Fermer

L’architecte d’intérieur, un intervenant minutieux dans le choix du carrelage

Quel est le rôle de l’architecte d’intérieur dans le choix d’un carrelage ? Telle a été la question posée durant une des émissions des Rendez-vous du Mondial du Bâtiment, vendredi 4 février. L’architecte Lucie Di-Natale révèle que, malgré la diversité des revêtements disponibles, le choix du plus approprié ne se fait pas par hasard. L'architecte s'attarde notamment sur la fonction, la qualité technique, ou encore l''esthétisme.
Publié le 09 février 2022

Partager : 

L’architecte d’intérieur, un intervenant minutieux dans le choix du carrelage - Batiweb

Entre les revêtements en pierre (marbre, granit, travertin, calcaire…) et les céramiques (terre-cuite, grès, faïence, carreau de ciment...), le carrelage présente une diversité de matériaux nobles et se révèle de plus en plus prisé dans les aménagements intérieurs. Sa distribution tend d’ailleurs à se massifier, notamment par la création d’un réseau national par Point.P et Décoréam

« Depuis ces 25-30 dernières années, le carrelage est devenu un matériau incontournable, parce qu’il a explosé ne serait-ce qu’en teinte, en dimension, en format. On peut faire des têtes de lits, on peut faire des sanitaires, des sols. C’est un matériau qui a tellement de textures et de possibilités, qu’il nous permet de raviver nos projets et de contourner certaines failles du bâtiment », a souligné Lucie Di-Natale, à l'occasion d’un Rendez-vous du Mondial du Bâtiment ce vendredi 4 février, décryptant le rôle de l’architecte dans le choix du revêtement.


Détourner le carrelage en fonction du bâti

 

Non seulement Lucie Di-Natale en connaît un rayon sur le thème, mais certains projets viennent étayer ses propos. Est évoqué notamment le chantier de rénovation d’une demeure datant des années 1800. Le projet consistait à abattre un mur de cuisine pour ouvrir la pièce sur le séjour. « Pour ne pas dénaturer les sols, qui étaient à l’origine de la tomette, on a choisi de partir sur un vrai carreau de ciment. Pourquoi ? Parce comme la tomette, le carreau de ciment a la propriété de se patiner dans le temps », explique l’architecte.

Autre exemple : le réaménagement sur le thème du sous-marin d’un studio, qui ne bénéficiait d’aucune lumière extérieure. « Pour pouvoir redonner plus de peps et de luminosité, on a placé une faïence, en forme d’écaille. Et cette écaille vient apporter des touches et des pointes de lumière dans le studio », expose l’experte.

Des travaux concrets qui souligne le rôle de l’architecte d’intérieur, primordial pour le choix minutieux des revêtements de sols « tant pour leurs qualités techniques qu’esthétiquse. Nous avons la particularité d’avoir une vision globale du projet, ce qui nous confère la possibilité de proposer à notre client le meilleur choix, ne serait-ce qu’en termes de dessin et de fonction, et de veiller à sa bonne mise en œuvre par la suite », commente Lucie Di-Natale.

Mise en œuvre, qui doit être confiée à un carreleur « qualifié et assuré », recommande l’architecte. Ce profil d’artisan « assurera une pose de qualité » et « saura faire la différence entre la pose d’un dallage d’1m20 par 1m20, d'une pose de mosaïque, qui ne se pose pas de la même manière. Il saura vous indiquer le meilleur type de pose, que ce soit en intérieur ou en extérieur », insiste-t-elle.

Pour revoir l’émission du Rendez-vous du Mondial du Bâtiment, le replay est disponible sur le site de Batiradio.

 

Virginie Kroun
Photo de Une : Adobe Stock 
 

Par Virginie Kroun

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.