Moins d’un Français sur deux fait confiance aux serruriers (Etude) Vie des sociétés | 22.05.18

Partager sur :
Moins d’un Français sur deux fait confiance aux serruriers (Etude)
Alors que près de 70% des Français font confiance aux vitriers, ils ne sont que 46% à avoir un avis favorable sur les serruriers. Comment expliquer ce déficit de confiance ? Selon un sondage OpinionWay pour Point Fort Fichet, une grande majorité de Français craint notamment que le serrurier ne pratique des tarifs abusifs et 47% redoutent le supplément de prix lié aux conditions d’intervention. Précisions.
En 2016, le Gouvernement lançait la campagne « Faites-vous dépanner, pas arnaquer ». Pilotée par la DGCCRF, elle visait à informer les consommateurs sur les pratiques déloyales de certains professionnels.

L’activité de dépannage à domicile constitue en effet « l’un des premiers postes d’enregistrement des plaintes reçues par les services de la DGCCRF ». En 2014, plus de 8 800 particuliers avaient d’ailleurs dénoncé auprès de leurs services des pratiques commerciales abusives.

Pour connaître et comprendre leur rapport aux artisans intervenant en dépannage, Point Fort Fichet, premier réseau français spécialiste des solutions de sécurité pour l’habitat, a interrogé, en avril 2018, 1063 personnes. Le sondage réalisé par OpinionWay révèle que moins d’un Français sur deux (46%) fait confiance aux serruriers et 17% déclarent même « ne pas leur faire du tout confiance ».

Les serruriers arrivent ainsi en dernière position d’un classement qui place en tête les vitriers, « qui bénéficient de la confiance de 7 Français sur 10 », suivis par les maçons (69%), les électriciens (68%) et les chauffagistes (62%).

Tarifs élevés, moindre qualité de la prestation ou du service…

Pourquoi ce fort déficit de confiance ? 70% des Français craignent des tarifs abusifs et 47% redoutent le supplément de prix lié aux conditions d’intervention (nuit, week-end, jour férié). A ce sujet, rappelons que la campagne « Faites-vous dépanner, pas arnaquer » conseille qu’en cas « de porte claquée à minuit », mieux vaut privilégier une nuit à l’hôtel, « une solution souvent moins onéreuse ».

L’étude révèle aussi des craintes liées à la qualité de la prestation ou du service. A titre d’exemple, les personnes interrogées citent « une porte endommagée » ou encore un délai d’intervention trop long.

« Ces résultats font écho à la recrudescence des arnaques constatées dans le domaine de la serrurerie, avec des publicités trompeuses, des pratiques commerciales agressives et frauduleuses… », explique Frédéric Colin, Directeur Général Frichet.

« Concernant le choix d’un prestataire en dépannage d’urgence, rappelons que l’appartenance à un réseau agréé par un fabricant est pour le consommateurs un gage de fiabilité, de qualité de service et de transparence des tarifs », poursuit-il.

Quels sont les critères pour choisir son serrurier ? 

Mais si le Gouvernement et les industriels appellent à la vigilance et invitent les consommateurs à avoir les bons réflexes lorsqu’ils se font dépanner, ils sont seulement 47% des français à suivre les recommandations de leur assurance. 34% se laissent convaincre par les préconisations de leurs proches tandis que 33% des personnes interrogées guident leur choix selon les tarifs affichés.

La rapidité d’intervention et un label de qualité sont également considérés comme des critères de choix (24%). La proximité est citée (19%) tandis que l’appartenance à un réseau agréé et la possibilité d’obtenir un devis rapide à distance « pourraient être déterminants pour 13% des Français ». Les avis sur internet pèsent également sur le choix des consommateurs (11%).

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Dépannage d'urgence : gare aux offres trop alléchantes !

Dépannage d'urgence : gare aux offres trop alléchantes !

L’activité de dépannage à domicile souffre d’une image plutôt négative. Il faut dire que les fraudes et autres pratiques commerciales déloyales ne cessent d’augmenter. Résultat, la confiance des Français diminue conduisant les professionnels du secteur à se réinventer. Comment éviter les arnaques ? Quels sont les points de vigilance ? Le point avec Sébastien Roux, des Serruriers de France.
La Capeb et GRDF partenaires pour l'efficacité énergétique

La Capeb et GRDF partenaires pour l'efficacité énergétique

Permettre aux chauffagistes de monter en compétence sur les thématiques liées à l'efficacité énergétique : tel est l'objectif du partenariat entre la Capeb (Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment) et GRDF, qui a été reconduit ce 3 mai. Dans ce cadre, de nouveaux outils de formation verront bientôt le jour afin d'accompagner et sensibiliser les chefs d'entreprise artisanale de demain. Les détails.
20% des réclamations reçues par la DGCCRF en 2016 concernent le BTP

20% des réclamations reçues par la DGCCRF en 2016 concernent le BTP

Le 23 février dernier, la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) a présenté son bilan d’activité 2016. Parmi les données révélées, le nombre de réclamations reçues l’an dernier. Après avoir baissé significativement, les plaintes sont reparties à la hausse (+ 3%), précise le baromètre. L’immobilier, le logement et le BTP sont à l’origine de 20% de ces réclamations.
Chaudières à 1€ : la Capeb dénonce une offre « outrageusement commerciale »

Chaudières à 1€ : la Capeb dénonce une offre « outrageusement commerciale »

Dans un communiqué paru ce 1er février, la CAPEB annonce le lancement prochain d’une offre pour le remplacement des chaudières. Le syndicat professionnel regrette en effet ne pas avoir été consulté et associé au dispositif présenté par le Gouvernement. Face à l’inquiétude des artisans du bâtiment, la CAPEB a donc décidé d’agir. L’offre permettra aux entreprises de maintenir le lien avec leurs clients et de participer pleinement aux objectifs de rénovation énergétique.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter