Un nouveau visage pour le pont de Gênes ? Architecture | 10.09.18

Partager sur :
Un nouveau visage pour le pont de Gênes ?
Originaire de la ville de Gênes, l’architecte italien Renzo Piano a été directement touché par l’effondrement du viaduc autoroutier survenu en août dernier. C’est donc tout naturellement qu’il a présenté vendredi 7 septembre une nouvelle proposition pour la reconstruction du pont, qui pourrait être en acier afin d’assurer sa durabilité et sa robustesse.
Déjà à l’origine du Tribunal de Grande Instance de Paris, qui a subi un incendie depuis, l’architecte Renzo Piano a proposé un nouveau projet pour le pont de Gênes, sa ville natale, qui s’était effondré en août dernier.

Présent dans la ville portuaire du nord-ouest du pays de l’Italie, il a notamment annoncé que sa réalisation aurait « quelque chose d’un bateau, parce que c’est quelque chose de Gênes ». « En acier », pour pouvoir « durer 1 000 ans », « ce sera un pont plus fin, qui aura une luminosité à lui » et devrait être blanc.

Pour autant, l’architecte préfère ne pas « se précipiter ». La démolition totale du pont étant toujours en cours, le président de la région de Ligurie Giovanni Toti a notamment rappelé que le nouveau pont serait prêt « au plus tard en novembre ».

Un concours international pour reconstruire le quartier sous le pont

Par ailleurs, la déconstruction de ce qui reste du pont nécessitera également la destruction d’une partie des habitations situées en-dessous de ce dernier, comme l’a fait savoir le maire de la ville Marco Bucci.

Dans ce sens, celui-ci a annoncé le lancement prochain d’un vaste concours international visant à sortir de terre « un très beau quartier » pour remplacer l’ancien. « Nous voulons transformer la tragédie en une grande opportunité pour Gênes, à la fin nous aurons une ville encore plus belle qu’avant. Pendant des siècles, Gênes a fait de grandes choses, je ne vois pas pourquoi nous ne pourrions pas continuer », a-t-il assuré.

Quelques jours auparavant, Danilo Toninelli, ministre des Infrastructures, avait assuré que le gestionnaire de la portion d’autoroute du pont Aspi serait chargé du financement de la reconstruction, confiée à une entité publique. En attendant, une enquête pour homicide involontaire et manquement aux règles de sécurité a été officiellement ouverte jeudi dernier.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Effondrement à Gênes : faut-il s’inquiéter des ponts de France ?

Effondrement à Gênes : faut-il s’inquiéter des ponts de France ?

Nos ponts sont-ils en danger ? C’est la question que peuvent légitimement se poser les Français, après la terrible catastrophe qui a frappé Gênes le 14 août dernier. Si en Italie la reconstruction du viaduc qui s’est effondré est déjà envisagée, le gouvernement français tient quant à lui à se montrer rassurant : seulement 30% des ouvrages nécessiteraient des réparations, dont la majorité serait de moindre envergure. Les détails.
 La déconstruction du pont de Gênes est en cours

La déconstruction du pont de Gênes est en cours

Le 14 août dernier, l’Italie était en émoi après l’effondrement du viaduc du Polcevera, à Gênes, qui a suscité de nombreuses interrogations sur l’état des infrastructures à travers le pays. Une question restait cependant en suspens : que faire du pont ? Avant d’entamer un éventuel chantier de reconstruction, ce sont des travaux de démantèlement qui sont actuellement en cours et ont déjà porté leurs fruits. En effet, un premier tronçon de la structure a touché le sol ce 9 février. Les détails.
L'audacieux projet du futur Palais de justice de Paris

L'audacieux projet du futur Palais de justice de Paris

Le futur palais de justice de Paris, conçu par l'architecte Renzo Piano et réalisé par un groupement d'entreprises mené par Bouygues, regroupera les services du Tribunal de Grande Instance de Paris (TGI) ainsi que le Tribunal de police au cœur du nouveau quartier des Batignolles, dont la mise en service est prévue courant 2017.
La ligne ferroviaire Lyon-Turin fait (encore) débat en Italie

La ligne ferroviaire Lyon-Turin fait (encore) débat en Italie

Les retards français dans la construction de la ligne ferroviaire censée relier Lyon et Turin auront visiblement eu raison de la patience des Italiens. Selon la presse nationale, une commission d’experts aurait notamment remis un avis défavorable au projet, recommandant même l’arrêt des travaux du fait de coûts trop importants par rapport aux bénéfices engrangés. Une manifestation de soutien a néanmoins été organisée le samedi 12 janvier. Les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter