Maintenir le remplacement de fenêtres dans le CITE, c’est possible Vie des sociétés | 10.10.18

Partager sur :
Dans un communiqué daté du 8 octobre 2018, le pôle fenêtre de la FFB et la Chambre syndicale des fabricants de verre plat regrettent que le champ du CITE, dans le projet de loi de finances 2019, ne prévoit pas le remplacement des fenêtres. Il est pourtant le premier geste de rénovation énergétique choisi par les Français. Les organisations professionnelles appellent ainsi au dialogue. « Des solutions existent ». Une discussion doit être engagée « sans délai ».
Le 14 septembre dernier, le gouvernement a confirmé que la transformation du CITE en prime ne serait pas mise en œuvre en 2019 ; une décision vivement critiquée par les professionnels du bâtiment.

« Reconduire le CITE en l’état revient à entériner l’exclusion sans débats des fenêtres et chaudières à fioul », avait souligné la FFB. En effet, la fédération regrettait qu’il n’y ait eu « aucun dialogue malgré les propositions de la profession ». Elle demandait un retour au CITE « tel qu’il existait à fin 2017 et la publication au plus vite du rapport CSTB/Ademe sur le sujet ».

Pour rappel, c’est à l’issue du vote de la loi de finances 2018 que le gouvernement à indiqué que pour 2019, le CITE serait remplacé par une prime accordée à la réalisation des travaux. Cette prime serait déterminée en concertation avec les professionnels sur la base « d’une étude sur l’efficacité comparée de tous les gestes de rénovation énergétique (dont le remplacement des fenêtres) confiée au CSTB et à l’Ademe ».

Des promesses non tenues

Dans un communiqué, le pôle Fenêtre – FFB et la Chambre syndicale des fabricants de verre plat précisent que « l’étude a été réalisée et remise aux seuls pouvoirs publics au premier trimestre 2018 mais elle n’a pas été rendue publique ». « Et la concertation pour déterminer les contours du dispositif d’incitation fiscale 2019 n’a jamais eu lieu ! ».

Les organismes regrettent en effet que le gouvernement ait considéré comme acquis « l’exclusion des fenêtres du dispositif ». « Si les professionnels peuvent comprendre les motivations budgétaires ou d’ingénierie financière qui motivent ce report, ils ne comprennent pas et ne peuvent accepter que l’étude comparée des gestes ne soit pas diffusée dès maintenant et que le champ du CITE ne prenne pas en compte à nouveau le remplacement des anciennes fenêtres à simple vitrage ».

Le remplacement des fenêtres, premier geste de rénovation des Français

Le pôle fenêtre de la FFB et la Chambre syndicale des fabricants de verre plat rappellent que le remplacement des fenêtres est souvent « le premier geste de rénovation énergétique choisi par les Français ». Outre les économies de chauffage engendrées, « le slogan – tous éco confortables – de la nouvelle campagne FAIRE est particulièrement bien illustré par ce geste qui supprime les courants d’air parasites, supprime l’effet de paroi froide, améliore le confort visuel et acoustique et augmente la valeur verte du logement ! ».

Ils estiment ainsi qu’il sera « impossible » d’atteindre les objectifs du plan de rénovation énergétique, que ce soit en termes de quantité ou de performance, sans remplacer massivement les fenêtres.

Le CITE, facteur clé pour la bonne santé du secteur

Les fédérations professionnelles se réfèrent également à l’impact du CITE sur l’emploi. La rénovation représente 80% du marché de la fenêtre, « c’est pourquoi l’effet déclencheur du CITE est un facteur clé pour la bonne santé de ce marché et les effectifs des entreprises ».

La question de l’emploi avait déjà été abordée l’an dernier par six organisations professionnelles. A l’époque, elle critiquaient la « réduction brutale » du taux du CITE qui aurait pour effet « immédiat un brutal ralentissement du marché » et la possible suppression de 6 000 à 9 000 emplois. Parmi les risques évoqués : « un accroissement des travaux de remplacement de fenêtres non déclarés, entrainant un manque à gagner de TVA et autres recettes pour l’Etat » et le maintien d’un « grand nombre d’anciennes fenêtres à simple vitrage, fortes consommatrices d’énergie ».

Dans leur communiqué, le pôle fenêtre – FFB et la Chambre syndicale des fabricants de verre plat estiment que l’accompagnement et la montée en compétences des professionnels du bâtiment via le label RGE risque lui aussi d’être « très négativement impacté. Les installateurs de fenêtres constituent la première famille de RGE et le signal négatif de l’abandon de l’éco conditionnalité RGE pour les fenêtres conduirait le plus grand nombre à ne pas renouveler le label ».

Les professionnels de la filière fenêtre appellent ainsi « à la raison et à l’ouverture urgente d’une discussion » qui leur permettent « de présenter leurs propositions et de réintégrer le remplacement des anciennes fenêtres simple vitrage dans le champ du CITE 2019 ».

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

François de Rugy annonce un CITE réélargi aux fenêtres !

François de Rugy annonce un CITE réélargi aux fenêtres !

C’est une victoire pour les professionnels du bâtiment ! Lundi 17 décembre, c’est au micro d’Europe 1 que François de Rugy a annoncé que les fenêtres seraient bel et bien réintégrées dans le champ du CITE. Le ministre de la Transition énergétique et solidaire a promis un dispositif « plus efficace que par le passé ». Il s’agira de soutenir à hauteur de 100 € par fenêtre les ménages souhaitant passer du simple au double vitrage.
Transformation du CITE en prime : les détails se font attendre

Transformation du CITE en prime : les détails se font attendre

En juin dernier, le Premier ministre, Édouard Philippe, annonçait une remise à plat des aides à la rénovation énergétique des bâtiments. Il confirmait notamment la transformation du CITE en une aide « plus massive ». Deux mois plus tard, où en est-on ? Le montant de la prime, les modalités d’attribution et le périmètre des travaux font l’objet d’une concertation, précise le ministère de la transition écologique. Il faudra donc encore patienter pour connaître les contours du nouveau dispositif.
Rénovation énergétique : le Gouvernement précise le futur barème d’aides

Rénovation énergétique : le Gouvernement précise le futur barème d’aides

Le Ministère de la Transition écologique et solidaire a précisé ce mercredi 25 septembre les contours que prendrait la future prime qui remplacera progressivement le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) à partir de janvier prochain. Le nouveau dispositif privilégiera notamment les ménages modestes en excluant les 20 % des ménages les plus aisés. Le barème d'aides par type de travaux a également été dévoilé. Le point sur les nouveautés.
Sur EquipBaie, Alain Maugard nous livre sa vision d’un CITE plus « raisonnable »

Sur EquipBaie, Alain Maugard nous livre sa vision d’un CITE plus « raisonnable »

Alain Maugard, président de Qualibat et co-animateur du Plan de rénovation énergétique des bâtiments, s’est rendu ce jour au salon EquipBaie. L’occasion de revenir sur l’actualité du secteur et d’apporter ses arguments pour un CITE plus « raisonnable ». Il estime notamment qu’il n’y a pas de « raison technique » pour que le crédit d’impôt ne comprenne pas de volet « fenêtres ». Il milite aujourd’hui pour un dispositif réduit de 30% à 15% pour le remplacement du simple vitrage et plafonné à 100 euros par menuiserie.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter