consolidé supérieur à 5 milliards d'euros, pour mieux estimer leur capacité à surmonter la crise. Or, l'année 2019 s'est révélé être un très bon cru pour les grands groupes du BTP, avec une hausse de la croissance, des carnets de commande et de la trésorerie, et une baisse de l'endettement net. Mais cette solidité financière suffira-t-elle à les aider à affronter la crise ?

Jusqu'en mars 2020, avant la crise liée au Covid-19, tout allait parfaitement bien pour les majors européens du BTP. Ils finalisaient l'année 2019 avait une croissance de +4,5 % - +7,9 % pour les groupes français ! – et leur activité s'était encore davantage internationalisée.

 

Parmi les groupes français, la croissance s'est notamment accélérée pour Eiffage, avec +10,7 % par rapport à 2018. L'activité a notamment augmenté grâce aux projets du Grand Paris et aux transports en commun. Le groupe a par ailleurs acquis 49,9 % des parts de l'aéroport de Toulouse-Blagnac.

 

Du côté de Vinci, la croissance est de +10,4 % par rapport à 2018, portée par les branches concessions et énergie. Au sein des concessions, Vinci a notamment acquis 50,01 % des parts de l'aéroport de l'aéroport de Londres-Gatwick.

 

Plus largement, les carnets de commandes des majors européens du BTP enregistraient encore une hausse pour la quatrième année consécutive, et atteignaient même un record, avec une hausse de +3,5 % par rapport à fin 2018.

 

Leur solidité financière s'était fortement améliorée ces cinq dernières années, avec +40 % de trésorerie pour l'ensemble des groupes, atteignant 45 milliards d'euros.

 

Des différences d'endettement en fonction des acquisitions

 

Ces groupe peuvent également se féliciter d'une baisse de -38 % de leur endettement net en cinq ans, sauf pour ceux ayant une forte activité de concessions, comme l'italien Atlantia, Vinci, ou encore Eiffage. Ces trois derniers enregistrent respectivement un endettement net de 36,7 milliards, 21,7 milliards, et 10,2 milliards d'euros.

 

 

Evolution sur 5 ans de la trésorerie et de l'endettement net. Source : Mazars

 

 

Concernant les performances par secteurs, la croissance d'activité dans le BTP – qui représente 50 % de l'activité – est de +4,7 % en 2019. Mais d'autre secteurs moins importants enregistrent une croissance bien plus forte, comme les concessions/infrastructures (+11,6 %), l'immobilier (+11,6 %), ou la route (+9 %).

 

L'activité par secteurs. Source : Mazars

 

 

Quels sera l'impact de la crise ?

 

La crise liée au coronavirus et aux mesures de confinement ne semble pas avoir impacté le premier trimestre 2020, puisque les majors européens du BTP enregistraient même une croissance de +2,2 % par rapport au T1 2019.

 

Cependant cette étude se limite pour le moment au bilan 2019, et aux premiers chiffres du T1 2020, et il faudra bien sûr attendre les chiffres du deuxième trimestre 2020 pour mesurer l'ampleur de la crise sur ces grands groupes. 

 

En France, le premier trimestre était toutefois déjà marqué par une baisse de -2,7 % par rapport au T1 2019, ce qui peut s'expliquer par un confinement strict instauré très rapidement. Dans le détail, cette baisse concerne notamment l'immobilier (-14,8 %), la route (-8,9 %), et le BTP (-6,3 %).

 

« Les majors européens, pour leur grande majorité, affichent une année 2019 satisfaisante en termes d'activité et présentent une santé financière certaine à travers une forte baisse de leur endettement net et un niveau de liquidité élevé (…) Le deuxième trimestre 2020 devrait néanmoins être plus impacté, mais devra être analysé au regard de mesures prises par les Etats pour soutenir les entreprises du secteur au travers de plans de relance dans le BTP ou la poursuite de grands travaux », note ainsi Olivier Thireau, Associé responsable Immobilier & BTP chez Mazars France.

 

C.L.

Photo de une : Adobe Stock

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

47 % des entrepreneurs du BTP prêts à sacrifier leurs congés d'été - Batiweb

47 % des entrepreneurs du BTP prêts à sacrifier leurs congés d'été

Depuis six ans, la Fondation MMA publie régulièrement des enquêtes sur la santé des entrepreneurs. Pour sonder leur état d'esprit en cette période de reprise d'activité post-coronavirus, elle a mené un sondage avec OpinionWay à la mi-juin. Parmi les 191 dirigeants d'entreprise du BTP interrogés, la plupart restent confiants quant à l'avenir, mais ils sont nombreux à se sentir débordés (63 %), au point d'être prêts à sacrifier leurs congés d'été (47 %) pour rattraper le retard pris.
Le secteur du bricolage interrompu en plein élan par la crise - Batiweb

Le secteur du bricolage interrompu en plein élan par la crise

En 2019, le secteur du bricolage a été particulièrement florissant, en grande partie porté par le nombre important de ventes dans l’immobilier ancien. L’année 2020 s’annonçait tout aussi fructueuse, avant que le secteur ne soit coupé dans son élan par la crise liée au Covid-19. Les présidents de la FMB et d’Inoha restent toutefois optimistes, étant donné le regain d’intérêt des Français pour le bricolage durant la période de confinement.
Une filiale de Vinci Construction manifeste contre un plan de départs volontaires - Batiweb

Une filiale de Vinci Construction manifeste contre un plan de départs volontaires

Derrière la crise sanitaire se terre une autre crise : une crise économique semblable, voire pire, que celle de 2008, selon les dires du ministre de l’Economie Bruno Le Maire. Les impacts financiers du confinement obligent certaines entreprises à mettre la clé sous la porte, à licencier, ou à baisser les salaires. Face à l'annonce d'un plan de départs volontaires, plusieurs salariés de Travaux du Midi, une filiale du groupe Vinci Construction, ont décidé de bloquer un chantier pour faire entendre leur inquiétude et leurs revendications.
Groupes européens du BTP : la reprise va-t-elle s’amorcer ?  - Batiweb

Groupes européens du BTP : la reprise va-t-elle s’amorcer ?

L’activité des Groupes européens du BTP va-t-elle reprendre ? C’est l’objet de la 4e étude sur le BTP réalisée par Mazars et dévoilée à l’occasion du Mondial du Bâtiment. Pour constituer l’étude, Mazars a tenu compte de l’activité des 15 premiers groupes de BTP européens. Bilan : la crise s’est ressentie entre 2012 et 2014 mais grâce à des chiffres d’affaires plus élevés cette année (+ 6,5%), une légère reprise se laisse entrevoir.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter