« Il faut rétablir la vérité sur le chauffage au granulé », estime l'association Propellet Développement durable | 31.05.21

Partager sur :
Emissions de particules fines, bilan carbone, déforestation... Propellet, l’association nationale du chauffage au granulé, revient sur les préjugés les plus courants sur le chauffage au granulé pour mieux les démentir.

Soutenu par la programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE), le bois est devenu un élément incontournable de la RE2020, qui entrera en vigueur en janvier 2022. L'association Propellet rappelle que le granulé de bois dispose d’un bon bilan carbone et bénéficie de toutes les qualités requises pour un chauffage respectueux de l’environnement. Sa fabrication joue un rôle majeur dans le cycle de vie du bois, et notamment lorsqu’il s’agit de réutiliser des coproduits qui ne trouveraient pas d’autres débouchés.

L'association constate que de nombreuses interrogations demeurent toutefois dans le débat public : « Elles concernent notamment le taux d’émissions de particules fines du chauffage au bois, ou encore la provenance du bois pour fabriquer du granulé, parfois associé à des pratiques de déforestation », précise-t-elle.

Remplacer les anciens équipements

L'association appelle à sensibiliser les Français pour qu'ils adoptent un chauffage plus moderne et plus propre. Elle rappelle en effet l’impact négatif que peut représenter un appareil inadapté et dépassé : « Les foyers ouverts et équipements anciens peu performants (datant d’avant 2005) constituent encore 48 % du parc des équipements, et sont responsables de plus de 82 % des émissions de particules fines du chauffage au bois individuel ».

Elle souligne qu’un appareil performant au granulé associé à un combustible de haute qualité n’émet en revanche qu’un taux très faible de particules fines. C’est pourquoi, elle encourage le remplacement des appareils anciens par des équipements modernes à foyer fermé, labellisés « Flamme Verte sept étoiles » ou équivalents.

Eric Vial, délégué général de Propellet explique : « Un appareil récent performant émet jusqu’à 30 fois moins de particules fines qu’un foyer fermé antérieur à 2002 et jusqu’à 30 fois moins qu’un foyer ouvert ! Malheureusement, le raccourci est encore trop facile entre une cheminée traditionnelle fortement émettrice de particules fines et une chaudière moderne ultra performante et à haut rendement. Il faut rétablir la vérité sur la réalité du chauffage au granulé en allant au-delà d’une image stéréotypée ».

Pas de déforestation

Par ailleurs, les granulés sont fabriqués à 100 % à partir des sous-produits de la forêt et des industries du bois. Ces coupes permettent notamment aux jeunes arbres d’obtenir davantage de lumière pour grandir en assurant une sylviculture plus dynamique, permettant ainsi la régénérescence des arbres afin qu’ils captent plus de carbone.  « Cette matière n’est pas directement issue de l’exploitation forestière puisqu’elle arrive en bout de chaîne », souligne l'association.

« De nombreuses inquiétudes persistent actuellement concernant la disponibilité de la ressource et beaucoup s’imaginent que la massification du chauffage au bois entraînera une surexploitation du tissu forestier. C’est faux ! La production de ces coproduits est suffisamment importante pour assurer les besoins en chauffage au granulé. », souligne Eric Vial.

« Si l'homme a besoin de la forêt pour son bois, sa biodiversité et le puits de carbone qu'elle constitue, la forêt a aussi besoin de l'homme pour s'adapter à un changement climatique trop rapide pour ses cycles naturels (sécheresses répétées, températures estivales élevées, infestations de parasites, tempêtes ou incendies) », ajoute l'association.

 

Marie Gérald 

Photo de Une : ©AdobeStock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Etude sur le chauffage au bois : plaquettes VS granulés - Batiweb

Etude sur le chauffage au bois : plaquettes VS granulés

Alors que le granulé bois est très largement utilisé pour l'usage domestique, il reste encore très peu répandu pour les chaudières bois collectives et industrielles. Une grande majorité d'entre elles ayant recours aux plaquettes ou broyats de bois. Propellet a donc mené une étude sur les différences entre granulés et plaquettes, co-réalisée avec le Comité Interprofessionnel du Bois Energie (CIBE), le Syndicat National des Producteurs de Granulé de Bois (SNPGB), et financée par l'Ademe et France Bois Forêt.
La CAPEB et MCZ Group s'associent pour promouvoir le chauffage biomasse - Batiweb

La CAPEB et MCZ Group s'associent pour promouvoir le chauffage biomasse

Patrick Liébus, président de la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB), via sa filiale Béranger Développement, et Roberto Guatti, Directeur Commercial Export de MCZ Group, ont signé mardi 17 septembre un partenariat pour promouvoir les chauffages biomasse et impliquer les chefs d’entreprises du bâtiment dans la promotion de solutions durables pour chauffer les habitations. Cet accord prévoit également une offre de formations à destination des entreprises sur les problématiques de l’efficacité énergétique.
Les Français s'enflamment pour le chauffage au bois - Batiweb

Les Français s'enflamment pour le chauffage au bois

7,4 millions de ménages français se chauffent aujourd'hui au bois, contre 5,9 millions en 1999. La consommation en bois reste stable, grâce notamment aux meilleures performances des appareils. Le parc domestique de chauffage au bois doit néanmoins poursuivre son renouvellement, nous apprend la dernière Etude Ademe « Le chauffage domestique au bois : marchés et approvisionnement ».

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter