Marteau prend de la hauteur avec les tours Rimini et Ferrare Vie des sociétés | 19.10.16

Partager sur :
C'est un défi de taille (littéralement) qu'a relevé Marteau, spécialiste du ravalement de façade. En effet, l'entreprise a été choisie pour réaliser les travaux de réhabilitation thermique de deux tours, Rimini et Ferrare, situées dans le XIIIème arrondissement de Paris. Pour mener à bien ce projet, Marteau s'est notamment muni d'échafaudages bi-mat, dont les consoles étaient fixées aux façades, permettant aux ouvriers de monter et descendre le long de la bâtisse.
« Toujours plus haut ! » : c'est avec cette devise que Marteau, entreprise spécialisée dans le traitement technique des façades des immeubles, a mené une importante opération de rénovation énergétique concernant les tours Rimini (31 étages) et Ferrare (33 étages).

Les deux bâtiments, qui font partie de l'ensemble Masséna (Paris 13), avaient été construits respectivement en 1973 et 1975. Quarante ans après, le temps a laissé son empreinte sur les façades, qui ont souffert de nombreuses dégradations. Une problématique aux conséquences directes sur la consommation énergétique des tours, classées sous l'indice D.

C'est donc à Marteau que s'est adressé l'architecte Rémi Rabu pour mener les travaux de réhabilitation thermique des bâtiments. Les chantiers, qui ont débuté en mai 2015 pour Rimini et septembre 2015 pour Ferrare, ont été mutualisés de sorte que les mêmes entreprises interviennent à la fois sur l'un et sur l'autre.

Des moyens originaux pour parer aux difficultés

En plus de leur état et de leur hauteur, les deux tours présentent l'inconvénient d'être placées dans une zone particulièrement réduite. Ferrare, notamment, partage trois de ses faces avec le centre commercial de la Porte de Choisy. Pour faire face à cette difficulté, les équipes de Marteau ont mis en place plusieurs platelages, permettant d'installer leurs matériels tout en sécurisant l'espace pour les passants.

L'entreprise a également dû faire face à une autre contrainte. « Le diagnostic amiante avant travaux a permis de déceler des fibres dans l'enduit de collage du carrelage », explique Daniel Thibault, directeur opérationnel de Marteau. Pour faire face à ce problème, les isolants ont été fixés par « pisto-scellement ». Contrairement à une visseuse classique, cet outil permet d'enfoncer un clou dans l'isolation en tirant simplement sur la gâchette. L'émission de poussière est ainsi évitée grâce à ce procédé.

Enfin, pour assurer l'accessibilité de toute la hauteur de la façade à ses équipes, Marteau s'est appuyé sur des échafaudages bi-mat. « La particularité de cette opération, c'est qu'on ne pouvait pas avoir la descente directe des pieds de mat dans le sol des terrasses ou aux alentours. Nous avons donc conçu un système spécifique pour l'opération, en fixant d'énormes consoles métalliques au niveau de la façade qui servent de support au bi-mat. Cela a permis de résoudre les problèmes de descente de charges », détaille Daniel Thibault.

Vue d'un échafaudage bi-mat, dont les consoles sont fixées aux façades. ©F.C

Des copropriétaires ravis

Malgré l'ampleur des travaux, aucune réclamation n'a été émise par les habitants des immeubles, qui ont noté la fluidité et la qualité du chantier. « Il y avait une réelle nécessité de ravaler l'immeuble, qui était dans un état déplorable. Des morceaux de béton se détachaient des fenêtres, il y avait des infiltrations d'eau dans de nombreux appartements... », se rappelle Daniel Kerne, président du conseil syndical de la tour Rimini.

« Avec ces travaux, on commence à constater que l'on économise déjà 40% d'énergie sur l'eau chaude. Les températures sont devenues homogènes dans les appartements, alors qu'il y avait une sensation de froid près des fenêtres auparavant. Même sur l'aspect phonique, il y a un gain au niveau acoustique », témoigne-t-il aujourd'hui.

Au total, 4 990 000 euros ont été requis pour mener à bien ce vaste projet, dont la moitié a été financée par des subventions. Rendez-vous en décembre prochain pour la fin des travaux !

Fabien Carré

Photo de Une : ©Marteau
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Plongée dans la rénovation de la piscine  de la Butte aux Cailles, à Paris - Batiweb

Plongée dans la rénovation de la piscine de la Butte aux Cailles, à Paris

Après une première réhabilitation dans les années 90, l’obsolescence de la piscine de la Butte aux Cailles a amené en 2011 la ville de Paris à établir un diagnostic ayant démontré la nécessité d’une seconde rénovation de remise aux normes, notamment en termes de confort, d’énergie et d’accessibilité. Lancé en 2013, le chantier s’est révélé complexe au vu des enjeux techniques et d’un cahier des charges lié aux monuments historiques très contraignant.
Rénovation : le Conseil d’Etat annule définitivement le décret « tertiaire »  - Batiweb

Rénovation : le Conseil d’Etat annule définitivement le décret « tertiaire »

Le Conseil d’Etat a annulé lundi le décret du 9 mai 2017 relatif aux obligations d’amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments tertiaires. Le texte, qui remonte à la fin du quinquennat Hollande, imposait des travaux avant le 1er janvier 2020 aux propriétaires de bâtiments à usage de bureaux, d’hôtels ou encore de commerces. Le ministère de la transition écologique et solidaire a justifié la décision expliquant que le projet de loi Elan couvrirait l’ensemble des objectifs du décret.
Layher fournit 72 tonnes d’échafaudage pour la réhabilitation d’un clocher - Batiweb

Layher fournit 72 tonnes d’échafaudage pour la réhabilitation d’un clocher

La commune de Beaulieu-lès-Loches a lancé, en septembre 2016, la réhabilitation du Grand Clocher de l’église abbatiale, construite il y a plus de 800 ans et classée Monument Historique. La première phase a consisté en la dépose et la remise en place de 5 000 pierres de taille. Pour permettre aux compagnons de travailler en toute sécurité, Layher a fourni 72 tonnes d’échafaudage. La structure, qui atteint les 64 mètres de hauteur, sera démontée au fur et à mesure de l’avancée des travaux.
Des menuiseries performantes pour des logements aux pieds du périphérique parisien - Batiweb

Des menuiseries performantes pour des logements aux pieds du périphérique parisien

A Paris, la RIVP a confié à l’architecte Michel Jacotey la réhabilitation de deux immeubles de logements sociaux en R+12 et R+9 situés aux abords immédiats du périphérique parisien et de ses nuisances. En plus d’une isolation par l’extérieur, l’architecte a prescrit le remplacement des fenêtres PVC par la gamme Duoba de Bieber, avec des performances acoustiques allant jusqu’à 38 décibels.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter