Quels retours pour le « compteur électrique nouvelle génération » ? Vie des sociétés | 18.03.13

Partager sur :
Premiers retours d’expérience pour le compteur intelligent Smart Analyzer, au terme d’un an de fonctionnement sur une trentaine de sites déjà équipés en France. Les CPE pourraient y trouver une utilité, en plus des gestionnaires d’immeubles premièrement visés.
Lauréat du Prix Cleantech Republic 2012 (Prix spécial du Jury), finaliste des Grands Prix de l'Innovation 2012 de la Ville de Paris, dans la catégorie Eco-innovations, le compteur intelligent Smart Analyzer continue son bonhomme de chemin, un an après son lancement par la jeune entreprise Smart Impulse.

Ce « compteur électrique nouvelle génération » identifie la consommation électrique de chaque type d’appareils dans les bâtiments tertiaires : éclairage, informatique, ventilation, etc. Il permet ainsi au gestionnaire d’un bâtiment de voir clairement comment le bâtiment est piloté, notamment si les consignes qui régissent le fonctionnement des équipements sont respectées et bien adaptées à son occupation.

Eviter de chauffer des bureaux en plein été

« Par exemple, des équipements de chauffage et de ventilation tournent souvent en continu la nuit et le week-end alors que le bâtiment est vide. Sur l’un des sites suivis par le Smart Analyzer, il a été identifié que le chauffage fonctionnait tous les matins en plein mois d’août. Sur un autre site, l’ajustement des consignes la nuit et le week-end sur le chauffage et la ventilation représente près de 30% d’économie », explique en guise d’exemple la société Smart Impulse.

Il devient également possible pour le gestionnaire de bâtiment de lever des incertitudes sur la rentabilité de ses investissements. Lorsqu’il connait précisément la consommation réelle de l’un de ses postes, par exemple l’éclairage, il peut évaluer le temps de retour sur investissement en choisissant des solutions plus efficaces.

Plus d’une trentaine de sites a déjà été équipée. Ce sont avant tout des bâtiments de bureaux, mais également de la restauration ou des stations-service. Des typologies variées sont concernées, du plateau de bureau jusqu’à la tour de 30.000 m2 à La Défense.

Le compteur intelligent utilisé pour les CPE

« Le Smart Analyzer commence également à être utilisé dans le cadre de contrats de performance énergétique (CPE) pour évaluer les gains réalisables par l’exploitant en amont de la mise en place du contrat, puis pour suivre la consommation dans le temps. Le Smart Analyzer peut également contribuer à obtenir une certification HQE Exploitation », complète l’entreprise.

Créée en mars 2011 par trois jeunes ingénieurs de l’Ecole Centrale Paris, la société Smart Impulse est soutenue par Oséo (aide au financement des entreprises). Elle a réalisé des projets avec de grandes entreprises comme Société Générale, Groupama, Total ou la SNCF. Et travaille avec les grands exploitants du marché comme Cofely, Dalkia ou Exprimm ou encore avec des acteurs de la construction comme Bouygues Construction.

Retrouvez Smart Impulse les 16, 17 et 18 avril 2013 sur le salon Innovative Building (Paris - Porte de Versailles), le salon B2B du bâtiment performant, intelligent et durable, et découvrez des retours d'expérience lors d’un atelier le 17 avril à 15h15.

LP

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Certivéa donne une nouvelle dimension à l’amélioration du cadre de vie au travail avec le label OsmoZ

Certivéa donne une nouvelle dimension à l’amélioration du cadre de vie au travail avec le label OsmoZ

Lors d’un entretien exclusif publié au début du mois, Patrick Nossent, président de Certivéa, était revenu sur l’évolution des bâtiments tertiaires, passés d’actifs immobiliers à de véritables outils de travail où les conditions de santé et de confort ont leur importance. Allant plus loin dans cette réflexion, la filiale du CSTB a officiellement lancé ce 27 mars le label OsmoZ, par lequel les entreprises pourront valoriser leurs démarches en faveur de l’amélioration du cadre de vie au travail.
Performance énergétique : la FFB déplore la publication trop tardive d’un nouveau décret

Performance énergétique : la FFB déplore la publication trop tardive d’un nouveau décret

Bien qu’attendu depuis de nombreuses années, le décret relatif aux obligations d’amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants à usage tertiaire vient seulement d’être publié au Journal officiel. Un retard payé au prix fort, la FFB (Fédération française du bâtiment) considérant que cette nouvelle réglementation « impose aux propriétaires des contraintes irréalisables ». Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter