« Sol Solidaire », une association mêlant « social et renouvelable » Vie des sociétés | 11.09.19

Partager sur :
Nouvellement créée, l’association « Sol Solidaire » sera présentée lors de l’Université d’été de l’autoconsommation photovoltaïque organisée par Enerplan les 12 et 13 septembre prochains à Paris. Son objectif ? Fournir gratuitement des kilowattheures solaires aux ménages modestes.

C’est en présence d’Emmanuelle Cosse, ancienne ministre du Logement et membre du COMEX de l’Union Sociale de l’Habitat (USH), qu’André Joffre, fondateur du bureau d’études Tecsol et initiateur de « Sol Solidaire », présentera les objectifs de l’association.

 

Ce concept humaniste « qui mêle social et renouvelable » encourage les producteurs d’électricité solaire à fournir gracieusement des kilowattheures pour les ménages modestes, afin « d’augmenter le reste à vivre de ces derniers ».

 

En échange de leurs données de production, « Sol Solidaire » délivrera un certificat pour chaque mégawattheure d’électricité solaire produit. « La totalité des certificats seront remis à des contributeurs privés en échange de leurs dons, lors d’une soirée de gala de mise aux enchères de certificats organisés par « Sol Solidaire ». Les attributaires pourront ainsi, dans le cadre de leur politique de RSE, contribuer à l’investissement des bailleurs sociaux dans des générateurs photovoltaïques », explique André Joffre.

 

Sensibiliser l’ensemble des acteurs de la chaine

 

L’initiative, qui compte sur la mobilisation de tous les producteurs d’électricité solaire, souhaite également attirer l’attention des bailleurs sociaux. C’est pourquoi, elle lancera très prochainement des appels à participation pour permettre aux bailleurs de manifester leur intérêt de fournir gratuitement les kilowattheures solaires à leurs locataires.

 

« Avec « Sol Solidaire », nous portons l’ambition d’apporter un supplément d’âme aux électrons solaires grâce au numérique et, ainsi, de donner le coup de pouce nécessaire pour permettre aux bailleurs sociaux d’investir dans l’autoconsommation collective, tout au bénéfice de la lutte contre la précarité énergétique », souligne Sylvie Perrin, avocate associée du cabinet de Gaulle Fleurance et Associés et fondatrice de la Plateforme Verte, engagée dans le projet.

 

Les bailleurs seront en effet accompagnés grâce à la mobilisation de subventions publiques et à la contribution financière des entreprises par l’intermédiaire de l’association.

 

L’action sociale de l’association Sol Solidaire « (pourrait) être financée d’ici fin 2019 dans le cadre de l’appel à projets « Accompagnement et transformation des filières » du Programme d’investissement d’avenir », a précisé Bruno Le Maire, ministre de l’Économie.

 

L’initiative devrait en outre largement contribuer à la progression de l’emploi dans la filière photovoltaïque, répondant ainsi aux objectifs de la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE).

 

Les membres fondateurs de l'association sont : 

- Laëtitia Brottier, vice-présidente d'Enerplan
- Emmanuelle Cosse, ancienne ministre du Logement, membre du COMEX de l'USH
- André Joffre, Fondateur de Tecsol
- Arnaud Leroy, Président de l'Ademe
- Christian Le Seach, directeur du Développement Durable, Groupe BPCE
- Sylvie Perrin, Avocate associée, De Gaulle Fleurance et Associés

 

R.C
Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Panneaux solaires : une charte des bonnes pratiques contre les arnaques

Panneaux solaires : une charte des bonnes pratiques contre les arnaques

A l’occasion de l’Université d’été du solaire organisé au CESE du 5 au 6 septembre, Arnaud Leroy, président de l’Ademe a annoncé la mise en place prochaine d’une charte des bonnes pratiques pour éviter les arnaques lors de l’installation de panneaux solaires chez les particuliers. La démarche sera déployée en collaboration avec les organismes de crédit à la consommation. Les premiers échanges sont prévus au dernier trimestre 2018.
Point sur le marché européen des panneaux solaires

Point sur le marché européen des panneaux solaires

Alors que l’ADEME a récemment évoqué la création d’une charte des bonnes pratiques pour éviter les arnaques concernant les panneaux solaires, et que le marché européen fait face à la fin de la taxation des panneaux solaires chinois, nous avons fait le point avec Alexandra Del Medico, Secrétaire générale de Qualifelec. Entretien exclusif.
La filière solaire pourrait créer près de 25 000 emplois d’ici à 2023

La filière solaire pourrait créer près de 25 000 emplois d’ici à 2023

Dans une étude rendue publique le 27 février dernier, le syndicat des professionnels de l’énergie solaire (Enerplan) met en avant « la compétitivité » de la filière photovoltaïque. S’appuyant sur les objectifs de la Programmation pluriannuelle de l’énergie, le secteur dit viser la création de 25 000 emplois d’ici 2023. Les retombées fiscales versées aux collectivités sont elles estimées à 180 millions d’euros par an.
Rentabilité tardive, lourdeur administrative… Les freins au développement de l’autoconsommation collective

Rentabilité tardive, lourdeur administrative… Les freins au développement de l’autoconsommation collective

A l’occasion de la 2e Université d’été de l’autoconsommation photovoltaïque organisée les 12 et 13 septembre à Paris, Enerplan a présenté les résultats d’une étude menée en partenariat avec SiaPartners. Y sont pointés les freins au développement de l’autoconsommation solaire collective en France. Parmi eux, un cadre réglementaire contraignant. Le syndicat formule 5 propositions pour favoriser l’émergence des projets. Tous les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter