Avec le Covid-19, le bâtiment accélère sa transition vers le numérique Des hommes et de la e-attitude | 28.04.20

Partager sur :
Dès 2018, le gouvernement encourageait le secteur du bâtiment à engager une démarche vers le numérique. Le gouvernement et Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, lançaient à cette occasion la plateforme Kroqi, destinée à tous les professionnels de la construction et de l’aménagement, pour travailler autour de la maquette numérique et du BIM. Or, depuis le début du confinement, l’activité de la plateforme est en nette hausse.

En pleine expansion, le BIM et les plateformes numériques bourgeonnent depuis quelques années, offrant au secteur du BTP la possibilité d’un travail collaboratif. Lancée par Julien Denormandie et le gouvernement, la plateforme Kroqi est un point clé au plan « BIM 2022 », ayant pour objectif « de généraliser l’utilisation du numérique, et en particulier du BIM dans le bâtiment », comme décrit par le Ministère de la Cohésion des territoires.

 

Alors que la plupart des chantiers sont à l’arrêt avec le confinement, l’éditeur de logiciel Wimi publie un bilan de l’utilisation de cette plateforme numérique réservée aux professionnels.

 

L’activité de la plateforme a « plus que doublé depuis 1 mois », cela se ressent notamment avec le nombre d’utilisateurs quotidiens, en hausse de 80 %. Depuis le 13 mars 2020, 25 000 professionnels sont actifs sur la plateforme qui enregistre 2 fois plus de documents qu’à l’accoutumée. Tandis que les relations sociales entre collaborateurs sont limitées du fait du confinement, l’outil « collaboratif » qu’est Kroqui prend désormais toute son importance. La plateforme permet de garder le contact entre salariés, un besoin social se ressentant dans les chiffres publiés par Wimi : 18 fois plus de messages sont échangés et 20 fois plus de temps est consacré en audio ou visioconférence sur Kroqi. 

 

En comparant l’utilisation de la plateforme du 13 mars au 12 avril 2020 avec les 30 jours qui ont précédés, Kroqi gagne en dynamisme, porté par les mesures de confinement. En effet, si le travail de terrain sur les chantiers est en grande partie toujours à l’arrêt, « beaucoup d’acteurs ont poursuivi une activité à distance, intensifiant de façon inédite leurs usages des outils numériques collaboratifs ». Là est l’explication toute relative, qui permettra sans doute de franchir la ligne d’arrivée du plan BIM 2022 plus tôt qu’espéré. « On constate, depuis la crise, une augmentation massive et systématique de l’usage des outils numériques et du télétravail, c’est indéniable. Ce qui est plus surprenant, c’est que cette augmentation se vérifie aussi dans un secteur qui était traditionnellement en retard sur ce plan. Pourtant, les chantiers se caractérisent par un grand nombre de corps de métiers différents et les enjeux de collaboration et de coordination y sont plus essentiels qu’ailleurs. On peut penser que ces nouveaux usages du numérique se poursuivent et s’installent durablement chez les TPE, PME et artisans du bâtiments », explique Antoine Dubosc, président et co-fondateur de Wimi. 

 

Lors de la création du plan BIM 2022, le Ministère de la Cohésion des Territoires décrivait également le retard numérique du bâtiment en France. Un retard qui pourrait s’estomper étant donné le contexte sanitaire actuel, forçant au télétravail et à l’utilisation d’outils numériques.

 

J.B

Photo de une ©Adobe Stock 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Coronavirus : la Capeb appelle à cesser les chantiers non urgents - Batiweb

Coronavirus : la Capeb appelle à cesser les chantiers non urgents

Dans son allocution aux Français de ce lundi 16 mars, le chef de l’État a annoncé de nouvelles mesures pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. Contre toutes attentes, les mesures de confinement sont révélées moins drastiques que prévu, notamment en termes de télétravail. Les salariés ne pouvant télétravailler pourront, jusqu’à nouvel ordre, continuer de se rendre sur leur lieu de travail, à condition d’être munis d’une attestation de déplacement obligatoire. Étant donné cette souplesse, le maintien des chantiers peut pour le moment être décidé au cas par cas.
Reprise dans le BTP : la Capeb fait une première estimation des surcoûts - Batiweb

Reprise dans le BTP : la Capeb fait une première estimation des surcoûts

Alors que les entreprises artisanales du BTP ont en majorité repris un minimum d’activité, la reprise des chantiers a dévoilé un phénomène inquiétant : l’importance des surcoûts liés aux mesures sanitaires, difficiles à absorber pour certaines entreprises. D’après une première estimation, la Capeb évalue ces surcoûts entre 10 et 20 % du coût journalier. Précisions.
De la conception à la déconstruction sélective, Resolving digitalise le bâtiment - Batiweb

De la conception à la déconstruction sélective, Resolving digitalise le bâtiment

Créé en 2003, Resolving se veut un « accélérateur digital » des métiers de l’immobilier et de la construction. La société met au service des différents acteurs du secteur des solutions collaboratives, l’objectif étant de les aider dans leur transformation digitale et de les accompagner au mieux pour qu’ils échangent « des informations le plus rapidement et le plus pertinemment possible ». Le point avec Franck Meudec, Vice-président-CEO de Resolving.
T2 2020 : les mises en ventes presque divisées de moitié - Batiweb

T2 2020 : les mises en ventes presque divisées de moitié

Le mardi 18 août, le Ministère de la Transition écologique publiait les chiffres de la commercialisation de logements neufs au deuxième trimestre 2020, qui fut en grande partie marqué par un confinement strict. Les derniers chiffres font ainsi état d'une chute inédite des mises en vente et des réservations, avec respectivement -47 % et -41,7 % par rapport à un an plus tôt.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter