Le dispositif CEE se renforce pour des rénovations « globales » Développement durable | 17.09.20

Partager sur :
Créé en 2006, le dispositif des Certificats d’économie d'énergie (CEE) n’a cessé d’évoluer pour une meilleure gestion de la consommation énergétique des ménages, collectivités territoriales ou professionnels. Après avoir lancé, en 2019, les coups de pouce « Chauffage » et « Isolation », le ministère de la Transition écologique annonce élargir le dispositif aux bouquets de travaux. L’objectif est d’encourager les ménages à entreprendre des rénovations « globales et performantes » des logements.

Lors de la présentation du volet « rénovation » du Plan de relance, Emmanuelle Wargon, ministre en charge du Logement, a précisé que les certificats d’économie d’énergie ont permis, en 2019, à « plus d’un million de ménages à faire des gestes de rénovation thermique, dont à peu près 800 000 sur des opérations d’isolation et un peu plus de 200 000 sur des changements de chaudière, la moitié étant des sorties de chaudières fioul ». 

 

Le dispositif, né en 2006, oblige les fournisseurs d’énergie à encourager les travaux d’efficacité énergétique auprès des ménages, des collectivités et des professionnels. Pour massifier plus encore les gestes, le Gouvernement a décidé de renforcer son action en faveur des bouquets de travaux. 

 

En effet, un projet d’arrêté sera soumis à l’avis du Conseil supérieur de l’énergie le 29 septembre prochain pour « accroître le niveau de soutien aux CEE destinés aux rénovations globales et performantes des maisons individuelles et bâtiments collectifs », précise un communiqué. 

 

L’objectif est de soutenir les ménages souhaitant s’engager dans des projets « plus ambitieux ». « La valeur de ce coup de pouce sera d’autant plus grande que l’économie d’énergie est importante et que l’énergie d’arrivée est décarbonnée ». 

 

Des coups de pouce pour accompagner les ménages sur le long terme

 

Les coups de pouce « chauffage » et « isolation » ont été prolongés jusqu’au 31 décembre 2021, et ont, comme indiqué, permis aux particuliers de sortir des énergies fossiles, d’isoler leur logement et par conséquent, de diminuer leurs factures d’énergie. 

 

Le dispositif élargi aux bouquets de travaux sera cumulable avec MaPrimeRénov’. Les offres éligibles devront permettre une économie d’énergie de 55% pour les maisons et de 35% pour les bâtiments collectifs, une sortie des énergies carbonées (du fioul vers la chaleur renouvelable ou le gaz, ou alors du gaz vers la chaleur renouvelable). Les travaux devront être réalisés sur la base d’un audit énergétique et être systématiquement contrôlés par un bureau indépendant. 

 

Les particuliers s’engageant dans cette voie pourront par ailleurs prétendre à une prestation d’assistance à maîtrise d’ouvrage.  


R.C
Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

CEE : la fin des coups de pouce « Isolation » repoussée d'un an ! - Batiweb

CEE : la fin des coups de pouce « Isolation » repoussée d'un an !

Un arrêté publié ce vendredi au Journal Officiel vient préciser les évolutions des bonifications des certificats d’économie d’énergie (CEE), en prévision de la période 2022-2025. Ces changements avaient, pour la plupart, déjà été évoqués en février dernier dans le cadre de la consultation lancée auprès de l’ensemble des parties prenantes. A quoi s’attendre ? Nous faisons le point.
5e période des CEE : deux projets de décret et d’arrêté en consultation - Batiweb

5e période des CEE : deux projets de décret et d’arrêté en consultation

Depuis son lancement en 2005, le dispositif des Certificats d’économies d’énergie (CEE) n’a cessé de gagner en reconnaissance, et se veut aujourd’hui « un levier efficace » pour encourager la transition énergétique. Particulièrement attendue, la 5e période débutera le 1er janvier 2022 pour une durée de quatre ans. Quelles sont les évolutions envisagées ? Deux textes mis en consultation ce jour révèlent une hausse de + 12,5% du niveau d’obligations… et un arrêt, dès juillet 2021, du « Coup de pouce » Isolation. Précisions.
Plus économique que le fioul et le gaz, c’est le moment d’investir dans le chauffage au bois ! - Batiweb

Plus économique que le fioul et le gaz, c’est le moment d’investir dans le chauffage au bois !

15 % des personnes interrogées dans le cadre du baromètre Energie-Info en septembre 2018 déclaraient avoir souffert du froid dans leur logement durant l’hiver dernier. Dans ce contexte, le médiateur national de l’énergie rappelle que la trêve hivernale est le moment idéal pour se préoccuper de cette question et résoudre les problèmes d’isolation. Le syndicat des énergies renouvelables conseille quant à lui d’investir dans le chauffage au bois, plus économique et écologique que le gaz ou le fioul.
Un plan pour réduire les consommations des bâtiments publics - Batiweb

Un plan pour réduire les consommations des bâtiments publics

A l’issue du Conseil de Défense écologique qui s’est tenu le 12 février dernier, les ministres Elisabeth Borne, Emmanuelle Wargon et Gérald Darmanin, lancent un plan pour réduire les consommations énergétiques des bâtiments appartenant à l’Etat. Parmi les mesures annoncées : le recours à un outil pour calculer les différentes consommations, l’éradication du chauffage au fioul, la mise en open data des DPE des bâtiments publics, et le lancement d’un premier appel à projet.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter