Le loyer social peut augmenter en cours de bail Vie pratique | 06.04.18

Partager sur :
Si les locataires sont généralement habitués à ce que leur loyer augmente en cours de bail, ceux du parc social, en revanche, y sont moins confrontés. Pourtant, la chose est possible, et bien légale, d’après la Cour de cassation, qui estime qu’un logement conventionné peut aussi subir une telle hausse. Exemple avec un cas passé devant la justice en mars dernier.
La signature d'une convention entre le propriétaire d'un logement et l'Etat peut aboutir à une augmentation du loyer dont le locataire ne peut pas se plaindre.

Même si l'augmentation du montant du loyer apporte une modification unilatérale du contrat, la Cour de cassation estime qu'elle est justifiée, dans ce cas, par l'intérêt général.

La loi permet en effet au propriétaire de signer une convention avec l'Etat, en échange de quoi, il s'engage à louer à des personnes dont les ressources ne dépassent pas un plafond, et à appliquer un loyer plafonné par cet accord. L'Etat, de son côté, accorde des aides au propriétaire et au locataire.

En principe, un contrat entre deux personnes, comme un bail, devient une "loi" entre elles et ne peut être modifié que d'un commun accord et parfois selon certaines conditions. L'affaire opposait, selon ce principe, des locataires de HLM à leur propriétaire. Ils refusaient de supporter en cours de bail une augmentation de loyers liée au conventionnement de leur logement.

Mais dans ce cas particulier, le propriétaire ayant modifié la situation de son logement pour en faire un logement social, peut imposer une modification unilatérale à son locataire.

Le conventionnement à l'aide personnalisée au logement (APL), a dit la Cour, vise à assurer le droit au logement des locataires aux ressources modestes et à financer la construction ou l'amélioration du parc locatif social. Ces objectifs généraux justifient une entorse au principe de la loi du contrat, et ce n'est pas disproportionné, concluent les juges.

Cette possibilité de conventionnement est ouverte aux organismes de HLM, aux sociétés d'économie mixte comme aux personnes privées.

(Cass. Civ 3, 18.1.2018, A 17-40.065).
(AFP)

Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La commune aussi peut s'approprier un bien - Batiweb

La commune aussi peut s'approprier un bien

D’après la Cour de cassation, une commune, au même titre qu’un particulier, peut devenir propriétaire d’un terrain qu’elle occuperait depuis trente ans, sous réserve d’une éventuelle contestation. Bien entendu, c’est ensuite à la municipalité d’entretenir sa nouvelle propriété. Tous les détails.
Rien n'est sûr avec un "pacte de préférence" - Batiweb

Rien n'est sûr avec un "pacte de préférence"

Attention au pacte de préférence ! Cet avant-contrat, qui engage une personne auprès du bénéficiaire du pacte à ne pas conclure d’autre contrat avec un tiers, ne présente aucune garantie dans le cadre de la vente d’un bien immobilier. C’est en tout cas l’avis de la Cour de cassation, qui estime que le pacte de préférence n’est pas un droit de préemption, par lequel il est possible d’acquérir un logement en priorité. Explications.
La copropriété ne paie pas pour l'entretien privatif - Batiweb

La copropriété ne paie pas pour l'entretien privatif

La Cour de cassation rappelle qu'une assemblée générale de copropriétaires n'est absolument pas en mesure de faire réaliser des travaux relatifs à des parties privatives à la charge de l'ensemble des habitants. L'entretien de ces espaces dépend en effet exclusivement des usagers de ceux-ci. Un copropriétaire opposé aux autres, qui désiraient rénover tous les balcons d'un même immeuble, a ainsi obtenu raison devant la justice. Précisions.
Dégât des eaux, la responsabilité est automatique - Batiweb

Dégât des eaux, la responsabilité est automatique

D’après la Cour de cassation, la responsabilité d’un dégât des eaux incombe forcément au propriétaire du bien d’où provient celui-ci. C’est également le cas lorsqu’aucune faute n’a été commise ou que l’origine de l’infiltration est toujours indéterminée. Pour autant, rien n’empêche les assureurs de passer des accords entre eux pour défendre les intérêts de leurs clients.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter