Qualité de l’air : 14 feuilles de route sont publiées Collectivités territoriales | 13.04.18

Partager sur :
Nicolas Hulot a annoncé ce vendredi la publication de 14 feuilles de route sur la pollution de l’air, élaborées depuis plusieurs mois par les préfets de région en lien avec les acteurs locaux. Elles portent sur une série d’actions permettant de limiter à court terme la pollution atmosphérique dans tous les domaines d’activité dont le logement et le BTP. Précisions.
A l’occasion d’un déplacement à Grenoble, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, a rendu public les feuilles de route sur la qualité de l’air. Elles définissent les actions à mener pour lutter contre la pollution atmosphérique dans 14 zones particulièrement concernées.

Les 14 documents, élaborés par les préfets de région en lien avec les acteurs locaux, constituent « une nouvelle étape importante pour mettre en mouvement toute la société sur cet enjeu de santé publique pour les Français ». Ils proposent « une série d’actions nouvelles et bénéfiques à court et moyen terme. Je me réjouis de ce travail collectif, nous devons désormais poursuivre sur cet élan en mettant en œuvre les mesures proposées », a déclaré le ministre.

Pour accompagner cette mise en œuvre, de nouvelles actions seront présentées prochainement pour améliorer la qualité de l’air « partout en France », en écho aux attentes exprimées par les collectivités et en cohérence avec les travaux menés dans le cadre des Assises de la mobilité.

Renforcer les dispositifs existants

La prime à la conversion de véhicules pourrait se voir renforcée. Nicolas Hulot a d’ailleurs salué la montée en puissance de ce dispositif qui a déjà bénéficié à 25 000 personnes sur les trois premiers mois de son déploiement.

Un travail spécifique pourrait être effectué sur les zones à faibles émissions en partenariat avec les territoires exposés. Sont également à l’étude des mesures en faveur des mobilités urbaines, des initiatives pour réduire les émissions liées au chauffage au bois ou encore le développement d’alternatives au brûlage des déchets verts.

Le BTP concerné par les feuilles de route

Si une grande importance a été accordée à la mobilité verte, le secteur du BTP n’a pas été oublié.

La feuille de route « parisienne » par exemple se réfère très largement à la construction en Ile-de-France.
« Les chantiers franciliens représentent environ 12,3% des émissions de particules », des nuisances qui peuvent provenir des équipements utilisés, des déplacements de véhicules ou des manipulations sur site.

Le document rappelle que de nombreuses bonnes pratiques permettent de réduire ces nuisances : couverture des stockages pulvérulents, arrosage des pistes, choix des équipements peu émissifs, limitation des vitesses des engins, gestion des déchets.

En termes de déchets, la feuille de route de la vallée de l’Arve insiste sur la nécessité de « mailler le territoire de zones de dépôt des déchets inertes du BTP ».

Toulouse comme Reims prévient des risques liés à l’utilisation de systèmes de chauffage peu performants. L’achat de foyers bois labellisés « Flamme Verte » est notamment préconisé.

La rénovation du bâti s’intègre dans l’ensemble des feuilles de route : Toulon souhaite un déploiement accéléré de la démarche Bâtiment Durable Méditerranéen et compte promouvoir le dispositif de guichet unique Rénovation de l’habitat privé.

Montpellier fait la part belle aux énergies vertes via le développement d’un réseau de chaleur et de froid utilisant les énergies renouvelables et de récupération, et la création de nouveaux réseaux vertueux (géothermie et biomasse).

Enfin, Strasbourg souhaite accroître la part fluviale en travaux publics afin que le secteur tire parti de ce mode de transport écologique et économique. Voies Navigables de France « est en mesure d’accompagner les maîtres d’ouvrages publics dans l’identification des opérations concernés et la définition de leurs marchés pour permettre l’insertion d’un maillon fluvial dans la logistique du chantier ».

Retrouvez l’intégralité des feuilles de route sur la page du Ministère de la Transition écologique et solidaire.

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le Parlement européen fixe un objectif de 35% d’énergies renouvelables d’ici à 2030

Le Parlement européen fixe un objectif de 35% d’énergies renouvelables d’ici à 2030

En 2014, les Etats membres se sont mis d’accord pour que la part d’énergie consommée provenant de sources renouvelables atteigne 27% d’ici à 2030, un objectif revu à la hausse ce mercredi par le Parlement européen. Les eurodéputés souhaitent également voir l’autoconsommation se développer davantage et rappellent que des améliorations peuvent être apportées dans le domaine du chauffage et du refroidissement des bâtiments. Précisions.
Transition énergétique des bâtiments : la Capeb et Viessmann toujours partenaires

Transition énergétique des bâtiments : la Capeb et Viessmann toujours partenaires

Le partenariat entre la Capeb (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment) et Viessmann, spécialiste du chauffage, ne date pas d’hier ! En 2012 déjà, les deux entités signaient un accord visant à mettre en place diverses actions de formation à destination des artisans impliqués dans la transition énergétique des bâtiments. Une initiative renouvelée le 13 septembre dernier.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter