Velux publie les résultats de son Baromètre de l’Habitat Sain 2017 Vie des sociétés | 07.12.17

Partager sur :
Le leader de la fenêtre de toit Velux a partagé ce 6 décembre les résultats de son Baromètre de l’Habitat Sain. Et cette année encore, de nombreux indicateurs ont de quoi inquiéter : 1 Européen sur 10 n’a pas les moyens de se nourrir et de chauffer son logement, et 1 Français sur 8 vit dans un bien insalubre. Des problèmes non sans conséquences sur leur santé.
L’année dernière, Velux profitait du Healthy Buildings Day, en avril, pour présenter la deuxième édition de son Baromètre de l’Habitat Sain. Une démarche que le groupe a souhaité renouveler en 2017, en collaboration avec les instituts Ecofys, Fraunhofer IBP et Copenhagen Economics.

Malheureusement, les résultats de cette nouvelle édition ne sont guère plus glorieux que ceux de la précédente ! En effet, l’étude relate que 12% des Français vivraient dans des habitations présentant des problèmes d’humidité. Pire encore, 5% de la population n’aurait pas les moyens de chauffer son logement correctement en hiver.

Des problèmes de santé non-négligeables

Une telle insalubrité a évidemment « un fort impact sur la santé des Français », comme le relate le Baromètre. Les ménages vivant dans des logements précaires seraient ainsi 2,6 fois plus nombreux à se plaindre de problèmes de santé, et 3 fois plus nombreux à déplorer un manque de luminosité naturelle ou à souffrir de l’humidité. « Le risque d’asthme est 40% plus élevé chez les Français dont le logement est exposé à l’humidité ou à la moisissure », observe également Velux.

Autant de problèmes de santé qui représentent un coût annuel de 82 milliards d’euros pour les pays d’Europe, à raison de 42 milliards pour les traitements des affections respiratoires et 40 milliards pour les arrêts de travail.

« Cette étude donne la mesure du coût sanitaire du mal-logement pour les Européens mais aussi du coût financier qu’ont à supporter les sociétés européennes, faute de réhabilitation d’un parc immobilier vieillissant », indique Catherine Juillard, directrice bâtiments durables et relations institutionnelles chez Velux France.

La rénovation plus que jamais de mise

Et justement, la rénovation des logements semble être la solution la plus adaptée pour lutter contre ce phénomène. D’après le groupe, les premiers concernés sont les propriétaires privés, qui détiennent 82% du parc de maisons individuelles ou mitoyennes en France.

« Il suffirait de rénover 2% de l’habitat européen chaque année pour diminuer de moitié le nombre de logements humides à l’horizon 2050 ; le nombre d’Européens souffrant d’affections respiratoires dues à l’humidité s’en verrait réduit de 25% », estime le Baromètre.

L’optimisme est néanmoins de mise, puisque « près de 2 Français sur 3 envisageraient une rénovation », d’après Velux.

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Mal-logement : des risques sur la santé pour les occupants d’habitats insalubres

Mal-logement : des risques sur la santé pour les occupants d’habitats insalubres

Il y a quelques semaines, le Groupe Velux profitait des 3e Rencontres sur les bâtiments sains pour publier l’édition 2017 de son Baromètre de l’habitat sain. L’année dernière déjà, la qualité de l’air et la luminosité apparaissaient comme des facteurs-clés du bien-être. Allant plus loin dans l’analyse, le fabricant de fenêtres de toits a constaté des « corrélations saisissantes » entre santé et conditions de logement. Les résultats de l’étude.
Les zones périurbaines particulièrement touchées par le mal-logement

Les zones périurbaines particulièrement touchées par le mal-logement

Après Qualitel, c’est aujourd’hui le groupe Velux qui a présenté l’édition 2018 de son Baromètre de l’Habitat sain. Revenant sur l’état des logements à l’échelle européenne et ses conséquences sur la santé des habitants, le document dresse un constat édifiant : les zones périurbaines, qui sont pourtant les plus demandées par les ménages, sont également celles où se regroupent de nombreux biens immobiliers vétustes. Explications.
Le stress, véritable point noir du BTP (enquête)

Le stress, véritable point noir du BTP (enquête)

Carton rouge pour les dirigeants des entreprises du secteur de la construction ! D’après une étude récemment publiée par ADP, spécialiste de la gestion RH, 94% des salariés du BTP européens seraient stressés entre une fois par jour et une fois par mois. Pire encore, un patron sur deux serait moyennement, voire pas du tout, concerné par le bien-être mental de ses employés. Décryptage.
Promotion immobilière : les attentes des particuliers décryptées

Promotion immobilière : les attentes des particuliers décryptées

ERA Immobilier, réseau d’agences à l’échelle européenne, a publié le 30 octobre l’édition 2018 de son étude intitulée « Le consommateur et les acteurs de l’immobilier ». Véritable outil au service des professionnels du marché, ce document offre une vision détaillée des attentes et perceptions des Français vis-à-vis des agents immobiliers. Retour sur les principaux enseignements de cette enquête.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter