Perte de 1,3 milliard d’euros pour LafargeHolcim en 2015

Vie des sociétés | 17.03.16
Partager sur :
Perte de 1,3 milliard d’euros pour LafargeHolcim en 2015 - Batiweb
En 2015, le chiffre d’affaires du groupe LafargeHolcim s’est établi à 29,48 milliards de francs suisses, en repli de 6,2% par rapport à 2014. La société issue de la fusion en juillet dernier du français Lafarge avec le suisse Holcim a particulièrement souffert au 4e trimestre avec une perte nette de 2,8 milliards de francs, les dépréciations d’actifs et de charges se chiffrant à 3 milliards de francs suisses. Pour 2016, le groupe vise un retour au bénéfice.
Le cimentier franco-suisse LafargeHolcim a annoncé jeudi 17 mars avoir accusé une perte nette de 1,4 milliard de francs suisses (1,3 milliard d’euros) en 2015, en raison notamment d’un quatrième trimestre plutôt difficile.

En effet, sur le seul dernier trimestre 2015, les pertes ont atteint 2,8 milliards de francs, une situation s’expliquant en partie par des dépréciations d’actifs se chiffrant à 3 milliards de francs suisses (CHF).

Les résultats du quatrième trimestre « ont été impactés par les difficultés rencontrées sur certains marchés » et également par « la baisse des revenus issus des ventes de quotas de CO2 ainsi que des mouvements de change défavorables », explique le groupe dans un communiqué.

En Asie-Pacifique, les résultats ont été portés par la croissance des volumes dans des pays comme les Philippines, le Vietnam ou l’Australie, mais affectés par le ralentissement de la croissance économique en Chine où le marché de l’immobilier a décliné malgré le soutien de l’Etat dans le développement d’importants projets d’infrastructures.

En Europe, la performance de la région a pâti de l’incertitude et de marchés de la construction en récession dans plusieurs pays. Les volumes, les ventes nettes et l’Ebitda opérationnel ont diminué dans toutes les lignes de produits, à l’exception du béton prêt à l’emploi.

En Amérique Latine, les performances des marchés ont fortement ressenti les effets de la détérioration de la situation économique au Brésil, où le secteur de la construction s’est fortement contracté.

Au Moyen-Orient et en Afrique, certains marchés ont souffert de la demande liée à la baisse du pétrole et des matières premières. Le Kenya et l’Algérie ont enregistré de solides performances.

Enfin en Amérique du Nord, LafargeHolcim a enregistré de solides résultats grâce à une reprise durable aux États-Unis ainsi qu’à des prix en hausse et à une optimisation des coûts.

D’un point de vu global, le chiffre d’affaires de LafargeHolcim s’est établi à 29,48 milliards de francs suisses en 2015, en baisse de - 6,2% à données publiées, mais en hausse de + 0,1% à données comparables.

Un cash-flow libre de 813 millions de francs suisses a conduit à une réduction de la dette de 1 milliard de francs suisses au 4ème trimestre.

Renouer avec la croissance en 2016

En dépit de conditions qui restent difficiles sur certains marchés, Eric Olsen, directeur général de LafargeHolcim, a déclaré que le groupe avait dépassé ses engagements en 2015 « en termes de contrôle des dépenses d’investissement, de synergies et de réduction de la dette nette ».

Pour 2016, le groupe table sur une augmentation de 2 à 4% de la demande sur ses marchés. Par ailleurs, la fusion et l’intégration étant largement achevée, « les synergies vont continuer à monter en puissance en 2016, avec plus de 450 millions de francs suisses d’Ebitda additionnel attendus cette année » a indiqué M. Olsen.

Le groupe a mis en place un plan stratégique afin de gagner en dynamisme. Ainsi, il a prévu des dépenses d’investissements inférieures à 2 milliards de francs suisses, des synergies additionnelles de 450 millions CHF au niveau de l’Ebitda, une baisse de la dette nette à environ 13 milliards de francs suisses en fin d’année, ou encore la finalisation de son programme de désinvestissements de 3,5 milliards de francs suisses.

En outre, le groupe s’est engagé à maintenir « une solide notation - Investment Grade - et à retourner du cash aux actionnaires ».

« Nous anticipons que l’effet combiné des synergies, des réductions de coûts additionnelles et d’un environnement plus favorable en matière de prix conduise à ce que 2016 soit une année de solide progrès vers nos objectifs 2018 » a conclu Eric Olsen.

Au titre de l'exercice 2015, le conseil d'administration va proposer un dividende de 1,50 franc suisse par action.

R.C
© Fotolia
Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

 Lafarge-Holcim : quelle stratégie de développement pour le nouveau géant du ciment ? - Batiweb

Lafarge-Holcim : quelle stratégie de développement pour le nouveau géant du ciment ?

Lafarge-Holcim, futur géant du ciment issu du rapprochement des deux concurrents historiques, suisse et français, pèserait 32 milliards d'euros de chiffre d'affaires dans le secteur des matériaux de construction, si leur fusion est finalisée. Leur stratégie de développement s'appuierait alors sur un réseau de production et de distribution optimisé ainsi qu'un service de R&D renforcé. La finalisation de l’opération devrait intervenir au cours du premier semestre 2015.
Lafarge cède ses activités ciment en Equateur  - Batiweb

Lafarge cède ses activités ciment en Equateur

Le groupe Lafarge, leader mondial des matériaux de construction, vient d'annoncer la vente de ses activités ciment en Equateur pour une valeur d'entreprise totale de 405 millions d'euros. Il espère ainsi faire passer sa dette nette sous la barre de 9 milliards d'euros en 2014. En 2013, la dette du groupe avait déjà été réduite d'un milliard d'euros, s'établissant à 10,3 milliards d'euros.
Une nouvelle étape franchie vers la fusion des groupes Holcim et Lafarge - Batiweb

Une nouvelle étape franchie vers la fusion des groupes Holcim et Lafarge

Le comité Lafarge et Holcim, nouvellement créé, vient d'établir une liste d’actifs que les deux géants du ciment pourraient céder dans le cadre de leur projet de fusion entre égaux, annoncé le 7 avril dernier. Le but est d'anticiper les demandes éventuelles des autorités de la concurrence afin de faciliter la création du groupe LafargeHolcim, poids-lours des matériaux de construction.