Renforcer le contrôle de l'information, une nécessité pour le BIM Vie des sociétés | 09.12.16

Partager sur :
Renforcer le contrôle de l'information, une nécessité pour le BIM
Outil particulièrement en vogue sur le secteur du bâtiment, le BIM (Building information modeling) n’en reste pas moins une technologie pouvant encore être améliorée. L’une des pistes de réflexion concerne notamment la désinformation, qui peut, dans les cas les plus extrêmes, s’avérer fatale à un chantier. François Appéré, BIM Manager au sein du cabinet d’ingénierie Arcadis, répond à trois questions sur le sujet.
François Appéré, BIM Manager chez Arcadis. ©Arcadis

Qu’appelez-vous la "désinformation" ?

François Appéré : Le cœur du BIM est vraiment l’information structurée qui transite à travers des maquettes numériques que l’on s’échange dans le cadre d’un projet. Or, j’ai remarqué dans mon travail que l’on réussit parfois à capter toute la valeur ajoutée du BIM en n’étant, justement, pas rigoureux sur la qualité de l’information renseignée dans nos maquettes. C’est de là que j’ai fait le parallèle avec la désinformation ou l’information non-vérifiée, qui peuvent avoir un impact important et négatif sur un projet BIM. Pour moi, la désinformation dans le BIM consiste soit à intégrer des informations inutiles qu’il est préférable de ne pas renseigner, soit à se tromper dans l’information, et donc ne pas contrôler correctement l’information intégrée.

Quelles sont les conséquences de ce phénomène vis-à-vis des professionnels utilisant le BIM ?

F. A : Au mieux, cela peut entraîner une simple perte de temps. En se basant sur des informations qui sont fausses, il est normal de faire des erreurs et de devoir reprendre. On parle beaucoup des avantages du BIM, qui facilite notamment le partage d’informations, permettant de gagner du temps. Or, cet avantage peut parfois être remis en cause si l’information est mal contrôlée. Dans le pire des cas, cela peut être bien plus grave. On peut imaginer un ouvrage qui serait construit sur la base d’une information fausse, entraînant soit des dépenses financières importantes, soit des dommages plus importants.

Que préconisez-vous pour éviter cette désinformation ?

F. A : D’un point de vue purement terre-à-terre, il est nécessaire de rédiger des plans d’assurance qualité pour le BIM et de mettre en place ce document, dans lequel on définit les processus qualité à suivre. Il incombe ensuite au BIM manager de l’équipe de s’assurer que ce processus est bien respecté. C’est également à lui de mettre en place les moyens nécessaires pour vérifier que les informations transmises sont bonnes et correctement structurées.

Une « solution globale » pour les professionnels

Cabinet d’ingénierie spécialisé dans la construction et l’aménagement du territoire, Arcadis dispose aujourd’hui d’une présence internationale dont il tire sa force. « La stratégie BIM que nous mettons en place est la même qu’il s’agisse de la France, de l’Australie ou des Etats-Unis », indique François Appéré. « La force d’Arcadis est de profiter du retour d’expérience de pays plus en avance sur le BIM, notamment le Royaume-Uni et les Pays-Bas. Cela nous permet de monter rapidement en compétences sur le sujet. Notre solution est globale, aussi bien dans la phase conception programmatique que gestion de la maintenance exploitation ».
 

Propos recueillis par Fabien Carré
Photo de Une : ©Arcadis
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Siniat succombe au BIM, « grosse innovation » du secteur de la construction

Siniat succombe au BIM, « grosse innovation » du secteur de la construction

Bien qu'aucune obligation légale n'existe sur le sujet, de plus en plus de projets de construction sont développés grâce au BIM (Building information modeling). Spécialisée dans les matériaux de construction sèche, l'entreprise Siniat a bien compris que l'avenir du BTP ne s'écrirait pas sans le BIM, et a donc tenu à développer une solution dédiée aux professionnels du plâtre et de l'isolation. Tous les détails.
Déploiement du BIM en France : « encore beaucoup de progression à faire » pour Emmanuel Di Giacomo

Déploiement du BIM en France : « encore beaucoup de progression à faire » pour Emmanuel Di Giacomo

Longtemps en retard sur le BIM, la France tente aujourd’hui d’inverser la tendance, avec un marché en pleine expansion qui témoigne de l’intérêt porté par les acteurs du BTP à cette technologie innovante. Spécialiste du sujet, Autodesk développe de nombreuses solutions visant à accompagner la transition numérique du bâtiment. Le point, en exclusivité, avec Emmanuel Di Giacomo, responsable du développement des écosystèmes BIM en Europe pour Autodesk.
(Témoignage) Contrôle à distance : l'importance du retour d'information

(Témoignage) Contrôle à distance : l'importance du retour d'information

Le retour d'information offert par la technologie io-homecontrol, qui permet de confirmer la fermeture d'une fenêtre à distance par exemple, est un réel avantage, témoigne Edouard Marquis, utilisateur et beta-testeur de la solution TaHoma et son application smartphone développée par Somfy. Rencontre sur le salon Equip'Baie 2010.
Les raisons de se lancer dans le BIM, selon Arcadis

Les raisons de se lancer dans le BIM, selon Arcadis

Arcadis, société internationale majeure dans le domaine du conseil et de la conception de l’espace naturel et construit, organisait ce matin une conférence de presse afin d’exposer sa vision du BIM (Building Information Modeling). Un outil aux multiples facettes qui, aux yeux du groupe, est encore mal compris, mais offre de nombreux avantages. L’occasion également de répondre à certaines interrogations sur ce que beaucoup voient comme l’avenir du secteur.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter