Anne Hidalgo veut reloger les classes moyennes dans Paris Collectivités territoriales | 15.01.20

Partager sur :
La mairie de Paris et candidate à la prochaine élection municipale a annoncé ce mercredi 15 janvier vouloir aider les classes moyennes à se loger dans Paris. Pour cela, elle propose de créer une société immobilière mixte entre public et privé, et de débloquer 20 milliards d’euros pour racheter, transformer et louer des logements aux classes moyennes à un prix 20 % en-dessous du prix du marché actuel.

Anne Hidalgo, maire PS sortante et de nouveau candidate à la Mairie de Paris, a annoncé ce mercredi 15 janvier vouloir créer une société immobilière mixte entre public et privé pour proposer des loyers à prix abordables pour les classes moyennes.

 

Cette société immobilière sera dès le départ dotée de 6 milliards, dont 1 milliard d’euros de la Ville de Paris, 2 milliards d’investisseurs publics tels que la Caisse des dépôts, et 3 milliards du secteur privé.

 

Créer des logements à loyers abordables

 

La maire de Paris promet ensuite de débloquer 20 milliards d’euros entre 2020-2026 « pour racheter des immeubles, les transformer, et les proposer à la location aux classes moyennes », a-t-elle annoncé ce mercredi lors d’un déplacement dans le 9ème arrondissement. La candidate à la mairie de Paris espère ainsi « reconquérir environ 30 000 logements » lors de la prochaine mandature.

 

Les arrondissements ciblés sont les arrondissements centraux, qui ont perdu beaucoup de logements à cause d’AirBnb, le 9ème à cause de la gentrification, mais aussi les arrondissements plus populaires comme le 13ème, le 18ème, le 19ème et le 20ème arrondissements. Dans ces derniers, la maire reconnaît qu’il y a beaucoup de logements sociaux, mais il faut, selon elle, « rééquilibrer et remettre des classes moyennes ».

 

Dans les logements créés, les loyers qui seront appliqués seront « 20 % en-dessous du prix du marché actuel », promet Anne Hidalgo.

 

Cela fait donc une mesure de plus proposée par la candidate concernant le logement à Paris. Avant l’été, elle avait déjà proposé un référendum sur AirBnb dans chaque arrondissement, pour interroger sur le nombre de jours maximal de location, à savoir 30, 60 ou 120 jours par an et par logement. Autres mesures soutenues : l’encadrement des loyers, parvenir à 25 % de logements sociaux en 2025, et la vente de 6 000 logements à moitié prix.

 

C.L. (avec AFP)

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

B. Griveaux propose une aide pour l’achat d’un logement parisien - Batiweb

B. Griveaux propose une aide pour l’achat d’un logement parisien

Benjamin Griveaux, candidat La République en Marche aux élections municipales de Paris, expose au fur et à mesure certaines de ses idées pour améliorer la vie des parisiens à l’approche du scrutin. Le candidat à la mairie de Paris propose un système d’aide à l’achat qui a fait réagir Laurent Vimont, président du réseau d'agences immobilières Century 21, qui dénonce une mesure qui risquerait de faire augmenter encore davantage les prix.
Contradictions en cascade autour de l’annulation de l’encadrement des loyers à Paris  - Batiweb

Contradictions en cascade autour de l’annulation de l’encadrement des loyers à Paris

Absurde : c’est probablement le mot qui définirait le mieux la situation autour de l’encadrement des loyers parisiens. Suite à une plainte de plusieurs associations représentant les professionnels de l’immobilier, la justice avait déjà mis fin à ce dispositif en novembre dernier. Si l’État a depuis fait appel, le tribunal a confirmé sa décision ce mardi 26. Un jugement sans grande conséquence, cependant, la loi Elan permettant désormais aux zones tendues de plafonner les loyers.
Paris : 1 000 chambres de bonnes transformées en logements d'ici 2020 - Batiweb

Paris : 1 000 chambres de bonnes transformées en logements d'ici 2020

S'il est une ville en France où les prix des logements sont particulièrement élevés, c'est bien Paris ! En effet, malgré la loi Alur, censée offrir un meilleur encadrement des loyers, ces derniers ont augmenté de 73% depuis 2000. Aussi, afin de faire face à la pénurie de logements, principale cause évoquée pour justifier cette hausse, la mairie de Paris a décidé de lancer un vaste plan pour mieux exploiter les célèbres chambres de bonnes de la capitale.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter