Le gouvernement met à disposition un numéro d’appel pour lutter contre le logement indigne Collectivités territoriales | 17.09.19

Partager sur :
Dans le cadre de la lutte contre le logement indigne et les marchands de sommeil, le gouvernement et l’Agence nationale pour l’information sur le logement (ANIL) lancent un numéro d’appel pour les particuliers. Pour les locataires, ce dernier servira à alerter sur une situation anormale, et pour les propriétaires, à obtenir des conseils pour entreprendre des travaux.

Julien Denormandie, ministre du Logement, a annoncé ce lundi 16 septembre la mise à disposition d’une plateforme téléphonique « Info logement indigne » pour les personnes estimant habiter dans un logement indigne ou ayant connaissance de tels cas.

 

« Que vous soyez locataire, victime d'un marchand de sommeil ou d'un logement insalubre ou que vous ayez connaissance d'une telle situation, contactez le numéro 0.806.706.806 », détaille ainsi le ministère dans un communiqué.

 

Pour rappel, un logement est considéré comme indigne lorsqu’il présente un mauvais état (problème de stabilité des ouvrages), ou des risques pour la santé de l’occupant (intoxication au monoxyde de carbone, saturnisme, problèmes respiratoires liés à des émissions de particules dans le logement, électrocution etc).

 

En appelant le 0 806 706 806, la personne est mise en relation avec un conseiller de l’Agence départementale d’information sur le logement (ADIL) dont dépend son département.

 

Un numéro destiné aux locataires, mais aussi aux propriétaires

 

Ce numéro d’appel ne concerne toutefois pas seulement les locataires, mais aussi les propriétaires qui s’interrogent et souhaitent se mettre en conformité.

 

Ainsi, pour un locataire, un conseiller évaluera la nature et l’importance des problèmes (risque d’effondrement de la toiture, humidité, chauffage défectueux etc.) en s’appuyant sur une grille d’auto-évaluation. Selon les informations communiquées, il informera l’interlocuteur sur ses droits et ses obligations. Il vérifie également si le bailleur a déjà été informé et selon quelles formalités.

 

En cas d’insalubrité avérée, le conseiller informe l’Agence régionale de santé (ARS) avec l’accord de l’interlocuteur. Une lettre lui est ensuite envoyée afin de l’informer de l’orientation du dossier dans un délai de 2 à 3 jours, après validation par les acteurs du Pôle départemental de l’habitat indigne.

 

Pour un bailleur ou un propriétaire occupant, le conseiller lui explique ses obligations et les différentes aides financières disponibles pour faciliter la réalisation des travaux. Il peut également lui indiquer les démarches d’information préalables à fournir au locataire avant l’exécution des travaux.

 

C.L.

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La Cour d’Etat rejette le recours contre un décret de 2017 sur le logement décent

La Cour d’Etat rejette le recours contre un décret de 2017 sur le logement décent

Depuis la catastrophe de Marseille, la qualité de l'habitat est au centre de l’attention. Indécent, insalubre, indigne... tout est question de définition. C’est celle du logement « décent », contenue dans un décret datant de début 2017, que 4 associations avaient jugé « imprécise » et décidé de contester à travers un recours déposé fin 2017. La Cour d’Etat a fait savoir jeudi 20 décembre qu’elle avait rejeté ce recours. Retour sur une polémique.
L’Anah lance le site « Facil Habitat » pour simplifier les démarches des propriétaires

L’Anah lance le site « Facil Habitat » pour simplifier les démarches des propriétaires

Le Gouvernement et l’Anah (Agence nationale de l’habitat) lancent « Facil Habitat », un site qui résume les aides disponibles pour guider les propriétaires et lutter contre les 8% de logements vacants. Accessible à tous, cette plateforme répond aux questions les plus fréquentes, propose des simulateurs (PTZ, Denormandie, calculateur de révision de loyer), et met à disposition des modèles de documents (bail type, quittance de loyer, lettre de relance en cas d’impayé etc.).
Le propriétaire doit une garantie totale au locataire

Le propriétaire doit une garantie totale au locataire

Attention aux propriétaires de biens en location qui ne seraient pas vigilants ! D'après la Cour de cassation, ceux-ci sont en charge de fournir des équipements qui fonctionnent, ou, dans le cas contraire, de les faire réparer, même lorsque les dommages sont minimes. L'occupant du logement peut en effet réclamer un dédommagement s'il ne peut pas jouir paisiblement de son habitation. Explications.
L'État lance une grande concertation sur le logement en Outre-mer

L'État lance une grande concertation sur le logement en Outre-mer

Ayant déjà annoncé un dispositif en faveur de la rénovation dans les Départements et régions d'outre-mer en octobre, le gouvernement a lancé ce 31 janvier une conférence portant plus largement sur le logement dans ces territoires. Cette initiative, à laquelle tous les acteurs du secteur peuvent prendre part, doit aboutir à l'élaboration d'un Plan Logement Outre-mer 2019-2022 qui sera mis en oeuvre dès juin prochain.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter