Fermer

Les ventes de chaudières biomasse ont résisté à la crise

Le Syndicat Français des Chaudiéristes Biomasse (SFCB) a fait le point sur les ventes et l'installation de chaudières biomasse en 2020, année lourdement impactée par la crise sanitaire et le premier confinement. Mais contre toutes attentes, les ventes ont plutôt bien résisté. Les chaudières à granulés sont notamment en croissance, contrairement aux chaudières à bûches et à plaquettes.
Publié le 02 avril 2021

Partager : 

Les ventes de chaudières biomasse ont résisté à la crise - Batiweb

Le Syndicat Français des Chaudiéristes Biomasse (SFCB) a dévoilé les chiffres 2020 de l'activité des chaudières biomasse.

 

Alors que le syndicat prévoyait une croissance exponentielle de 53 % de ce type d'équipements au 1er trimestre 2020 par rapport à un an plus tôt, la crise liée au Covid-19 a freiné ces objectifs.

 

Mais malgré le début de la crise sanitaire, le 2ème trimestre 2020 a toutefois enregistré une hausse de +16 % comparé à la même période de l'année précédente. Le SFCB fait en revanche état d'une chute de l'activité aux 3ème et 4ème trimestres, avec respectivement -20 % et -17 %. Selon le syndicat, ce net ralentissement s'explique notamment par des retards de chantiers et de commandes.

 

Bilan : sur l'ensemble de l'année 2020, près de 17 000 chaudières biomasses ont été vendues et installées, soit un nombre quasi identique à celui de l'année 2019.

 

Les chaudières à granulés tirent leur épingle du jeu

 

Dans le détail, le SFCB note un engouement croissant pour les chaudières à granulés. Elle représentent désormais 13 500 appareils installés, soit 84 % des ventes (contre 81 % en 2019), au détriment des chaudières à bûches. Selon le syndicat, ce succès peut s'expliquer par la modernité de ce type d'installation, et par sa simplicité d'utilisation.

 

Le SFCB s'inquiète en revanche d'une chute importante des ventes de chaudières à bûches, qui enregistrent -18 % d'activité en 2020. Il rappelle que ce type d'approvisionnement est pourtant particulièrement économique pour les ménages, et facilement accessible, la ressource étant disponible localement pour les habitants des régions rurales. Le syndicat appelle donc soutenir la filière bûche, et à renforcer les aides pour le remplacement de vieilles chaudières à bûches non performantes par de nouveaux équipements plus économes et plus propres. Il faut dire que le bois est une ressource à la fois biosourcée et renouvelable, qui s'inscrit dans les ambitions écologiques du gouvernement. 

 

Enfin, les chaudières à plaquettes, davantage destinées aux bâtiments collectifs, enregistrent également une baisse d'activité, qui peut, selon le syndicat, s'expliquer par les élections municipales et la crise sanitaire, qui ont retardé les projets.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Par Redacteur

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.