Nouveau gouvernement : les organisations inquiètes Vie des sociétés | 18.05.17

Partager sur :
Si le nouveau gouvernement d’Emmanuel Macron fait bien évidemment parler de lui, peu de ministres font autant polémique que celui de la Cohésion des Territoires. Non pas à cause de son profil, mais de l’énoncé de son poste qui, pour la première fois depuis des décennies, ne compte pas le logement. Une nouvelle qui a fait grincer les dents des principales organisations du secteur de la construction.
Les premiers défis arrivent déjà pour Richard Ferrand, nouveau ministre de la Cohésion des Territoires, ancien du PS pendant 18 ans et député du Finistère. Sitôt arrivé, le voilà face à l’inquiétude des organisations du bâtiment, de la construction et du logement (FFB, Capeb, USH, fondation Abbé Pierre...) dont les réactions à l’annonce du nouveau gouvernement ont été très mitigées.

Si aucune n’attaque Richard Ferrand lui-même, beaucoup ont très mal reçu la disparition du logement et de la ville dans l’énoncé du poste, et craignent un abandon de ces problématiques de la part du nouveau gouvernement. D’autant que ces sujets avaient été très peu, si ce n’est jamais, abordés durant la campagne présidentielle, et que le programme d’Emmanuel Macron, notamment sa politique vis-à-vis du RSI, avait alors déjà fait grincer des dents.

En pleine opération de déminage, celui qui est surnommé « le premier des marcheurs », car premier soutien d'Emmanuel Marcon, a tenu à rassurer.

La ville et le logement toujours au cœur des préoccupations

« Si, il y en a un [Ministère de la Ville, ndlr] mais simplement, il s’appelle autrement car ce qui reste à faire doit s’insérer dans une action plus globale qui porte ses fruits dans tous les territoires de France », a déclaré le nouveau ministre.

Concernant le terme générique de cohésion des territoires, il s'en défend : « il a un défaut mais une qualité. Il s’agit d’un terme abstrait. Mais il va de soi que la politique de la ville, le logement, l’aménagement du territoire… Tout cela se devait d’être ensemble pour que l’action publique soit plus efficace ». Il affirme par ailleurs qu’il reprendra aussi les attributions du Logement, précisant que celui-ci ne serait « pas minoré ».

« Il est au contraire mis au cœur d’une politique qui veut précisément faire en sorte que partout en France, tout le monde puisse accéder au même droit au logement », martelait Richard Ferrand lors de sa passation de pouvoir avec Emmanuelle Cosse. Il a également promis une « stabilité législative » sur le secteur, affirmant son intention de « parfaire ce qui a été mis sur les rails et accompagner la dynamique à l’œuvre dans le secteur de la construction », se posant comme l’homme de la continuité et la stabilité, avant de compléter : « il y a un ministre du logement en plein exercice... c'est moi ! ».

Lutter contre les territoires oubliés

La priorité du nouveau ministre a aussi été très clairement énoncée : lutter contre le déclassement des régions et les « territoires oubliés », évoquant le sentiment d’abandon de certains citoyens. « Il faut agir et faire partager à chacune et chaun que des territoires sont en souffrance, mais que la République n’en abandonne aucun. Partout, la mobilité et l’accès aux services doivent être garantis », énonçant la nécessité de travailler avec les élus locaux qui « au quotidien, sont les artisans de l’action publique ».

De bien belles intentions, mais le secteur attend de voir si elles seront suivies d’actions à la hauteur des promesses faites.

Un parcours atypique

Député du Finistère depuis 2012 avant d'être conseiller régional de la région bretagne en 2010, Richard Ferrand s'est surtout concentré sur les problématiques de protection sociale et de la lutte contre le dumping social.
Rapporteur général de la loi Macron, il a aussi été celui de la résolution européenne sur la proposition de directive relative aux détachements de travailleurs. Il reproche notamment au travail détaché la création "d'optimisation et de dumping social", prônant la mise en place de mesures encadrant le détachement de travailleurs.
 

F.T (avec AFP)
Photo de Une : @RichardFerrand (Twitter)
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

2,3% de croissance dans la construction en 2018, mais la FFB moins confiante pour l'année à venir

2,3% de croissance dans la construction en 2018, mais la FFB moins confiante pour l'année à venir

La Fédération française du bâtiment (FFB) a annoncé une croissance de l'activité de 2,3% en 2018, ce mercredi 19 décembre, lors d’une conférence de presse sur son bilan annuel et ses prévisions pour l'an prochain. Une croissance en baisse par rapport aux 4,9% de 2017, mais certainement meilleure que celle de l’année à venir. Jacques Chanut, président de la FFB, a en effet annoncé que 2019 serait « marquée par la fin d’un cycle de croissance ». Précisions.
Carte d'identité professionnelle, dérogation à la RT2012... M. Valls a «entendu» les entrepreneurs

Carte d'identité professionnelle, dérogation à la RT2012... M. Valls a «entendu» les entrepreneurs

Ce jeudi, le Premier ministre a clôturé au Palais des Congrès de la Porte Maillot le 3ème Sommet de la Construction intitulé «Après le plan logement, quelles pistes pour la croissance ?» et organisé par la Fédération française du bâtiment (FFB). Devant un parterre d'entrepreneurs du BTP, il a annoncé que les logements collectifs bénéficieront d'une dérogation de trois ans supplémentaires, soit jusqu'au 1er janvier 2018, avant de devoir se conformer à la réglementation thermique 2012.
Bilan de la rencontre avec la ministre du Logement : la CAPEB et la FFB confiantes

Bilan de la rencontre avec la ministre du Logement : la CAPEB et la FFB confiantes

Cette semaine, la ministre du Logement Sylvia Pinel rencontrait les acteurs du bâtiment, en la personne de Didier Ridoret pour la Fédération française du bâtiment (FFB) et celle de Patrick Liébus pour la Confération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB). Les deux professionnels ont souligné l'engagement de la ministre pour faire avancer les sujets brûlants et poursuivre les objectifs engagés par leurs prédécesseurs et le gouvernement.
LCA-FFB soutient les initiatives de simplification en faveur du logement « abordable et durable »

LCA-FFB soutient les initiatives de simplification en faveur du logement « abordable et durable »

Lors d’une séance de discussions organisée au CSCEE, Yves Laffoucrière, président du plan BIM 2022 et Ludovic Scarpari, vice-président de LCA-FFB, ont remis à Julien Denormandie, ministre du Logement, le rapport « simplification des réglementations dans la construction ». L’événement a également été l’occasion pour LCA-FFB de signer la Charte d’engagement volontaire dans le permis d’expérimenter et de rappeler ses attentes concernant la RE 2020.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter