Travaux Publics : les Métropoles font preuve de dynamisme Vie des sociétés | 22.07.19

Partager sur :
La FNTP dévoile ce jour un nouveau baromètre consacré aux dépenses Travaux Publics des Métropoles. D’après l’analyse des budgets primitifs 2019 de 19 métropoles, les dépenses devraient augmenter de + 6% et représenter près de 3,2 Md€. Si la Fédération se veut rassurante quant à l’évolution de l’activité l’an prochain, elle prévient que l’investissement métropolitain pourrait ralentir. En cause, les élections municipales 2020.

La Fédération Nationale des Travaux Publics annonce une hausse des dépenses Travaux Publics des Métropoles pour l’année 2019, + 6% très exactement, représentant 3,18 Md€.

 

La FNTP précise que ces dépenses regroupent la part travaux de l’investissement direct (+ 4,8% / 2,76 Md€), les subventions versées aux autres collectivités (+ 26,5% / 0,24 Md€) et les dépenses d’entretien des fonctions ou sons-fonctions liées aux TP (+ 3,1% / 0,9 Md€).

 

L’analyse des budgets primitifs concerne 19 métropoles (hors MGP, Aix-Marseille-Provence, Tours). Parmi elles 10 métropoles sont en croissance (+ 9% à + 132%) tandis que l’évolution des dépenses TP est négative dans 9 métropoles (- 1% à – 27%).

Source : FNTP - Budgets primitifs des métropoles traités par le cabinet FSL

 

Tous les domaines d’intervention en hausse  

 

L’ensemble des domaines d’intervention profite de la dynamique : les transports (1,2Md€ / + 4%), voirie (1 Md€ / + 3%), eau & assainissement (0,5 Md€ / + 1%), aménagement urbains (0,35 Md€ / + 16%), et l’énergie/environnement/déchets (0,1 Md€ / + 60%) sont en effet en augmentation.

 

Quel tendance en 2020 ?

 

La FNTP revient tout d’abord sur les finances locales 2018 publiées par l’OFGL. Le rapport montre que les indicateurs de santé financière des métropoles « sont plutôt sains ». Leur taux d’épargne « est globalement élevé » (22,6%). Et bien que leur taux d’endettement soit « important » (101,7%), leur capacité de désendettement est « très favorable » (4,5 ans).

 

Si les indicateurs financiers sont « bons », les taux d’intérêt « bas » et les besoins « importants » dans de multiples domaines, la FNTP souligne que les élections municipales 2020 pourraient ralentir l’activité. Elle appelle donc à la vigilance : « Il est essentiel que l’investissement métropolitain ne subisse pas le contrecoup des élections et que les métropole maintiennent un dynamisme utile à la qualité de vie des habitants des grandes aires urbaines et françaises et au rayonnement économique de celles-ci ».

 

R.C

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La FNTP prévoit un ralentissement pour les travaux publics en 2019

La FNTP prévoit un ralentissement pour les travaux publics en 2019

Les travaux publics auront fait 41 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2018. Après deux années de croissance, la Fédération nationale des travaux publics (FNTP) a en revanche annoncé jeudi 10 novembre que l’année 2019 serait marquée par un ralentissement de l’activité. En cause, la hausse des coûts de production, les orientations budgétaires de l’État, et notamment la diminution de la taxe d’habitation qui limiterait les investissements des collectivités, leurs principaux clients.
Le « système déchet » est bien trop complexe, selon l’APUR

Le « système déchet » est bien trop complexe, selon l’APUR

Le Plan Climat de la France vise la neutralité carbone à l’horizon 2050, un objectif qui exige une transformation des modes de production et de consommation. Dans ce cadre exigeant, l’Atelier Parisien d’Urbanisme (APUR) a lancé le premier « Atlas des Grandes Fonctions Métropolitaines ». Le document propose une analyse des grands services urbains. Le 4e volume, présenté le 13 février dernier, est consacré aux déchets. Il dresse l’état des lieux d’un « système complexe installé ». Détails.
« Il est urgent de réinvestir nos réseaux d'eau ! », Bruno Cavagné, président de la FNTP

« Il est urgent de réinvestir nos réseaux d'eau ! », Bruno Cavagné, président de la FNTP

En avril dernier, le gouvernement lançait les « Assises de l’Eau ». Le but, mobiliser de nouvelles capacités financières et d’ingénierie technique pour répondre au besoin de renouvellement des réseaux d’eau et d’assainissement. Alors que les premiers travaux seront bientôt clôturés, Bruno Cavagné, président de la Fédération Nationale des Travaux Publics (FNTP) propose une analyse quant au « délabrement progressif » des canalisations en France. L’heure est à l’action !

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter